L'accident mortel est survenu le 3 septembre, lorsqu'un camion s'est écrasé dans un ravin sans que le lit d'arrêt puisse l'immobiliser.

Lit d'arrêt à Petite-Rivière-Saint-François: «pas d'élément criminel» en cause dans l'accident

La Sûreté du Québec a terminé son enquête sur l'accident mortel du 3 septembre 2013 au lit d'arrêt de Petite-Rivière-Saint-François qui a coûté la vie au conducteur de camion Yann Turnbull. Selon la porte-parole de la SQ, Ann Mathieu, l'enquête policière statue qu'il «n'y avait pas d'élément criminel dans cet accident».
«La sortie de route du camion est attribuée à plusieurs facteurs humains», ajoute Mme Mathieu. La SQ ne commentera pas davantage ce dossier et a remis son rapport d'enquête au coroner chargé de rassembler les faits et de dresser son propre rapport et ses recommandations, s'il y a lieu.
Deuxième en trois ans
Rappelons que le 3 septembre dernier, un camion muni d'une pompe à béton a terminé sa course dans un ravin après que son conducteur eut été incapable de s'immobiliser dans le lit d'arrêt de la rue Principale de Petite-Rivière-Saint-François. Il s'agissait de la deuxième fois en trois ans qu'un événement semblable se produisait au même endroit. Après l'accident de 2010, où un camion s'était retrouvé dans la même position et son conducteur avait été blessé, la SQ avait conclu à une erreur humaine du conducteur, et le ministère des Transports avait pour sa part mené différents tests. Une barrière et des atténuateurs d'impacts avaient notamment été ajoutés à l'infrastructure.
Cette fois, compte tenu de la vitesse atteinte par le camion et de la présence dans la côte d'un autobus scolaire, la municipalité de Petite-Rivière-Saint-François demande notamment la construction d'une seconde infrastructure d'arrêt d'urgence plus haut sur la route Principale.