Même s'il se plaît dans le domaine du coaching, Mark Recchi ne sait pas encore s'il en fera une carrière lorsque son fils aura vieilli.

Mark Recchi excité comme un pee-wee

«Je n'ai jamais eu l'occasion de prendre part au Tournoi pee-wee en tant que joueur. Et je suis aussi excité qu'un enfant à la pensée de vivre cette expérience cette année.»
Il n'y a pas de doute, la magie du Tournoi international de hockey pee-wee de Québec opère toujours chez les petits comme chez les grands. Auteur de 577 buts et de plus de 1500 points dans la Ligue nationale, Mark Recchi n'a pas caché sa grande joie, jeudi, de participer à la 55e présentation de l'événement. Impliqué dans le coaching depuis sa retraite en 2011, il est l'un des entraîneurs adjoints des Pittsburgh Penguins Elite, l'équipe pour laquelle évolue son fils Cameron.
«J'ai beaucoup de plaisir à oeuvrer auprès des jeunes et j'aime leur enseigner ce que j'ai moi-même appris. J'ai un groupe de gars qui veulent apprendre et devenir meilleurs. Ils me posent des questions et ils prennent tout ce que je leur dis. Ils sont de vraies éponges. Pour un entraîneur, c'est très plaisant Je crois que le fait que je sois un ex-joueur de la LNH m'aide beaucoup. Quand tu sais de quoi tu parles, ça fait toujours une différence. Les jeunes l'apprécient.»
Retraité depuis peu, celui qui a terminé sa carrière avec les Bruins de Boston a indiqué qu'il était très heureux d'avoir la possibilité de diriger son fils. Une expérience qui lui permettait de le voir grandir et de partager de beaux moments avec lui. Il n'a pas de difficulté à séparer son rôle de père de celui de coach, même si, à l'occasion, il est un peu plus exigeant envers son fils qu'envers les autres joueurs des Penguins. «Je ne suis pas plus dur. Mais je fais ce que je dois faire pour qu'il apprenne à tous les niveaux.»
Le style de Cameron ressemble-t-il au sien? «Je ne sais pas, mais une chose est sûre, il est bien meilleur défensivement que je l'étais à son âge. Moi, je ne pensais qu'à attaquer», a lancé Recchi en riant.
Recchi l'avoue sans détour, il n'a eu aucune difficulté à accrocher ses patins quand le moment est venu. À la blague, il a expliqué qu'à 43 ans, il était temps de laisser sa place aux plus jeunes.
«C'était de plus en plus difficile pour moi de m'entraîner pendant la saison morte afin d'être prêt à amorcer la campagne et de pouvoir rivaliser avec les plus jeunes. Et puis quand j'ai décidé de me retirer, on venait de gagner la Coupe Stanley. Je ne pouvais donc pas choisir un meilleur moment.
«Je dirais que ce qui me manque le plus, ce sont les séries éliminatoires. Et je continue à suivre de très près ce qui se passe dans la LNH. Je visionne des matchs à la télé tous les soirs. Je suis demeuré un fan.»
Au cours de sa carrière de 22 saisons dans la LNH, celui qui a porté l'uniforme du Canadien pendant cinq saisons a été appelé à évoluer sous les ordres de plusieurs réputés entraîneurs. Il a puisé chez chacun une partie de son style de coaching. Parmi ceux-ci, il a mentionné les noms de Claude Julien, Roger Neilson, Craig Ramsay, etc.
«J'ai eu plusieurs entraîneurs extraordinaires dans la Ligue nationale et aussi dans le junior. Certains me manquent d'ailleurs. Mais même si je suis allé chercher chez chacun une partie de mon bagage d'entraîneur, je sais cependant qu'il faut travailler avec les jeunes d'une manière tout autre que celle de l'époque où j'avais leur âge. Il faut communiquer davantage. Et comme chaque jeune est différent, il faut trouver différents moyens de leur faire comprendre ce que tu essaies de leur enseigner de manière à ce qu'ils donnent tous le meilleur d'eux-mêmes.»
