Fondateur de l'Océanic de Rimouski, Maurice Tanguay est une fois de plus honoré pour sa contribution à l'avancement de la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

Maurice Tanguay intronisé au Temple de la renommée de la LHJMQ

Peu de personnes peuvent se vanter de faire l'unanimité. C'est pourtant le cas de Maurice Tanguay, qui a été intronisé au Temple de la renommée de la Ligue de hockey junior majeur du Québec, mercredi.
Fondateur de l'Océanic de Rimouski, entrepreneur et philanthrope, Maurice Tanguay aura ajouté un nouvel honneur à la longue liste de ceux qui, au cours des dernières années, sont venus reconnaître son implication dans la communauté et sa contribution à l'avancement de la ligue.
Parmi les gens qui ont rendu hommage au bâtisseur à l'occasion du gala des Rondelles d'or, l'ancienne gloire de l'Océanic de Rimouski Sidney Crosby n'a trouvé qu'une expression pour qualifier le copropriétaire de l'équipe bas-laurentienne. «C'est un homme qui a de la classe», a fait savoir le capitaine des Penguins de Pittsburgh dans sa vidéo d'introduction.
«M. Tanguay nous a inculqué qu'il fallait être des modèles autant sur la glace que hors de la glace», a poursuivi Crosby, avant d'ajouter, en français, «qu'il était content» pour son mentor.
Visionnaire
À cet égard, la leçon n'aurait su venir d'un meilleur exemple. En plus d'avoir fondé l'entreprise qui porte son nom, Maurice Tanguay créait l'Océanic de Rimouski en 1995, une franchise qu'il aura lui-même dirigée jusqu'à ce qu'il passe les rênes à son partenaire André Jolicoeur.
Tout au long de sa jeune existence, l'équipe de toute une région, comme le veut son slogan, aura accumulé une liste impressionnante de succès, dont la conquête de la Coupe Memorial en 2000, la participation à la finale du tournoi en 2005 et la tenue de l'événement en 2009. Des réussites qu'elle doit notamment à la «fidélité de ses employés».
Mais l'accomplissement qui réjouit le plus Maurice Tanguay est celui obtenu par ses anciens joueurs, notamment les trois plus brillants à avoir enfilé le dossard bleu des «Nics. D'avoir eu trois joueurs exceptionnels comme Vincent [Lecavalier], Brad [Richards] et Sidney [Crosby], ç'a été très important», a soutenu celui qui continue, encore aujourd'hui, à garder contact avec ses anciens protégés.
Mais attention! Le patriarche du clan Tanguay se dit cependant tout aussi fier de ses ex-joueurs qui ont poursuivi leur chemin en dehors du hockey, en devenant des citoyens exemplaires. «J'aime beaucoup le hockey, mais j'aime aussi quand des gars qui ont fini se retrouvent à faire leur cours universitaire. Ce n'est pas juste le hockey qui est important. C'est pour ça qu'on a entouré nos gars de bons conseillers pédagogigues. Je sais qu'il y a du monde qui critique la ligue à ce chapitre, mais je peux certifier que 95 % de nos joueurs vont à l'école», a soutenu celui qui a qualifié de «plaisir immense» et d'«hommage sensationnel» la reconnaissance obtenue, mercredi.
Parallèlement à ses activités dans les mondes des affaires et du hockey, dont il s'est retiré, Maurice Tanguay continue, à ce jour, de s'occuper de la fondation qui porte son nom et qui vient en aide aux jeunes enfants handicapés et démunis.
Outre M. Tanguay, trois autres anciens de la LHJMQ ont été intronisés au Temple de la renommée, mercredi. Il s'agit de Gilbert Delorme, Richard Leduc et Yanic Perreault.