L'ex-sénateur Mac Harb et le sénateur suspendu Patrick Brazeau

Les sénateurs Brazeau et Harb accusés de fraude et d'abus de confiance

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a déposé des accusations de fraude et d'abus de confiance contre l'ex-sénateur libéral Mac Harb et le sénateur Patrick Brazeau.
La GRC a fait le point sur son enquête autour du scandale des dépenses au Sénat, mardi matin.
Les réclamations de frais des sénateurs Harb, qui était libéral, Patrick Brazeau, Mike Duffy et Pamela Wallin, tous trois conservateurs, sont examinées par les enquêteurs depuis plusieurs mois. MM. Brazeau et Harb devront comparaître en cour prochainement.
C'est le commissaire adjoint Gilles Michaud qui a fait cette annonce, mardi, à Ottawa. Le commandant de la division nationale de la GRC n'a répondu à  aucune question des journalistes et il n'a donc pas été possible d'obtenir plus de détails.
«Nos enquêteurs ont interrogé des dizaines de personnes et de témoins, a indiqué le commissaire adjoint. Nous avons également examiné et analysé des milliers de documents, notamment des états financiers, des relevés bancaires et des demandes de remboursement remontant à 2003.»
Alors que certains documents déposés à la Cour faisaient état d'une possible fraude hypothécaire faite par Mac Harb, la GRC a indiqué mardi que la preuve ne permettait pas d'appuyer ces allégations.
Avec le dépôt de ces accusations, le député néo-démocrate Alexandre Boulerice dit remettre en question le jugement du premier ministre Stephen Harper qui a nommé Patrick Brazeau à la Chambre haute. Il trouve aussi que le chef libéral Justin Trudeau n'a pas pris l'enquête de la GRC assez au sérieux, rappelant qu'il a défendu M. Harb. Celui-ci a démissionné l'été dernier.
Quant aux sénateurs Brazeau, Duffy et Wallin, ils sont suspendus du Sénat jusqu'à la fin de la session parlementaire.
Aucune accusation n'a été déposée mardi contre Mme Wallin et M. Duffy. Leurs noms n'ont même pas été prononcés lors du point de presse de la GRC.
Reproches différents
Les reproches adressés aux quatre sénateurs sont différents, mais les enquêtes portent dans tous les cas sur des allégations de fraude et abus de confiance.
Dans les cas de MM. Harb et Brazeau, ils auraient réclamé des allocations pour résidence secondaire sans y avoir droit. Le Sénat réclame 48 000 $ au sénateur Brazeau.
En ce qui concerne Mme Wallin, ce seraient des dépenses de déplacement, surtout des billets d'avion, qui auraient été réclamées en trop. Elle a dû rembourser près de 140 000 $.
Pour ce qui est de M. Duffy, son cas est plus complexe. L'ex-chef de cabinet du premier ministre Stephen Harper a remboursé, à sa place, les 90 000 $ que lui réclamait le Sénat pour des allocations de résidence secondaire qu'il n'aurait pas dû toucher.
La GRC promet de faire une autre mise à jour quand son travail d'enquête sera terminé.