Dans le cadre du documentaire Marillion & Fans, qui explore la relation du groupe avec ses fans, le réalisateur affirme avoir parlé à des amateurs de 42 nationalités différentes.

Marillion & Fans: un film commencé et terminé à Québec

En ce jour de spectacle du groupe rock progressif Marillion au parc de la Francophonie, le réalisateur de Québec Jeff Denis est fébrile. Après quatre années, il en sera à sa dernière journée de tournage pour son documentaire Marillion & Fans qui sera lancé en 2015.
«Ce sera un long métrage d'auteur de deux heures en anglais, mais réalisé au Québec. Ça a commencé à l'Impérial il y a quatre ans et ça se termine [samedi] au Festival d'été», déclare fièrement Jeff Denis, qui coréalise le film avec ses associés Stéphane Carmichael et Gianni Martinez.
Jeff et son équipe ont tourné en Angleterre, en Écosse, en Hollande, aux États-Unis et, bien sûr, au Canada. «Nous avons parlé à des fans de 42 nationalités différentes», fait-il remarquer. Car, comme son nom l'indique, le documentaire traitera de la relation particulière du groupe avec ses fans.
Recette pour un désastre
«C'est l'histoire d'un groupe qui avait la recette parfaite pour un désastre : il avait perdu son chanteur original, il avait envoyé promener sa compagnie de disques en 1995 et avait décidé de faire sa promotion seul sur Internet», rappelle le réalisateur.
«Je voulais voir comment ils faisaient leur business, pourquoi ils sont encore là et pourquoi leurs fans sont si fidèles», poursuit-il. En plus des fans, il a réalisé des entrevues avec quelques membres du groupe, notamment le chanteur Steve Hogarth et le guitariste Steve Rothery.
Sociofinancé
Le réalisateur fait remarquer que Marillion a presque inventé le sociofinancement (crowdfunding) sans s'en rendre compte. «Ils ont demandé à leurs fans : Voulez-vous payer pour un disque qui n'existe pas encore? C'était audacieux! Les fans ont dit oui et ça a marché.»
Jeff Denis, son équipe et le producteur Mathieu Paiement utiliseront d'ailleurs le sociofinancement, par l'intermédiaire de la plateforme Kickstarter, en août, pour terminer le documentaire. Ensuite, ce sera le montage à partir de septembre. «On en aura pour quelques mois», indique le réalisateur.
Netflix a déjà acheté le documentaire, qui sera d'abord lancé en Hollande en mars 2015, puis au Québec l'été prochain. «C'est un groupe européen, alors l'intérêt est d'abord venu de là», indique en terminant Jeff Denis pour expliquer cette sortie plus tardive dans la Belle Province.