Martin Ouellet, candidat de l'exécutif du PQ dans René-Lévesque, en compagnie de celui à qui il tente de succéder, Marjolain Dufour.

L'exécutif du PQ choisit le successeur de Marjolain Dufour dans René-Lévesque

L'exécutif du Parti québécois (PQ) dans René-Lévesque a clairement identifié son favori pour succéder au député démissionnaire Marjolain Dufour. Il s'agit de Martin Ouellet, issu du milieu socioéconomique de la Manicouagan.
M. Ouellet, 38 ans, est directeur général de la Société d'aide au développement des collectivités Manicouagan. C'est l'exécutif du parti qui l'a approché. «Notre réflexion s'est faite en fonction des qualités recherchées», a indiqué le président de l'exécutif péquiste dans René-Lévesque, Daniel Naud, qui parle notamment de l'importance d'être «rassembleur» et de maîtriser les dossiers économiques.
Le PQ avait pourtant déjà une candidature officielle, celle d'Yves Montigny. Mais elle ne répondait vraisemblablement pas aux exigences de l'exécutif, qui lui a demandé de se rallier à la candidature de Martin Ouellet. M. Montigny a refusé l'invitation la semaine dernière, mais il l'a accepté mardi.
M. Naud confirme que l'exécutif a «tendu la main» à M. Montigny, tout en rappelant que le choix de l'exécutif ne reflète que l'opinion de ce dernier et que quiconque peut se présenter à l'investiture du parti. «Nous suggérons, nous n'avons aucun droit de veto.»
Décourager d'autres candidatures
Quant à savoir si cette sortie publique, appuyée par l'ex-député Dufour et une vingtaine de militants, risquait de décourager d'autres candidatures, M. Naud a répondu que «si ça coupe l'herbe sous le pied [d'éventuels candidats], nous en sommes désolés».
Lors de son annonce, M. Ouellet, qui a régulièrement souligné sa volonté de faire du Québec un pays durant son discours, a déclaré qu'il étudiait la possibilité de tâter de la politique avant même l'approche de l'exécutif. «C'était quelque chose que je voulais faire dans la vie, c'est venu plus rapidement qu'anticipé», a-t-il dit.
Si investiture il y a, elle devra se tenir rapidement, car le premier ministre Philippe Couillard a annoncé mercredi que l'élection complémentaire dans René-Lévesque, ainsi que dans trois autres circonscriptions, se tiendra le 9 novembre.