Les troupes étaient postées autour de l'hôtel.

Mali: environ 80 otages libérés, selon la télévision publique

Environ 80 otages, sur les 170 personnes retenues depuis vendredi matin à l'hôtel Radisson de Bamako par des hommes armés, ont été libérés, a annoncé la télévision publique malienne ORTM.
«Attaque de l'Hôtel Radisson: les forces spéciales ont lancé l'assaut, les premiers otages libérés, environ 80», a indiqué l'ORTM sur un bandeau défilant. «Nos forces spéciales ont libéré une trentaine d'otages et d'autres ont pu s'échapper tout seuls», a déclaré de son côté à l'AFP le ministre de la Sécurité», le colonel Salif Traoré, sans autre précision.
Une semaine après les pires attentats commis en France, l'hôtel Radisson à Bamako, prisé par la clientèle internationale, a été attaqué par des assaillants lourdement armés qui retenaient au départ 170 personnes.
Au moins trois d'entre elles ont été tuées lors d'un assaut rapidement lancé par les forces spéciales maliennes qui ont «pu libérer une dizaine de personnes», selon un officiel malien.
Des ressortissants étrangers, dont le nombre et les nationalités n'étaient pas connus dans un premier temps, se trouvaient dans l'hôtel au moment de l'attaque. Au moins sept touristes chinois et six membres de la compagnie aérienne turque Turkish Airlines (THY) étaient dans l'établissement au moment de l'attaque, selon de premières informations.
Tirs d'armes automatiques
Des tirs d'armes automatiques pouvaient être entendus de l'extérieur de cet hôtel qui compte 190 chambres. «Ça se passe au septième étage, des jihadistes sont en train de tirer dans le couloir», a déclaré une source de sécurité à l'AFP.
Cette attaque, non revendiquée vendredi en fin de matinée, est intervenue une semaine exactement après les attentats de Paris qui ont fait 129 morts et provoqué une onde de choc planétaire. Ils ont été revendiqués par le groupe Etat islamique (EI) qui a des ramifications en Afrique du Nord et de l'Ouest.