Les voûtes à Ti-Père, comme si vous y étiez

Quand on met le pied à l'intérieur du Théâtre Petit-Champlain ces jours-ci, ça sent le bois humide, il y a des photos partout, et on aperçoit un minuscule bar à caribou au fond de la salle. Pas de doute, on replonge au moins 30 ans en arrière, dans l'univers festif des voûtes à Ti-Père.
Ceux qui ont connu ce sous-sol familial de la rue Sainte-Thérèse, dans le quartier Saint-Sauveur, se montrent très satisfaits de sa reconstitution quasi identique, pour la période du Carnaval, dans le quartier Petit-Champlain. 
C'est le cas de Laval Provencher, ancien animateur de radio et ami de la famille. Il raconte que Jocelyn, le fils de Lionel Faucher (alias Ti-Père) a fourni à l'équipe des centaines de photos d'époque,  les pancartes, le bar, les bancs rouges, de même que les bardeaux de bois originaux, où on peut apercevoir les signatures de ceux qui ont fréquenté l'endroit mythique, entre 1958 et 1990. 
«Ti-Père, c'était un modèle d'hospitalité. C'est pas pour rien que les gens faisaient la file parfois pendant une heure pour entrer chez lui» se souvient M. Provencher. 
Et aussi pour goûter à son caribou, dont il a toujours gardé la recette secrète. Cette boisson forte et sucrée est bel et bien en vente dans les voûtes reconstituées du Petit-Champlain, mais les puristes diront qu'elle n'a pas tout à fait le même goût.