L'oeuvre d'une vie offerte au Musée de la civilisation

«Collectionner, c'est une maladie, ça ne se soigne pas», a lancé jeudi Pierre Riverin, sourire en coin. L'amateur d'art et sa femme présentaient jeudi au Musée de la civilisation de Québec (MCQ) une première donation de 90 objets issus de leur immense collection totalisant plus de 5000 pièces. Une contribution «encyclopédique» regroupant art populaire, art visuel, art indigène, livres rares et même du mobilier traditionnel québécois!
<p>Michel Côté (à gauche), directeur général du MCQ, a présenté la donation de Véronique et Pierre Riverin</p>
<p>Le petit couple de personnes âgées assis sur un banc, Gérard Mailloux</p>
Quelques oeuvres de cette donation seront exposées jusqu'au 16 février au Salon des visiteurs, avant de rejoindre les collections du Musée et d'être intégrées aux futures expositions. Des oeuvres de Fernand Leduc, Alfred Pellan, Serge Lemoyne, Marcel Barbeau et Marc-Aurèle Fortin côtoient de flamboyantes pièces d'art populaire québécois.
Dans un coin, d'énormes masques cérémoniels trouvés en Océanie jouxtent une sculpture d'Armand Vaillancourt et une lampe de Jean-Paul Mousseau. Plus loin encore, des exemplaires rares de livres d'Alfred Desrochers et de Louis Hémon, ainsi que des pièces de la vaisselle souvenir du 300e anniversaire de Québec, rescapées d'un antiquaire en Ontario. Chaque objet a son histoire, que Pierre Riverin a brièvement racontée, jeudi.
«C'est très émotif», a-t-il commenté. «En voyant les objets dans un autre cadre, ça donne une toute autre dynamique. On pense à tout ce qui s'en vient, ça fait réfléchir. Mais comme l'ont dit Michel Côté [dg du Musée] et Richard Dubé, qui est à l'origine du projet, la collection va rester ensemble, et c'est ce qui est important. [...] La Civilisation, ça comprend toutes les formes d'art», a souligné le collectionneur.
Pour le couple Riverin, cette collection est l'oeuvre d'une vie. «C'est l'aboutissement de 55 ans de recherche. Chaque pièce est un coup de coeur», relate Pierre Riverin. Il lui a parfois fallu jusqu'à 15 ans avant de réussir à acquérir certaines pièces. Si c'est souvent lui qui a choisi les oeuvres, sa femme a toujours été présente à ses côtés et a assuré la gestion de cette énorme collection. «Ça aurait pu nous désunir, admet l'homme, mais heureusement ça nous a gardés ensemble.»
La complicité est évidente entre les deux amateurs d'art, même s'il y a parfois eu des menus désaccords. «Il y a des oeuvres qui sont rentrées par la porte d'en arrière», a révélé en riant Véronique Riverin. Elle doute d'ailleurs que son mari puisse s'empêcher d'acheter de nouvelles oeuvres même si l'heure est maintenant aux bilans.
En effet, cette première donation sera suivie par d'autres dans les prochaines années. «Nous avons cette responsabilité de développer nos collections en pensant au futur», a noté Michel Côté, directeur général du MCQ. «Et on ne pourrait pas faire ce travail sans les collectionneurs privés», a-t-il ajouté, en soulignant la «grande qualité» et le caractère unique de la donation pluridisciplinaire de Véronique et Pierre Riverin.
Parmi tous ces objets, le MCQ se réjouissait particulièrement d'enrichir sa collection d'art populaire. Plusieurs des pièces données figurent d'ailleurs dans l'ouvrage de Michel Lessard La nouvelle encyclopédie des antiquités du Québec, publié en 2007. On y trouve des oeuvres de Philippe Roy, de Joseph Lavoie, d'Herbert Tomlinson... Neuf sculptures d'Oscar Héon, pratiquement introuvables sur le marché, sont maintenant entre les mains du Musée.
*****
Une expo sur la danse en octobre
Il y aura du mouvement cet automne au Musée de la civilisation. L'institution de la rue Dalhousie prépare une exposition sur la danse contemporaine, intitulée pour le moment Corps rebelles, a confirmé Serge Poulin, directeur des communications. Le chorégraphe de Québec Harold Rhéaume fait partie des artistes qui contribueront à la création de l'exposition.
L'installation comprendra notamment un cube en verre géant qui recevra des performances en direct de différentes troupes de danse au fil du temps. Un concept assez éclaté et intéressant signé Moment Factory, a souligné Serge Poulin.
L'exposition prendra l'affiche le 10 octobre.