Yannick fromagerie

Mange ta ville: pique-niques dans la cité

Mange ta ville. Le titre du magazine culturel d'ARTV qu'animait Catherine Pogonat a inspiré à Régal et Restos le thème de sa série d'été : goûter Québec. Les 12, 19 et 26 juillet, la cité de Champlain, on va la boire et y mordre à pleines dents à travers des itinéraires à suivre pas à pas, dans l'ordre ou le désordre, selon l'humeur de vos papilles. En guise de finale, le 2 août, Lévis passe à table. Aujourd'hui, la balade s'étire de Saint-Sauveur jusqu'au Vieux-Port, en passant par Limoilou. (2e de 4)
<p>Petit Cochon Dingue</p>
<p>Le marché du Vieux Port de Quebec</p>
Quelques idées pour étirer sa nappe sur le bitume ou le gazon de la cité sans chichis avec du tout-prêt à portée de main.
La baguette jambon-fromage-laitue Boston du Croquembouche (225, rue Saint-Joseph Est) parce qu'elle goûte les sandwiches de Paris. On touche presque au nirvana d'un jambon-beurre attrapé n'importe où dans le 5e arrondissement.
Les ficelles ultragourmandes (rillettes de lapin aux pommes, merguez d'agneau et choucroute, à la mousse de champignons, etc.) de La Boîte à Pain (289, rue Saint-Joseph Est) et la pizza Margarita (tomate, mozza, basilic) de son «frère» le Café Napoli [9] (396, 3e Avenue). Surtout, le midi, ne vous laissez pas impressionner par la queue à La Boîte à Pain. Ça roule en bibitte au service!
Quelques pointes de fromages coupés à l'ordre - pas préemballés - de chez Yannick fromagerie[2] (901, 3e Avenue). Fromagère dans une autre vie, Nathalie Fillion, qui est derrière le comptoir, saura vous conseiller autant sur les fromages du Québec (Alfred le Fermier, Louis d'Or, etc.) que sur la sélection de fromages européens. Moi, j'y vais, entre autres, pour le Comté.
Le temps pour un seul arrêt? Faites le plein au Marché du Vieux-Port[4] (160, Quai Saint-André). Sous un même toit, le panier se remplit de poissons fumés de chez Atkins & frères, de saucissons de Cochons tout Ronds et de Fou du cochon, de fromages de chez La Fromagère du Marché et de pain chez Praline et Chocolat ou chez La Belle Excuse selon votre type croûte.
Indécis, vous n'arrivez pas à vous brancher? Misez sur La Cuisine du Marché . Au coeur de ce sanctuaire d'arrivages, le casse-croûte en résidence propose des mets à déguster sur le pouce qui ont pour point commun d'être préparés avec les produits des artisans qui tiennent kiosque. La salade de pommes de terre aux oeufs durs et cornichons de la Ferme L&S Morency mérite à elle seule l'arrêt. Sachez qu'on peut y pique-niquer sur place avec pour vue la marina. Il y a pire dans la vie...
À deux pieds ou presque du fleuve, il y a le Petit Cochon Dingue [3] (24, boulevard Champlain) pour s'approvisionner en baguettes, de la végé à la carnée au rosbif. Sinon, pour les becs sucrés, tous les desserts qui se mangent bien sans ustensiles comme les woopies, macarons et cakepop sont inscrits à l'ardoise des gâteries.
Ce festin urbain, on le mange où?
Avec la marmaille : sur le bord de la Saint-Charles , la rivière urbaine. Pour consulter la programmation des activités, rendez-vous à societerivierestcharles.qc.ca. Il y a aussi les quais du Vieux-Port pour poser les fesses à même le bitume chaud. Besoin de se perdre un peu? Le Domaine de Maizerets[6] est une oasis de verdure. Les enfants exigeront encore et encore de se perdre dans son labyrinthe de cèdres de 350 mètres. Pour plus d'info, rendez-vous à domainemaizerets.com.
