Dix artistes et groupes se disputeront le Félix de la chanson de l'année au prochain gala de l'ADISQ, dont Marie-Pierre Arthur avec sa chanson Emmène-moi.

Louis-Jean Cormier vu par Marie-Pierre Arthur: d'amitié et de musique

À l'annonce de son spectacle-concept attendu lundi soir sur les Plaines, Louis-Jean Cormier a décrit ses invitées Lisa LeBlanc, Ariane Moffatt et Marie-Pierre Arthur comme les «femmes de sa vie musicale». Un qualificatif que la troisième assume complètement... «Et je souhaite le rester!» ajoute la chanteuse  et bassiste, qui connaît Cormier depuis l'adolescence.
C'est par lui (et sa formation Karkwa) qu'elle a rencontré son conjoint et complice musical, François Lafontaine. Et elle raconte qu'il n'était pas trop loin quand elle s'est découvert une vocation de chanteuse. Dans la foulée du concert de lundi soir, Marie-Pierre Arthur nous parle de Louis-Jean Cormier, un ami qui a, selon ses dires, rien de moins que changé sa vie.
Q) Comment avez-vous rencontré Louis-Jean Cormier?
R) Je viens de Grande-Vallée en Gaspésie et lui, toute sa famille vient de Petite-Vallée. Il y passait ses étés. J'avais conscience de son existence, mais ce n'était pas un ami tant que ça parce qu'on était quand même à un village de distance. Mais on se croisait et je savais qui il était. Il était déjà crinqué quand il était ado. Il jouait de la guitare et on en entendait parler. On a commencé à se côtoyer vraiment à partir de 24 ou 25 ans. C'est là qu'on a commencé à faire de la musique ensemble. [...] À un moment donné, il m'a comme adoptée et il m'a fait entrer dans sa vie musicale totalement. Ç'a changé ma vie au complet : pas juste ma musique, ma vie personnelle aussi. Tout s'est aligné à partir de notre rencontre.
Q) Comment ce déclic s'est-il produit?
R C'est aussi arrivé à Petite-Vallée, au festival. Il y a toujours des hommages rendus aux parrains du festival et on avait une chanson à faire pour Robert Charlebois. Je savais que Louis-Jean était là et j'ai eu le flash de la faire avec lui. Il s'est vraiment passé quelque chose à ce moment. J'en parle et j'ai encore une boule dans le ventre. Je ne prévoyais pas être une chanteuse. Je jouais de la basse, j'étais musicienne et ça me suffisait. Mais à ce moment-là, je me suis dit qu'il fallait que je trouve un moyen de faire ça plus souvent. Il m'a tellement donné de confiance. Il tripait, il m'aidait à me trouver des tounes au début, il m'aidait à me trouver. Et c'est lui qui a coréalisé avec François [Lafontaine] mon premier disque.
Q) Qu'est-ce qui caractérise Louis-Jean Cormier comme artiste, selon vous?
R) Je pense que c'est rare de voir des jeunes - même si on n'est plus si jeunes que ça! - qui ont une culture de la chanson francophone aussi intense que ça. À cause de Petite-Vallée, on a vraiment grandi dans la chanson. Il a un amour pour la chanson, mais en même temps, il a une curiosité musicale. Il sait ajouter des éléments de musique plus expérimentale. Souvent, c'est tout un ou tout l'autre : il y a beaucoup de chansonniers et bien des musiciens pétés. Louis-Jean marie les deux. Il arrive avec des affaires un peu moins évidentes, mais la référence de la chanson québécoise est tellement ancrée que les gens ne le voient pas aller! 
Q) Comment décririez-vous sa griffe de réalisateur?
R) Juste quand il joue de la guitare, il est reconnaissable après une seconde. Après, c'est une question de discussions sur les formes... Rendu là, ça devient plus technique, mais c'est sûr qu'il m'a beaucoup accompagnée dans mon insécurité.
Q) Avec sa participation à l'émission La voix, la cote de popularité de Louis-Jean Cormier a grimpé cette année. Est-ce qu'il a changé?
R) La grande chose qui est différente, c'est qu'on n'a plus le temps de se voir. Je pense que sa vie a changé, mais son attitude par rapport à la musique n'a pas l'air affectée du tout. On fait tous la même chose, mais c'est certain que lui, il vit une grosse passe de popularité et ça, on ne sait pas tous c'est quoi. C'est flou pour moi. Mais je le regarde aller et j'ai l'impression qu'il est toujours à la même place.
Vous voulez y aller?
Qui : Louis-Jean Cormier (avec Marie-Pierre Arthur, Ariane Moffatt et Lisa LeBlanc; Jimmy Hunt en première partie)
Quand : lundi dès 20h
Où : plaines d'Abraham
Accès : laissez-passer