À l'aréna Bruno-Verret, une famille de deux adultes et deux enfants doit débourser 10 $ pour une période variant entre 50 minutes et une heure vingt de patinage.

Lévis: patinage gratuit... sauf à Saint-Étienne

Les citoyens de Lévis peuvent patiner gratuitement dans tous les arénas de la ville depuis le 3 janvier. Mais les résidants du quartier Saint-Étienne doivent continuer de débourser 10 $ pour une famille de quatre pour poser le patin sur la glace du Centre Bruno-Verret.
Avant les Fêtes, le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, avait confirmé que le patinage libre serait désormais gratuit dans tous les arénas de la ville. Une mesure qui coûte 50 000 $.
Le 3 janvier, date d'entrée en vigueur de la gratuité, le site Internet de la Ville spécifiait que le patinage était gratuit partout, y compris à l'aréna Bruno-Verret. Les citoyens ont donc pu patiner sans débourser un sou ce jour-là à Saint-Étienne.
Mais la fin de semaine dernière, les choses avaient changé. Les patineurs ont dû passer à la caisse avant de mettre le pied sur la patinoire. Le prix est de 3 $ pour les adultes et de 2 $ pour les 12 ans et moins. Les activités libres sont gratuites uniquement pour les membres. Ainsi, une famille de deux adultes et deux enfants doit débourser 10 $ pour une période variant entre 50 minutes et une heure vingt de patinage sur la glace olympique ou sur la glace standard. Sur le site Web, plus de traces de la gratuité à Saint-Étienne.
Organisme à but non lucratif
L'aréna Bruno-Verret est géré par un organisme à but non lucratif (OBNL), la Corporation du Centre socio-culturel et sportif Saint-Étienne. Son directeur général, Marc Gosselin, rappelle que Bruno-Verret a été construit en 1980 grâce au financement populaire. Depuis, les contributions de 400 $ et plus donnent une carte de membre valide pour la famille qui permet entre autres un accès sans frais à toutes les activités libres (patinage, hockey, patinage de vitesse, ringuette).
«C'est par respect pour ces gens-là qui ont payé 400 $. Si du jour au lendemain on dit à tout le monde: "Venez patiner gratuitement", ça ne marche pas», plaide M. Gosselin. «Il y a eu une erreur», dit-il, le conseil d'administration de Bruno-Verret a refusé que la gratuité s'applique à son aréna.
Pourtant, la Ville de Lévis a été partenaire dans la construction de la deuxième glace - de format olympique -, en 2008. Elle s'est engagée financièrement pour 10 ans à fournir 324 000 $ en location d'heures par année et à un montant annuel de financement de 200 000 $. La Ville s'était portée garante d'un prêt de 5 millions $ qui avait été consenti à l'OBNL, explique M. Gosselin.
Le maire y tient
Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, se félicite du succès remporté par la mesure de gratuité à la grandeur de la ville. Il a marqué hier sa volonté que le patinage soit aussi gratuit à Bruno-Verret. Une rencontre doit d'ailleurs avoir lieu bientôt entre les administrateurs de l'aréna et des représentants de la Ville. «C'est pas une question d'argent», affirme M. Lehouillier. La Ville est prête à offrir 14 000 $ à Bruno-Verret pour couvrir les frais engagés annuellement pour offrir le patinage libre.
«Il reste des technicalités» à régler, mais le maire croit que le C. A. reviendra sur sa décision.
Le service des communications de la Ville de Lévis, à qui nous avions demandé des précisions sur ce dossier, ne nous a pas rappelés.