Sorti en salle il y a une semaine, le film 2012 présente un scénario apocalyptique qui soulève certaines questions.

L'Halloween en décembre... 2012

«Je vous écris aujourd'hui, car je me questionne sur la date du 21 décembre 2012. Nous savons que les planètes de notre système seront alors alignées. Certains disent que les pôles changeront de place. D'autres avancent que les tempêtes seront beaucoup plus fréquentes et plus violentes et plusieurs autres spéculateurs prédisent même la fin du monde. Ce genre d'alignement s'est déjà passé il y a 5000 ou 6000 ans et on est toujours là, à ce que je sache. D'un point de vue purement scientifique, à quoi on peut s'attendre?» demande Michel Gagnon.
Avec le portrait apocalyptique que dresse le film 2012, sorti en salle il y a une semaine, la question se pose, en effet. En outre, une pléthore de sites à saveur New Age annoncent toutes sortes d'événements spectaculaires pour cette date soi-disant spéciale. En soi, ce n'est pas très étonnant, puisque l'humanité voit des présages dans les phénomènes astronomiques depuis des millénaires, analyse le physicien et vulgarisateur Sébastien Gauthier, de l'entreprise de communication scientifique Cosmagora. Il a donné récemment une conférence intitulée 2012 : comment survivre au discours pseudo-scientifique? au Collège F.-X.-Garneau.
Mais ce qui est autrement plus étonnant dans ce cas-ci, dit M. Gauthier, c'est qu'il n'y aura pas d'alignement des planètes à cette date! Absolument aucun, comme on le voit sur cette carte du système solaire montrant la position des planètes (calculée par un simulateur de la NASA) au 21 décembre 2012 à midi tapant, heure universelle. Malheureusement, cela n'empêche les fausses rumeurs de courir sur la Toile...
(De toute façon, même si toutes les planètes s'alignaient, cela n'aurait pas la moindre conséquence. Quelques petits calculs montrent que l'effet gravitationnel combiné des sept autres planètes sur la Terre est 61 fois plus faible que l'attraction lunaire. Alors en ce qui concerne l'auteur de ces lignes, elles peuvent bien s'aligner autant qu'elles veulent.)
Selon M. Gauthier, la «popularité» de cette date du 21/12/2012 provient de l'engouement récent des milieux New Age et d'autres groupes plus ou moins ésotériques pour l'histoire des Mayas, cette grande civilisation de l'Amérique centrale précolombienne. Dans un de leurs calendriers (les Mayas avaient plus d'une façon de mesurer le temps qui passe) nommé «compte long», cette date précise marquera la fin d'un baktun, soit une période de 394 ans qui est grosso modo l'équivalent de nos millénaires dans ce calendrier.
Comme les Mayas utilisaient un système de numération vigésimal (en base 20) plutôt que décimal (en base 10) comme le nôtre, leur calendrier comptait les jours par groupes de 20 appelés uinal, qui faisaient office de «mois», en quelque sorte. L'unité supérieure était le tun, égale à 18 uinal plutôt que 20 de façon à correspondre à peu près à une année solaire - 18 x 20 jours = 360 jours. Un groupe de 20 tun faisait à son tour un katun (donc 7200 jours, près de 20 ans), et la plus longue unité de temps était le baktun, égal à 20 katuns, ou 394 ans.
D'après certains calculs, dit M. Gauthier, ce «compte long» aurait commencé le 11 août 3114 av. J.-C., ce qui signifie que le 21 décembre 2012 marquerait la fin du 13e baktun. Notons cependant que cet exercice de datation comporte ses risques d'erreur et que certains experts avancent plutôt la date du 23 décembre 2012 - c'est-à-dire trop tard, malheureusement, pour que la fin du monde nous sauve des emplettes de Noël de dernière minute.
Et de toute façon, qu'est-ce que cela pourrait bien changer? Pour l'industrie de l'ésotérisme, tous les jalons temporels sont des occasions d'affaires - qu'on se souvienne de l'an 2000 - et ses gourous sont certainement bien contents d'en avoir un nouveau sous la main.
Notons enfin qu'il existe un monument maya, au Mexique, qui fait référence à la fin du 13e baktun et auquel les «catastrophistes» font abondamment référence, disant que ses inscriptions annoncent une catastrophe, mais les experts sérieux en décrivent les inscriptions comme «floues», au mieux.
---
«Il y a longtemps que je me pose une question qui, à ma connaissance, n'a jamais été abordée. Est-ce que les électrodes (des pistolets Taser) envoyées sur une cible humaine sont réutilisées? Si oui, a-t-on déjà pensé à la possibilité de transmission de maladies graves?» demande Francine Vachon.
Dans les «modes d'emploi» du Taser accessibles sur Internet, il est habituellement recommandé de traiter les dards «usagés» comme des «seringues contaminées». Au Service de police de Québec, le porte-parole François Bouchard précise qu'au Québec, le seul fait d'enlever les dards est considéré comme un acte médical. C'est toujours un médecin, une infirmière ou un ambulancier qui les enlève, «et ils les envoient ensuite dans les déchets médicaux», dit M. Bouchard.