La majorité des participants de cette année avaient de 25 à 45 ans, une clientèle que le Carnaval a autrement du mal à rejoindre.

L'événement Bulles, Whisky et cie confirme sa popularité

Champagne pour Bulles, Whisky et Cie, qui confirme sa popularité pour une deuxième année d'affilée.
L'événement a séduit les 25 à 45 ans, une clientèle qui adhère plus difficilement à la programmation du Carnaval. Jeudi soir, ils se sont précipités à l'intérieur, dans la salle de bal du Concorde.
Tous les billets se sont écoulés en prévente, près d'une semaine avant l'activité.
«Notre événement rejoint beaucoup une clientèle locale, qui connaît le Carnaval depuis des années, mais qui l'a peut-être délaissé parce qu'ils ne se reconnaissaient plus dans la programmation. On les rejoint par un marketing parallèle. Aujourd'hui, ils sont ici parce que l'activité les attire spécifiquement», commente Yann Latouche, producteur de Bulles, Whisky et Cie et ex-directeur par intérim du Carnaval.
La majorité des gens interrogés ne s'étaient d'ailleurs pas procuré leur effigie. Un ratio qui devrait changer avec le temps, prédit Yann Larouche, qui a «espoir qu'avec une programmation élargie et des nouveaux créateurs», l'activité va cadrer de plus en plus avec le Carnaval.
«C'est le concept qui est intéressant. De l'alcool et des beaux produits, c'est rassembleur», remarque Noémie. Dans la même lignée, elle prédit que l'Igloofest, qui débarquera au Party du Jamboree le 13 février, devrait aussi attirer les jeunes.
Est-ce le «vice», pour reprendre l'expression du président du conseil d'administration du Carnaval, Alain April, qui attire cette clientèle difficile? «C'est naturel pour les gens de relier le vice à l'alcool, mais la délinquance, c'est de s'écarter un peu de la ligne de conduite. Ça ne passe pas nécessairement par l'alcool. Mon événement est axé sur la dégustation de produits alcoolisés, mais c'est encadré. Ce n'est pas ça, le vice», affirme Yann Latouche.
«Les gens sont intéressés aux produits, ils ne sont pas ici pour consommer avec excès», constate Benoît Lamoureux, qui représentait notamment Jack Daniels à Bulles, Whisky et Cie.
Plus de 150 produits locaux
Dans la salle du bal du Concorde, les distilleries rivalisaient d'originalité pour contenter les fins palais, offrant plus de 150 produits locaux. Amateur de whisky, James Hodgson profitait de son cadeau de Saint-Valentin, offert avec un peu d'avance par sa blonde, Danielle Comeau.
«J'ai trouvé l'événement par une recherche Google», admet-elle candidement. Elle ne lui a montré les billets que jeudi soir.
Son idée a fait des étincelles. Un verre à la main, James Hodgson s'est dit heureux de goûter à des produits qu'il ne «pourrait jamais acheter autrement.» Les amateurs d'alcool auront à nouveau ce plaisir vendredi. Malheureusement pour les retardataires, l'événement affiche complet.