Luck et Hilton, une combinaison gagnante!

Même si l'issue de deux des quatre rencontres à l'horaire en fin de semaine a été déterminée par un placement réussi sur le dernier jeu du quatrième quart, je suis convaincu que les amateurs de football qui reprennent le travail lundi après le congé des Fêtes vont beaucoup plus discuter lundi du duel entre Kansas City et Indianapolis autour de la machine à café que des trois autres matchs présentés dans la première ronde des séries.
Tout-à-fait normal compte tenu de l'excitant spectacle offert par les Chiefs et les Colts en lever de rideau, samedi après-midi. De quoi rappeler l'enlevant duel Broncos-Cowboys (51-48) présenté au début d'octobre et dont on a parlé longtemps dans les chaumières.
Vous ne me croirez peut-être pas, mais je pensais encore que les protégés de Chuck Pagano allaient remporter cette rencontre, même quand ils tiraient de l'arrière 31-10 après 30 minutes de jeu.
Andrew Luck m'avait tellement impressionné lors de la première série de jeux en attaque des Colts - où il avait des airs de Peyton Manning - en complétant les sept passes qu'il avait tentées pour créer l'égalité 7-7, sans qu'Indianapolis ne songe même à placer un joueur dans le champ-arrière pour tenter de camoufler leurs intentions.
Je suis toutefois venu bien près de lancer la serviette quand Luck a été intercepté pour la deuxième fois de la rencontre au début du troisième quart. Opportunistes, les Chiefs ont creusé l'écart à 38-10 quelques jeux plus tard. Mais deux minutes ont suffi à Luck pour effacer son erreur. Et quatre minutes plus tard, les Colts marquaient un autre touché très important à la suite d'un revirement causé par Robert Mathis.
Malgré une troisième interception qui allait permettre aux Chiefs d'augmenter leur avance à 41-24 avec 19 minutes à faire à la rencontre, Luck se relevait de nouveau - tel un boxeur plus déterminé que jamais à continuer le combat après être allé trois fois au plancher - et il mettait moins de deux minutes à réduire l'écart à 10 points dans les dernières minutes du troisième quart.
Un écart loin d'être insurmontable pour un quart aux nerfs d'acier capable de traverser le terrain rapidement en misant notamment sur l'excellent ailier espacé T.Y. Hilton (13 passes captées) face à un adversaire qui refusait toutefois de baisser les bras, malgré les blessures qui s'accumulaient à un rythme infernal. Le porteur de ballon Jamaal Charles, impliqué dans près de 35 % des jeux offensifs des Chiefs pendant la saison régulière, a été blessé en début de match et son remplaçant Knile Davis l'a suivi à l'infirmerie au quatrième quart. L'ailier espacé Donnie Avery n'a pas terminé le match lui non plus.
Malgré la défaite, le quart Alex Smith n'a pas à rougir de sa performance, lui qui a lancé quatre passes de touché et qui a démontré qu'il pouvait faire fonctionner rondement l'attaque des Chiefs, même quand celle-ci est privée de son plus important membre.
Du côté des Colts, il est à souhaiter que l'on ne fasse plus jamais appel à Trent Richardson qui a échappé le ballon sans que personne n'entre en contact avec lui sur le seul jeu où on lui a remis au deuxième quart. Un autre revirement coûteux qui avait ensuite permis à KC de prendre les devants 24-7.
Acquis en début de saison dans une transaction avec Cleveland, Richardson n'est jamais parvenu à s'imposer avec sa nouvelle équipe (moyenne de 2,9 verges gagnées par course) et les Colts se portent beaucoup mieux quand ils utilisent Donald Brown plutôt que le diplômé de l'Université de l'Alabama. Dire que certains amateurs ont déjà pensé que les Colts avaient réussi un véritable vol quand ils ont mis la main sur Richardson!!!
Dalton échoue encore
Contrairement à Luck, Andy Dalton, le quart des Bengals de Cincinnati, ne supporte pas la pression des séries. On en a eu un autre bel exemple, dimanche, quand il a été à l'origine de trois revirements (un échappé et deux interceptions) qui ont fait le bonheur des joueurs des Chargers de San Diego, qui ont marqué 20 points sans réplique en deuxième demie pour l'emporter 27-10 sur les protégés de Marvin Lewis.
En trois sorties au cours des trois dernières années dans les séries - trois défaites - Dalton revendique maintenant une passe de touché contre six interceptions. Malgré quelques embûches, le numéro 14 peut faire le travail de septembre à décembre, mais il est loin d'être à la hauteur quand les choses se corsent en janvier.