Entre adultes ou en solo : sur la terrasse de La Barberie[8] (310, rue Saint-Roch). Le midi, il est possible d'y déguster son lunch en compagnie d'une blonde lime et gingembre, une sangribière, une rousse légère... À chacun sa soif.
Le pourquoi et le comment
Mes fidèles lecteurs qui me suivent depuis 2001 dans Le Soleil savent que j'ai publié en 2008 et 2011 deux guides de coups de coeur. C'est tout simple, j'applique ici la même règle subjective sous forme de suggestions estivales. Oui, il y a des secteurs de Québec absents. Notre parti pris est d'aller là où il y a des possibilités de flâner longtemps et de s'en mettre plusieurs fois plein la bouche. Dans chaque itinéraire, il y a «le nouveau venu», c'est-à-dire un ou des établissements récemment ouverts à découvrir au plus vite.
<p>Crack grill cheese</p>
Je craque pour toi!
Crack Grill Cheese
La Luncheonnette servait parmi les meilleurs grilled cheese de Québec. C'est fermé. «Petite patate, tant pis pour toi», vous direz? Ben non, les rois de la plaque de Crack Grill Cheese (sans ed à Grill!) ont repris le local. La débauche de fromage (miam!), c'est sur Saint-Joseph que ça se passe maintenant! Et pas que du fromage entre les deux tranches de pain : braisé de boeuf, foie gras, mac & cheese, saumon fumé. L'autre bonne nouvelle : il y a de la place pour tout le monde. Yé!
199, rue Saint-Joseph
Tél. : 581 742-0878
<p>Le Cercle</p>
L'endroit pour boire
Trois buvettes pour s'arrêter le temps d'un verre ou se barrer les pieds pour la soirée
Le Cercle
«The place to be», diront les anglos! La porte de garage grande ouverte signale que l'apéro est permis dès 16h (avant, même!). Inutile d'attendre hypocritement le Five O'Clock. Qu'est-ce qu'on boit? Du vin en importation privée, de la bière, mais aussi, pour l'été, des cocktails, dont le Bloody Farmer(gin Bombay, Clamato, jus de poivron rouge et salicorne) en clin d'oeil aux activités maraîchères de la place.
228, rue Saint-Joseph Est
Tél. : 418 948-8648
La Korrigane
Des grandes tables, de l'espace pour s'étirer, juste ce qu'il faut de verdure pour rafraîchir l'asphalte, c'est La Korrigane, microbrasserie ouverte sur le vrai centre-ville. On y va pour la Emily Carter (une ale aux bleuets), le fish & chips et, paraît-il, la poutine...
380, rue Dorchester
Tél. : 418 614-0932
Café Artefact (Auberge Saint-Antoine)
Après la visite des expos Les maîtres de l'Olympe et Pierre Gauvreau. J'espérais vous voir ici (à ne rater sous aucun prétexte) au Musée de la civilisation, atterrir en douceur dans les coussins moelleux du Café Artefact s'impose en soi. Pour échanger sur les cabinets de curiosités de l'abstraction créés par ce signataire du Refus global, il faut un cadre lumineux... et des cocktails aux teintes éclatantes, voire un champagne rosé. Parce que Gauvreau a été un fabuleux artiste prolifique, les chances de s'éterniser autour d'un plateau de charcuterie ou un plat plus substantiel, par exemple un tartare de boeuf façon pâté chinois, ne se comptent pas sur les doigts d'une main...