Même s'il se plaît dans le domaine du coaching, Recchi ne sait pas encore s'il en fera une carrière. Il est déjà assuré qu'il deviendra entraîneur-chef la saison prochaine. Mais à moyen et à long terme, il ignore quelle tangente prendra sa carrière de coach une fois que son garçon aura vieilli.
«On verra. Je ne ferme pas la porte à quoi que ce soit. J'aimerais éventuellement oeuvrer au sein d'une équipe de la Ligue nationale. Mais pour l'instant, je me concentre sur mes enfants.»
Recchi a conclu son entretien en répondant à la question qui tue. Qui gagnera la médaille d'or en hockey aux Jeux de Sotchi? «Mon coeur est avec le Canada, mais les Russes vont être tough à battre. Ils évoluent chez eux sur une grande surface à laquelle ils sont habitués.»
*****
Prolongation fatale
La prolongation a été fatale aux Corsaires AA-Élite de l'école secondaire de Pointe-Lévy, vaincu 3-2 par les Grenadiers du Lac Saint-Louis lorsque Samuel Régis a déjoué Ludovic Carbonneau à mi-chemin dans la première période de surtemps. Dans la défaite, Louis-Daniel Miville et Anthony Munroe-Boucher ont marqué pour la troupe de Daniel Bédard.
Victoire des Alliés
Tirant de l'arrière 1 0 après la première période, les Alliés CC de Montmagny-l'Îslet ont inscrit deux buts en l'espace de 31 secondes au début de l'engagement médian pour filer vers une victoire de 2-1 contre le Bataillon de Montmorency. Jason Robichaud et Trystan Létourneau Pelletier ont inscrit les filets des gagnants. La riposte du Bataillon est venue de Raphaël Plourde.
Les Éclaireurs ne font pas le poids
Battus 4-1, les Éclaireurs CC de Chaudière-Etchemin n'ont pas fait le poids face aux Tigres. Menée par Charles-Olivier Nadeau (2 buts) et Clément Bélanger (1 but et 3 passes), Victoriaville a pris une sérieuse option sur la victoire avec quatre buts lors des deux premiers engagements. Jean-Christophe Pâtry a inscrit le seul filet des Éclaireurs.
Entrée ratée
Les Lynx CC de la Haute-Beauce ont raté leur entrée. Opposés au Titan d'Acadie-Bathurst, ils ont subi un revers de 4 à 2. La troupe beauceronne qui a menée 1 à 0 et 2 à 1 a vu sa rivale inscrire trois filets consécutifs en deuxième pour se sauver avec la victoire. Philippe Quirion et Mathieu Grenier ont compté les filets des Lynx.
Un blanchissage pour Mathlide
Parfaite sur 24 tirs, Mathilde Saint-Jean-Gamache a mené les Gouverneurs BB de Sainte-Foy/Sillery à une victoire de 3 -0 contre Baden Wurttemberg. Nathan D.-Richard a été la grande vedette en attaque avec deux buts et une passe. William Toussant a inscrit l'autre filet des Gouverneurs et William Therrien a obtenu deux passes.
Les Typhons sans pitié
Les Typhons AA di Séminaire Saint-François ont été sans pitié pour les Sea Dogs de Saint John qu'ils ont vaincus 7-1. Nicolas Giguère (trois buts et deux passes) et Jonathan Béland (2-2) ont brillé en attaque. Olivier Jacques et Gabriel Rouleau ont inscrit les autres buts des Typhons. Olivier Dumont a perdu son blanchissage alors qu'il ne restait que 75 secondes à jouer.
Le Bataillon perd en prolongation
Le Bataillon BB de Montmorency n'a pu conserver sa mince avance d'un but avec un peu plus de sept minutes à jouer en troisième et c'est finalement au pointage de 3-2 en prolongation qu'il s'est incliné face aux Knights de Wilkes Barre/Scranton. Les vainqueurs ont inscrit leur filet alors qu'il ne restait que trois secondes à la période de surtemps. William Laplante (1-1) a été le meilleur en attaque dans le clan du Bataillon. Thomas Drouin a inscrit l'autre filet des perdants.