Louise Laparé: histoires de pêche

Lorsqu'elle ne se trouve pas devant la caméra ou sur les planches, la comédienne Louise Laparé mouille ses bottes jusqu'aux cuisses dans l'une des nombreuses rivières à saumons du Québec.
«C'est une véritable passion!» Une passion qui lui vient de sa grand-mère, ce qui est plutôt rare, remarque-t-elle, la chasse et la pêche ayant longtemps été l'apanage des hommes. Une situation qui change tranquillement, dit-elle.
Chaque année, à L'Anse-Saint-Jean, au Saguenay, une rivière est donnée aux femmes pour une journée afin qu'elles puissent s'initier à la pêche à saumon. Louise Laparé y est guide pour un petit groupe. «À la fin de la journée, il n'y a plus moyen de sortir les femmes de la rivière. Elles me disent : "Si j'avais su, jamais mon mari ne serait parti seul".»
Avec sa complice, Suzanne Beaudet, avec qui elle pêche le saumon depuis 20 ans, Louise Laparé a réalisé qu'elle ne voyait jamais de concept d'émission de pêche pour les femmes. «On a présenté le projet d'émission qui en est à sa deuxième année», dit celle qui a su joindre l'utile à l'agréable. Ensemble, les deux femmes taquineront le poisson dans des rivières et des plans d'eau à travers le Québec, dès le mois de juin.
«Je travaille pour me payer de la nature, souligne Mme Laparé.
Au fil des ans, elle a pu explorer plusieurs régions du territoire québécois avec son conjoint, Gaston Lepage, pilote d'hélicoptère d'expérience.
«C'est un grand privilège. Si les gens avaient cette même chance-là, ça changerait probablement le visage du Québec. La nature québécoise est à couper le souffle.
Sa plus belle histoire de pêche?
Avec son oncle, ils avaient lancé leurs lignes dans une baie. «Tout à coup, je lève la tête et je vois un aigle à tête blanche qui survole la chaloupe. Il a piqué très près de la chaloupe et est ressorti avec un poisson.»
Quelques minutes plus tard, elle a remarqué une silhouette semblable à un canard qui s'approchait. La forme s'est précisée, il s'agissait d'un petit faon effrayé qui traversait le plan d'eau. Il a nagé près de la chaloupe et est sorti de l'eau dans la petite baie où ils se trouvaient. «Mon oncle m'a dit : "Je crois qu'on a eu une très belle pêche". Et on est rentré [...]
«Ma plus belle histoire de pêche n'a pas de poisson du tout, dit-elle, ce n'était pas nécessaire.»