8, rue Saint-Antoine
Tél. : 418 692-2211
<p>Légende</p>
<p>Le renard et la chouette</p>
Les nouveaux venus à signaler
Légende
Une équipe. De l'expertise. D'abord, Légende, c'est le projet «en ville» de La Tanière. Après avoir jonglé avec l'idée de déménager l'établissement du rang Saint-Ange (arrondissement de Sainte-Foy) à Québec, les propriétaires Karen Therrien, le chef Frédéric Laplante et leur associé Kevin Grondin ont pris la décision éclairée de lancer une table moins complexe, mais opérée avec la même rigueur que La Tanière. Le spectaculaire que réserve La Tanière s'estompe à Légende. En l'écrivant, je souris, car «la simplicité» de Légende n'a rien avoir avec la cuisse de canard confit et un verre de rouge du Pays d'Oc. Nous sommes plus sur le duo de magret et de gésiers sur un lit texturé de légumineuses et crémeuse de panais. Du canard, donc, mais également du boeuf, du poulet de Cornouailles, du cerf, de l'omble chevalier et même du tofu en indescriptibles cromesquis aériens s'invitent dans une carte moderne. L'ADN de la cuisine québécoise de Légende s'exprime toutefois dans les condiments et aromates «de souche» comme le pimbina et la livèche, la rhubarbe. C'est là aussi que l'on reconnaît la signature du chef et sa minutie. Autrement, son désir de rejoindre une clientèle plus vaste s'exprime dans des plats dressés en portions modulables (entrées ou plats de 10 $ à 35 $) qui facilitent le partage. S'ils sont avancés avec moins d'apparats qu'à La Tanière (à peine, soyons honnêtes), les nourritures boréales de Légende n'incarnent pas moins l'esprit du bistro 2.0 à son zénith. J'ai été soufflée par le plateau de charcuteries de poisson - inoubliables rillettes d'omble chevalier - disposées de façon à créer la surprise d'une manière léchée par l'entremise d'un oursin photogénique, décharge soyeuse en bouche. Même le quinoa teinté à la betterave se transforme en grain hors de l'ordinaire. Et que dire de la cuisson de l'oeuf à 64 degrés, d'un coulant parfait sur les asperges de la Ferme Fiset. Bien sûr, Légende s'appuie sur le talent fou du chef propriétaire Frédéric Laplante, nommé chef cuisinier national de l'année par la Société des chefs, cuisiniers et pâtissiers du Québec (SCCPQ). Encore mieux, à ses côtés, Émile Tremblay (auparavant au Cercle) pourra mettre à profit son grand potentiel. Puisque le chef Laplante ne néglige rien, pas même le superbe couvert en ardoise, il a aussi su s'adjoindre un chef pâtissier, Pawel Wlodarczyk, à la hauteur de son perfectionnisme. Alors, je vous prie de prévoir une finale sucrée. Lors de ma deuxième visite, j'ai été enchantée par sa tartelette au clafoutis à la fraise et framboise. Un dessert acidulé tout en finesse.
255, rue Saint-Paul
Tél. : 418 614-2555
Le Renard et la chouette
L'arrivée du Pied Bleu (et de Patente et Machin, bien sûr) dans Saint-Sauveur a eu l'effet d'un électrochoc en plus de rajeunir l'empreinte du quartier. Loin de s'arrêter là, Louis Bouchard Trudeau et Thania Goyette, proprios du bouchon lyonnais, voulaient en faire plus pour leurs clients. Dès le premier café. Au bon génie au fond d'une bouteille de Beaujolais, les Bouchard Trudeau-Goyette ont demandé de faire apparaître une buvette, Le Renard et la chouette. Digne d'une fable de La Fontaine, le nom de leur nouvelle adresse, raconte Louis Bouchard Trudeau, ils la doivent à un goupil empaillé acheté auprès d'un commerce voisin. «Pour l'encourager!» Bavette au cou, ce renard hirsute, c'est le totem de la buvette où le client s'annonce au bar avant de prendre place pour déguster tout plein de bonnes choses, façon Pied Bleu, mais en version simplifiée, avec un minimum de mise en place. Futé, le poilu! Légumes lactofermentés, boudin basque, huîtres, gaspacho aux moules et beurre d'algue et fromage fondu au vin jaune, l'apéro et les fins de journée ne sont pas tristes chez maître Renard... Ni l'heure du thé. À noter que Karine Jacques, qui officiait au Moine Échanson, a rejoint depuis peu le clan du Pied Bleu. Histoire de jouer le jeu jusqu'au bout, disciples de la bête, voyez ou revoyez Fantastique Maître Renard de Wes Anderson, un chef-d'oeuvre de film d'animation qui redore le pelage du voleur de poulet! Vous n'aurez alors qu'une envie, boire à sa santé.
