Marie-Michèle Gagnon a été accueillie à l'aéroport de Québec, mercredi soir, par son père Daniel. La skieuse rentrait chez elle pour la première fois depuis le mois de juillet. Elle s'accorde une semaine de congé avant de repartir à l'assaut des pistes et des Jeux de Sotchi.

Marie-Michèle Gagnon rentre à la maison se reposer

Les lumières multicolores sont éteintes, les sapins ont été envoyés au recyclage. Qu'importe, c'est encore Noël à Lac-Etchemin, du moins dans la famille de Marie-Michèle Gagnon!
De retour à la maison après une longue course vers le sommet de sa discipline, la vedette de l'équipe nationale de ski alpin profitera de la prochaine semaine pour se reposer, mais aussi pour y puiser l'énergie nécessaire qui l'aidera à dévaler les pentes encore plus vite jusqu'à Sotchi. Dans ses valises, plusieurs cadeaux déjà emballés. Mais le plus visible se retrouvait dans ses mains, soit le vase de sa première victoire sur le circuit de la Coupe du monde, dimanche, au super combiné d'Altenmarkt-Zauchensee, en Autriche.
«C'est un beau cadeau, pas juste pour moi, mais aussi pour ma famille. Tout le monde était vraiment content, je sentais qu'ils étaient heureux. Ils sont passionnés de sport, de leur soeur, de leur fille, peu importe. Je suis chanceuse de les avoir», disait-elle à propos de ses parents, frères, soeurs et amis, mercredi soir, à sa descente d'avion.
Besoin d'une pause
Marie-Michèle rentrait chez elle pour la première fois depuis le mois de juillet. Elle a passé une partie de l'été en Alberta pour l'entraînement physique, filant ensuite vers l'Europe pour ce qui s'avère, jusqu'à présent, sa saison la plus productive comme en témoignent ses neuf places dans le top 10 en 15 courses.
Ce retour au nid familial n'a rien d'un hasard. En plus d'avoir l'occasion de se rapprocher des siens, de dormir dans son lit, elle en repart toujours pimpante.
«La saison dernière, ça avait été plus difficile, et j'étais revenue à la base à la maison. Ça m'avait aidé à remonter dans mes résultats. J'ai eu le temps de penser dans l'avion et je me disais que même si j'avais besoin de cette pause, j'ai vraiment hâte de remettre mes skis et de retourner en Coupe du monde», racontait celle qui avait bouclé la dernière saison avec une quatrième place à la suite de son ressourcement annuel.
De l'émotion dans l'air
Après discussion avec ses entraîneurs, il était hors de question de ne pas répéter l'expérience, et ce, même si les Jeux de Sotchi pointent à l'horizon. Avant le grand rendez-vous, il y aura quelques étapes de la Coupe du monde, dont une première dont l'endroit reste à déterminer en raison d'un manque de neige, en Allemagne.
«C'était planifié depuis cet été. C'est un arrêt qui est clé pour moi. Les dernières années ont montré que mes performances étaient meilleures après cette semaine de congé à la maison. Le but du voyage est de me reposer et mes entraîneurs me l'ont répété 100 fois», ajoutait Marie-Michèle, en disant avoir un plan pour être encore plus rapide à la reprise.
À part la conférence de presse de jeudi matin à l'hôtel de ville de Québec pour le dévoilement de l'équipe féminine pour Sotchi, peu d'activités sont à l'horaire. Elle pourrait quand même revivre sa première victoire, savourée en personne par son amoureux, le skieur américain Travis Ganong.
«Je ne l'avais jamais vu aussi émotif. Quand tu es sur le podium, tu le réalises. L'hymne national jouait et j'essayais de me rappeler des paroles tellement ca faisait longtemps qu'on ne l'avait pas entendu dans des courses féminines...», blaguait-elle malgré l'intensité du moment encore frais de quelques jours.