L'hiver québécois à nos pieds

L'hiver est à nos portes. Ou plutôt à nos pieds. Mais avant que tombent les premiers flocons, le moment est venu de magasiner des bottes doublées. Dans ce rayon, ce sont les marques québécoises qui ont une longueur d'avance. 
Promettant confort et qualité, les marques et les fabricants québécois de chaussures et de bottes se démarquent chez les commerçants rencontrés. Pourquoi? «Parce qu'ils sont les mieux placés pour connaître les besoins de notre clientèle», nous dit-on dans une boutique Jean Paul Fortin. 
Des compagnies basées à Québec
Un constat partagé par les fabricants. L'entreprise Chaussures Régence, qui commercialise notamment les marques Blondo et Acton, remarque que les consommateurs sont mieux informés depuis quelques années sur la fabrication et sur les composantes de ses produits. On peut d'ailleurs facilement les retrouver sur le site web de l'entreprise.
D'autres compagnies locales comme Saute-Mouton, Auclair & Martineau et Hichaud gagnent également en popularité auprès de la clientèle de proximité, bien qu'ils soient moins visibles chez les détaillants. Certaines ouvrent les portes de leur usine de fabrication ou de leur siège social aux clients, qui évitent ainsi de courir les magasins. Une façon de faire qui encourage l'achat local et qui permet de bien conseiller les consommateurs, de dire ces entreprises.  
Un savoir-faire durable
Dans un marché où la concurrence est féroce, les fabricants québécois misent sur leur savoir-faire et sur leur longévité. C'est le cas notamment de l'entreprise familiale montréalaise Pajar, qui a été fondée il y a plus de 50 ans, et de La Canadienne, qui cumule presque autant d'années d'expertise. Certaines collections de ces deux entreprises sont fabriquées localement tandis que d'autres sont faites à l'étranger. 
Choisir le bon modèle
Quel modèle chausser cet hiver? Avant de magasiner, il vaut mieux cerner ses besoins. Bien que la grosse botte nordique soit toujours en tête des tendances, elles ne convient pas à toutes les activités. Ni à toutes les tenues. Pour les déplacements en ville ou au bureau, le bottillon et la botte mi-mollet demeurent les plus populaires. Tandis que la haute cuissarde s'enfilera mieux sur un legging ou un collant. 
Mais c'est surtout sa doublure qui doit retenir l'attention du consommateur. Les doublures de mouton, de lainage et d'isolant technique sont à privilégier. Règle générale: moins vous bougez, plus la botte doit être isolée. À noter qu'un minimum de 200 grammes d'isolant est recommandé (lisez les étiquettes!). Et que le revêtement de la botte doit être imperméable pour qu'il soit efficace.
Sans oublier la semelle antidérapante. Pour éviter les chutes, les compagnies ont développé différents procédés de caoutchouc naturel ou synthétique. Même certaines bottes à talons en possèdent, malgré qu'elles soient moins stables qu'une semelle plate. Parmi les innovations, Pajar a également intégré dans certains de ses modèles des crampons pour offrir encore plus d'adhérence.
Fiston revient de jouer et a les pieds mouillés? N'oubliez pas de retirer les chaussons des bottes avant de les faire sécher.
Carnet d'adresses web
<p>Manteau d'hiver, création de Marie Dooley</p>
Un manteau signé Marie Dooley
La créatrice de mode Marie Dooley participera à sa façon à l'événement Plaisirs d'hiver qui se tiendra à Bruxelles au début de décembre et dont la Ville de Québec est l'invitée d'honneur. Les neuf artistes qui offriront une prestation lors du lancement de ce populaire marché de Noël de réputation internationale porteront un manteau qui a été conçu sur mesure par la designer de Québec.
Fait de lainage bleu sarcelle, le manteau de style redingote au col militaire a été inspiré par les traditions européennes, de dire la designer. Le modèle féminin s'apparente à une robe hivernale tandis que celui pour les hommes est de coupe classique.