125, rue Saint-Vallier Est
Tél. : 418 914-3554
Le Triplex Suspendu
Selon l'âge de leur progéniture, la plupart des parents stressent un peu, beaucoup, passionnément au resto. Déranger, voilà de quoi ils ont peur. Toujours équipés d'un kit complet de divertissement, ils calculent, à la vitesse du sablier, le temps qui leur est imparti avant que les gamins se transforment en M. Hyde ingérable. Savez-vous quoi? Les Drs Jekyll et M. Hyde en couche-culotte sont les bienvenus au Triplex Suspendu! Enfin, un concept «familial» où parents et enfants y trouvent leur compte à égalité. Pas besoin d'une grande roue, de pétards et d'un jeu gonflable géant pour amuser la marmaille. Au Triplex Suspendu, c'est le gros bon sens qui est mis de l'avant, à savoir un espace aux couleurs vives, quelques coussins et surtout beaucoup de tolérance envers les enfants bien nourris à cinq dollars. En cuisine, la chef Mariana Alfaro a aussi pensé aux tout-petits qui ont droit à des purées du jour. Quant à leurs géniteurs, ils peuvent eux aussi s'offrir de bons petits plats d'inspiration mondialiste (cuisine tex-mex, indienne, française, etc.) à des prix qui ne mettront pas la famille sur la paille. Pas mal plus sympa que le McDo! En passant, à partir de 20h, les adultes reprennent le contrôle de la place. Au dodo les enfants!
1039, 3e Avenue
Tél. : 581 300-7539
<p>Toast!</p>
LA sortie incontournable de l'été
Toast!
Si je n'avais qu'une seule sortie à prévoir pour l'été, ce serait sur la terrasse de Toast! Parce que ce Toast! en plein air est à la fois à l'écart, bénéficie d'un toit qui protège des ondées imprévues, de lampes chauffantes (et même de châles pour les dames) contre le froid, de fleurs pour les yeux et SURTOUT de la cuisine d'une exquise précision de Christian Lemelin. J'y ai refait une tournée d'entrées choisies parmi les incontournables des dix dernières années. Le crostini de champignon frais, émulsion de jus de volaille truffée, mozzarella Di Bufala et oeuf de caille poché (2003) ainsi que le risotto de homard confit au beurre (2008) et le foie gras poêlé et jambon de porcelet maison (2009) ont provoqué la commotion autour de la table. Rétrospectivement, il n'est pas faux d'affirmer que la première décade du deuxième millénaire est inoubliable et plus pertinente que jamais. Voilà une «attaque» gourmande qui fait que l'on aurait pu mourir heureux.
17, rue Saut-au-Matelot
Tél. : 418 692-1334
<p>La Maison Smith</p>
Pause fraîcheur
La Maison Smith [6]
Sa terrasse au coeur de place Royale a le charme des terrasses de Paris, fauteuils côte à côte bien orientés inclus. La belle vie! On y va pour boire un espresso serré - très bons cafés coulés dans les règles - ou un lait frappé. Également, des granités et de la crème glacée viennent en renfort pour faire baisser le thermomètre interne, le temps d'embrasser le quartier Petit-Champlain.
23, rue Notre-Dame (Petit-Champlain), tél. : 581 742-6777
BBQ selon Raphaël et Daniel Vézina
Laurie Raphaël
Après la thématique printanière de la cabane à sucre, le Laurie Raphaël chauffe le gril et réinvente le surf & turf en mode menu Chef Chef. C'est quoi le concept? Celui-là même initié par le Laurie, il y a plusieurs années, à savoir qu'on fait confiance aveuglément à l'équipe en cuisine. Résultat : un menu trois services terre et mer imaginé au rythme des arrivages par les Vézina père et fils. Un seul prix : 29 $ (le midi), trois surprises (entrée, plat, dessert).
117, rue Dalhousie, tél. : 692-4555