Pierre-Karl Péladeau et Régis Labeaume, dimanche

Mauvaise nouvelle pour le retour des Nordiques, croient Deltell et Hamad

La candidature de Pierre Karl Péladeau avec le Parti québécois (PQ) est une mauvaise nouvelle pour les gens de Québec et le maire Régis Labeaume, selon le libéral Sam Hamad. «Au lieu de négocier une équipe de la LNH, il se négocie une place avec le club du PQ.»
Selon M. Hamad, la candidature de M. Péladeau dans Saint-Jérôme vient disqualifier l'ex grand-patron de Québecor dans les négociations avec la Ligue nationale de hockey pour ramener les Nordiques à Québec. Selon lui, si M. Péladeau parvient à se faire élire, le code d'éthique des élus l'empêchera formellement de faire des affaires avec la LNH.
Bien qu'il ait quitté son poste de président et chef de la direction de l'entreprise il y a près d'un an, M. Péladeau est toujours l'actionnaire de contrôle de Québecor.
En sautant dans l'arène politique, M. Péladeau fait un pied de nez à la population de Québec, ajoute le porte-parole de l'opposition officielle pour la Capitale nationale «Ce que les gens de Québec attendent de M. Péladeau, ce n'est pas qu'il s'amène à l'Assemblée nationale, mais qu'il ramène une équipe de la ligue nationale à Québec», a-t-il tranché.
M. Hamad a aussi eu une pensée pour le maire Régis Labeaume, qui a confié la gestion du nouvel amphithéâtre de Québec à Québecor pour une durée de 25 ans une fois sa construction achevée, en 2015. Selon lui, le maire de Québec comptait sur Pierre Karl Péladeau pour redonner les Nordiques à la population de Québec. «C'est une mauvaise nouvelle pour tous ceux qui avaient espoir de revoir les Nordiques à Québec, c'est une mauvaise nouvelle pour Régis, c'est une mauvaise nouvelle pour les amateurs de hockey».
«Mauvais signal»
Le caquiste Gérard Deltell, député sortant dans Chauveau, a tenu des propos similaires. Selon lui, l'affiliation de M. Péladeau au PQ «envoie un mauvais signal à Gary Bettman», commissaire de la LNH.
M. Deltell ne doute pas du sérieux de Québecor et des dirigeants qui prendront le relais dans les négociations pour ramener une équipe à Québec. «On comprend très bien que les gens de Québecor ce sont des gens sérieux et rigoureux». Mais Pierre Karl Péladeau était selon lui «l'âme dirigeante» derrière la tentative de ramener les Nordiques.