Marche bleue: La ville était Nordiques

Les plaines d'Abraham étaient bleues samedi, bleu Nordiques, car ce n'étaient ni les Jeux olympiques ni un nouvel amphithéâtre qui faisaient vibrer les 50 000 à 60 000 personnes qui ont participé à la Marche bleue, mais bien le rêve d'un retour de la Ligue nationale de hockey (LNH) à Québec 15 ans après son départ.
Malgré les appels du maire Régis Labeaume et d'autres politiciens à mettre le projet d'amphithéâtre à l'avant-plan ou l'ajout d'athlètes olympiques à la manifestation, la foule n'en avait que pour les anciens Nordiques et la possibilité de voir la LNH faire un retour à Québec. Rien de bien surprenant, puisque c'est justement pour le retour des Nordiques que l'organisateur Mario Roy avait lancé son projet.
Un Mario Roy qui est apparu sur scène ému après avoir été présenté comme la «première étoile». Les réactions de la foule au discours de l'agent d'assurance lévisien en disaient d'ailleurs long sur son intérêt principal. On aurait entendu une mouche voler quand Roy a parlé d'un «nouvel édifice pour les spectacles» et «d'accueillir les Jeux olympiques», mais les spectateurs ont applaudi à tout rompre lorsqu'il a ajouté «et, bien sûr, les Nordiques!»
L'organisateur y est ensuite allé d'une petite prière de son cru dans laquelle «Je crois aux Bleus» avait remplacé «Je crois en Dieu» et où la part belle était faite aux Nordiques, qui sont morts en 1995, mais qui «ressusciteront et monteront sur les Plaines, assis à côté de Bettman».
Le comptable Mario Bédard, promoteur du groupe J'ai ma place, a ensuite présenté quelques chiffres afin de lancer un appel au gouvernement fédéral pour qu'il imite le gouvernement provincial et s'engage à financer un nouvel amphithéâtre à Québec.
«Si la Ville de Québec investit 100 millions $, c'est environ 5 $ par personne. Si le gouvernement du Québec investit 160 millions $, c'est 20 $ par personne et si le Canada faisait pareil, ce serait 4 $ par tête! Pensez-vous que les Canadiens ne peuvent pas mettre 4 $ sans dire qu'on est des quêteux? Avec ce montage financier, le colisée est à nos portes!» a lancé le comptable en ajoutant que son groupe, qui a déjà récolté 12,2 millions $ par la vente de droits sur les sièges d'un futur amphithéâtre, prévoit pouvoir accumuler 30 millions $ à verser au projet.
Apothéose
L'apothéose a été atteinte à la fin du rassemblement quand ont été présentés un à un une vingtaine d'ex-Nordiques. Accueilli par les cris de «Oui, y'était bon», en référence à son but refusé par l'arbitre Kerry Fraser lors des séries éliminatoires de 1987, l'ex-attaquant Alain Côté a utilisé cette référence pour appuyer le projet de nouvel amphithéâtre et le retour de la LNH. «Si dans la vie, il faut avoir un but et si ce but est d'avoir un amphithéâtre et une équipe de hockey, alors je vais vous dire que ce but-là, oui, y'est bon!»
L'ex-entraîneur Michel Bergeron est allé encore plus loin en annonçant carrément le retour des Nordiques. «L'image qu'on va projeter au Canada et ailleurs est la preuve que les Nordiques sont de retour!» a-t-il lancé d'entrée de jeu avant d'ajouter : «Préparez vos économies, les Nordiques sont de retour!»
L'ailier gauche Michel Goulet abondait dans le même sens, répétant que les partisans des Nordiques étaient les meilleurs au monde et se disant convaincu que le commissaire de la LNH, Gary Bettman, avait un oeil sur la Marche bleue. «Moi, je suis convaincu qu'on aura un club bientôt. On nous dit dans trois ou cinq ans, moi, je pense que ce sera plus rapide que ça!» a déclaré celui qui est maintenant dépisteur pour les Flames de Calgary.
Les frangins
Les organisateurs avaient gardé le meilleur pour la fin alors que les frères Marian, Anton et Peter Stastny sont venus tour à tour crier leur amour pour la ville de Québec et leur désir de voir la LNH y effectuer un retour.
«Vous nous avez convaincus que l'ambiance sera encore meilleure!» a lancé Marian. «Voyez tout ce monde! Regardez ça! Qu'est-ce que c'est splendide! Avant le rêve olympique, moi, je veux et j'espère une équipe de la LNH ici», a ajouté Anton, rejoignant l'opinion de la majorité des personnes présentes. «Tout est possible si on veut!»
Accueilli par un tonnerre d'applaudissements, Peter regardait la foule nombreuse qui ne cessait de l'ovationner et paraissait impressionné. «De voir cet océan de bleu, c'est incroyable!» a-t-il déclaré avant de revenir sur ses années dans l'uniforme fleurdelisé. «Je sais de quoi je parle, j'ai passé 10 ans ici, et ce sont les plus belles années de ma carrière, tant sur la glace que hors glace. Grand merci!»
Lui aussi s'est dit assuré que Gary Bettman avait l'oeil ouvert. «Je crois que Gary Bettman et tous les autres regardent et portent attention [...] Québec mérite encore que la LNH revienne et reste pour la vie!» a conclu l'ancien numéro 26.