L'entreprise de Marc Boutet s'est fait un nom avec le logiciel Tap'Touche et mise maintenant sur le livre numérique.

Marc Boutet: du «dinosaure» à la tablette numérique

Lauréat: Marc Boutet, président de De MarqueOccasion: Ouverture prochaine d'un bureau à Bordeaux, en France
À huit ans, Marc Boutet est devenu propriétaire de son premier ordinateur - un TI 99/4A de Texas Instrument - en remportant un concours de dessin organisé par Provigo. Il avait alors griffonné un robot enseignant à des élèves dans une classe du primaire.
L'image est forte, surtout quand on sait que De Marque, l'entreprise qu'il a fondée avec son associé Guy Bergeron, s'est fait un nom grâce à la commercialisation de logiciels informatiques éducatifs. Tap'Touche demeure probablement le produit le plus populaire qu'elle ait mis sur le marché. En 20 ans, plus d'un million d'utilisateurs, répartis dans une vingtaine de pays où l'on parle sept langues différentes, ont appris à utiliser efficacement leur clavier d'ordinateur grâce aux exercices ludiques proposés par la firme québécoise.
Cette semaine, De Marque a vendu son «bébé» pour quelques millions de dollars à Druide Informatique, une transaction lui permettant d'investir davantage dans son expansion internationale dans le domaine de l'édition de livres numériques. Un tout nouveau bureau sera d'ailleurs inauguré à Bordeaux dans les prochains jours. L'entreprise, basée au centre-ville de Québec, souhaite ainsi renforcer sa présence en Europe, se rapprochant notamment de l'Espagne, où elle participera à une immense foire de livres cet automne. Et ça ne pouvait pas mieux tomber que maintenant, alors que Québec tient pour la première fois son événement Bordeaux fête le vin.
«J'ai lu un livre numérique pour la première fois la semaine dernière et j'ai adoré l'expérience. Est-ce que je dois me sentir coupable de lire encore du papier?» M. Boutet s'est fait poser cette question, loin d'être banale, par nul autre que le maire de Bordeaux, Alain Juppé, lors d'un dîner d'affaires cette semaine.
À cela, l'homme d'affaires répond qu'il ne faut pas «faire peur» aux gens en disant que le papier doit complètement disparaître de nos vies. Lui-même a conservé des habitudes de consommation «hybrides», pour reprendre ses mots. «Ça dépend du type de livre, ça dépend du moment de lecture. Faut se dire qu'on est dans un moment de transition et qu'il faut tester, il faut expérimenter des choses et se laisser aller là-dedans. Mais j'ai bien hâte de voir ce que mes deux enfants, de trois et cinq ans, vont dire à ce sujet-là une fois qu'ils seront grands.»
Chose certaine, ils évolueront dans un monde complètement différent de leur père, qui a eu la piqûre pour la programmation en 1983 grâce à sa première «machine» - l'ordinateur qu'il avait remporté à l'épicerie. Il s'amusait alors à recopier les programmes d'un jeu de vente de limonade, qui lui apprenait du même coup les principes de base en économie. «Moins cher tu vends ta limonade, plus tu vas en vendre. Plus il fait chaud, plus les gens vont en vouloir...» se souvient le pdg d'entreprise aujourd'hui âgé de 37 ans.
Actuellement, Marc Boutet se dit toujours aussi passionné par l'informatique, mais perçoit davantage cela comme un moyen pour parvenir à ses fins. Il fonde beaucoup d'espoir dans le livre numérique, qui gagne en popularité au même rythme que les tablettes et les liseuses électroniques. «On est un peu en retard par rapport aux États-Unis, mais c'est normal, parce que le Kindle, par exemple, y est apparu bien avant nous autres. N'empêche qu'à chaque automne, avec la rentrée et Noël qui approche, on observe des croissances extrêmement importantes des ventes de tablettes, ce qui fait qu'on est complètement survoltés en prévision du temps des Fêtes.»