Lise Thibault

Lise Thibault approuve la double facturation «nécessaire»

Facturer Ottawa tout en touchant ses allocations provinciales pour l'hébergement et les repas était nécessaire pour «être capable d'arriver» dans une fonction très onéreuse, a admis jeudi Lise Thibault, dans un contre-interrogatoire pénible pour l'ex-lieutenante-gouverneure.
Après trois journées paisibles à converser avec son avocat, Lise Thibault a vu l'atmosphère se refroidir jeudi après-midi dans la salle d'audience où elle subit depuis le printemps son procès pour fraude et abus de confiance.
Lise Thibault maintient qu'elle n'a jamais demandé à son administrateur d'envoyer les factures de restaurants à l'extérieur de Québec au gouvernement fédéral afin de ne pas piger dans l'allocation provinciale. Mais elle reconnaît que si elle l'avait su, elle aurait été d'accord avec lui. «Je ne l'ai jamais fait avec une arrière-pensée, mais comment tu peux arriver...», a-t-elle répondu, la voix pleine de sanglots étouffés.
En matinée, interrogée par son avocat, Lise Thibault soutenait que la géographie des restaurants n'avait aucune importance dans ses choix.
Impitoyable, le procureur de la Couronne se demande bien comment on peut «ne pas arriver» avec un salaire dépassant les 100 000 $, une allocation provinciale de 4800 $ par mois et une subvention fédérale annuelle de près de 140 000 $.
Une garde-robe de fonction - elle se changeait souvent trois ou quatre fois par jour - et de nombreux déplacements rendaient les finances extrêmement serrées, plaide la septuagénaire. «Peut-être que j'aurais dû rester dans mon bureau, ne pas aller voir les gens, ne pas aller voir les mourants», demande-t-elle.
Questions impudentes
Sourire narquois aux lèvres, le procureur de la Couronne a multiplié les questions impudentes. Lorsque Lise Thibault se plaint de n'avoir jamais reçu de carte de crédit du cabinet du lieutenant-gouverneur, Me Guimont lui demande s'il y avait des points bonis rattachés à l'usage de sa carte personnelle.
En évoquant la maison du garde du corps à Beaupré et le loyer qui a varié entre 600 et 800 $ par mois, le procureur de la Couronne demande à Lise Thibault si elle s'est plainte à la Régie du logement.
Quand Mme Thibault raconte qu'elle a dit non à un poste de sénatrice pour demeurer lieutenante-gouverneure, le procureur veut savoir «si elle aurait eu droit à un chauffeur comme sénatrice».
Le constable spécial qui assure le bon ordre dans une salle remplie aura fort à faire pour préserver le décorum, avec les spectateurs nombreux à rire des questions du procureur de la Couronne et à réagir aux réponses de l'accusée.
Marcel Guimont s'est fait incisif lorsqu'il a voulu savoir pourquoi l'ex-lieutenante-gouverneure «avait caché l'existence de sa fondation» à Ottawa. Le procureur de la Couronne a souligné que les règles de conduite des lieutenants-gouverneurs les mettaient en garde contre les conflits d'intérêts et recommandaient d'attendre d'être sollicités avant d'épouser une cause.
Le contre-interrogatoire se poursuit vendredi.
*****
Du green à la Maison-Blanche
Lise Thibault y est allée d'une déclaration surprenante hier en affirmant qu'à la suite des expériences de golf assis qu'elle a faites à titre de lieutenante-gouverneure, «la Maison-Blanche va adopter un règlement obligeant chaque terrain de golf de Floride à avoir des karts de golf adapté pour permettre aux gens avec des limitations de jouer». Lise Thibault a eu trois karts de golf adaptés durant son mandat. Les deux premiers ont été payés par les gouvernements fédéral et provincial, tandis que le troisième est un cadeau d'un donateur, a affirmé Mme Thibault.
Adrienne Clarkson: «hautaine»
Les relations n'étaient pas au beau fixe entre l'ex-lieutenante-gouverneure et sa vis-à-vis du fédéral, la gouverneure générale Adrienne Clarkson, en poste de 1999 à 2005. À l'arrivée d'Adrienne Clarkson, «une femme hautaine», juge Mme Thibault, bien des choses ont changé. «Avec Mme Clarkson, c'était d'aller un peu partout où on faisait du vin pour monter la cave à vin de Rideau Hall», lance l'ex-lieutenante-gouverneure.
Le fisc aux trousses de Mme Thibault
L'avocat de Lise Thibault, Me Marc Labelle, a déposé en preuve hier les avis de cotisation d'impôt de sa cliente. Il affirme que sa cliente a été cotisée par Revenu Québec et l'Agence du revenu du Canada pour une somme d'au moins 600 000 $. La subvention fédérale pour les dépenses dans la capitale aurait été considérée comme du salaire par les agents du fisc.