L'or pour le Canada!

C'est assez rare qu'un match de 1-0 soit aussi excitant que celui disputé, vendredi, entre le Canada et les États-Unis. Nous aurions aimé en avoir plus de cette qualité dans le tournoi olympique.
Malgré le faible pointage, la victoire du Canada fut nette et décisive. Jonathan Quick a offert toute une performance devant la cage des Américains. Les deux équipes ont patiné à un rythme d'enfer pour donner un excellent spectacle.
Cette demi-finale a fourni la meilleure opposition au Canada dans ce tournoi olympique. Il remportera l'or, demain, contre la Suède pour ainsi conserver son titre.
Mike Babcock, l'entraîneur de l'équipe canadienne, doit être un homme soulagé. Il a beaucoup de pression et toutes ses décisions sont scrutées à la loupe. On ne lui demande rien de moins que l'or et il n'est qu'à une victoire de cet objectif. Son équipe a franchi une étape importante en triomphant des États-Unis.
Je favorise le Canada, mais la Suède ne sera pas une proie facile malgré l'absence de plusieurs bons éléments comme Henrik Zetterberg et Henrik Sedin.
Il faut maintenant considérer Carey Price comme le meilleur gardien de but au monde. Il a encore gagné en confiance et en maturité. La victoire contre les Américains le rendra encore meilleur.
Même si la défaite contre le Canada a fait mal, les États-Unis remporteront le match de la médaille de bronze. Les Finlandais sont rendus au bout du rouleau et ils ne peuvent en donner plus.
Patrice Bergeron, un joueur complet
Je m'en voudrais de ne pas souligner le brio de Patrice Bergeron dans le match de la demi-finale. Le genre de joueur que tu n'hésites pas à envoyer sur la patinoire dans les situations les plus critiques.
Fiable, complet et efficace dans toutes les zones, il ne doit toutefois pas se retrouver à la droite de Sidney Crosby. C'est un joueur de centre et c'est à cette position qu'il te rend les meilleurs services. Crosby a besoin d'un véritable ailier!
La revanche de Subban
À la reprise des activités dans la LNH, le Canadien  recevra la visite des Red Wings de Detroit. Le défenseur P.K. Subban voudra en mettre plein la vue à Babcock.
Subban aurait mérité de jouer à tous les matchs dans le tournoi olympique, mais les dirigeants de l'équipe canadienne n'ont jamais dérogé de leurs intentions premières. Subban n'était pas dans les plans. Martin St-Louis non plus. L'attaquant du Lightning de Tampa Bay n'aurait même pas été en uniforme contre les Américains si John Tavares n'avait pas été blessé.
Du hockey ordinaire
À l'exception de quelques matchs comme celui entre le Canada et les États-Unis, nous n'avons pas assisté à du grand hockey aux Jeux olympiques. La trappe est maintenant un mal généralisé à la grandeur de la planète. On ferme le jeu au centre de la patinoire, on bloque des tirs et on laisse l'adversaire jouer le long des rampes. Le système a pris le dessus sur tout le reste. Cette stratégie semble encore plus efficace sur les grandes patinoires. Ça n'a pas de bon sens!
Je doute que les joueurs de la Ligue nationale participent aux Jeux olympiques de 2018 en Corée du Sud. Les propriétaires sont pris en otage par l'olympisme. Les Islanders de New York ne pourront plus compter sur les services de l'excellent John Tavares, cette saison. Imaginez un peu si les Penguins de Pittsburgh perdaient Sidney Crosby ou le Canadien, Carey Price.
Février est le meilleur mois pour vendre le hockey aux États-Unis. La saison de football est terminée et le baseball n'est pas encore commencé. La principale compétition vient du basketball.
Les joueurs disent qu'ils aiment prendre part aux Jeux olympiques, mais ce sont les propriétaires qui paient leurs salaires. Et le commissaire Gary Bettman ne semble pas vendu à l'idée d'aller en Corée du Sud dans quatre ans!
Propos recueillis par Maurice Dumas