L'international en caricatures

La montée de l'État islamique est l'événement majeur de l'année sur la scène internationale. L'organisation utilise beaucoup les médias sociaux. C'est quelque chose de complètement nouveau pour un mouvement terroriste. C'est très différent d'Al-Qaida, je dirais même que c'est un palier de plus. Le groupe État islamique n'occupe pas un territoire physique comme tel, d'où ces personnages qui pointent le doigt un peu dans toutes les directions pour indiquer à un soldat où il se trouve.
Ç'a été le sujet le plus délicat à traiter pour moi cette année. J'éprouvais un malaise avec toutes ces exécutions faites devant la caméra. J'ai essayé d'aborder le sujet, mais je n'ai jamais réussi à trouver le bon angle.
L'organisation tente aussi beaucoup de faire du recrutement chez les personnes fragiles au plan psychologique. On l'a vu avec les attentats de Saint-Jean-sur-Richelieu et la fusillade au Parlement d'Ottawa.
Il y aussi Barack Obama et le bourbier irakien, avec une caricature qui démontre que des milliards sont détournés là-bas dans un système corrompu, faute de structures politiques adéquates.
Propos recueillis par Normand Provencher