Les secrets de la Vallée Bras-du-Nord

Sur le comptoir neuf du tout aussi nouveau chalet d'accueil de la Vallée Bras-du-Nord, Frédéric Asselin déploie la carte de son royaume. Directeur de la coopérative de solidarité qui développe et gère cet espace nature situé dans Portneuf, il s'emballe quand vient le temps de décrire les nombreux sentiers et attraits qui sont apparus depuis ma dernière visite, il y a un peu plus de cinq ans.
Car en plus de la descente en canot sur la rivière Sainte-Anne des débuts, on a poursuivi le développement de l'important réseau de sentiers pour la randonnée pédestre, qui totalise aujourd'hui près de 80 km. Et depuis mon dernier passage, c'est le vélo de montagne qui a pris la vedette, avec déjà une soixantaine de kilomètres de sentiers variés. Un simple apéro, s'il faut en croire le directeur de la coop, qui vise maintenant une place parmi les destinations internationales de l'univers du pneu à crampons!
S'interrompant à répétition, Frédéric revient immanquablement à cette zone de la carte qui est en apparence hors limite et qu'il tapote du doigt avec toujours la même phrase : «Il faut vraiment que tu vois ça...» Du coup, la journée vient de prendre une autre tournure...
Pour ce retour dans la Vallée, j'avais en tête de parler développement des sites de plein air, histoire de tenter de découvrir ce qui a fait les récents succès de la coopérative, qui cumule prix et éloges, au Québec comme ailleurs. Plutôt que de faire une randonnée pédestre en direction des sommets qui dominent la Vallée, nous voilà plutôt à bord du Rav4 du patron pour une virée sur les chemins forestiers qui montent vers le nord.
En route, Frédéric veut bien partager une partie des secrets de son organisation. Bien que se réjouissant de la venue de plus en plus assidue des touristes - environ 40 000 jours-visites cette année -, il admet, presque mal à l'aise, qu'au fond ce ne sont pas eux qui motivent son équipe d'une trentaine d'employés.
«Je fais ça pour que je tripe, que les employés tripent... et que les gens de Saint-Raymond tripent!» Une façon de voir les choses «très terrain», bien ancrée dans la réalité du quotidien du directeur, qui a d'ailleurs profité de notre virée pour aller voir son monde au travail.
Une passion au grand air qui colle parfaitement au mode de fonctionnement coopératif qu'ils ont su mettre en place. Ici, propriétaires terriens, résidants, exploitants forestiers ou membres du club de vélo de montagne du coin, pour ne nommer que ceux-là, trouvent tous avantage au succès du groupe. Et ça marche plutôt bien. Très bien même.
Car au-delà de développer des activités à la hâte en rendant simplement accessibles des équipements en espérant que les sportifs de l'extérieur s'y intéressent, la Vallée s'est donné la structure et le temps de polir son potentiel naturel. Tout a été mis en place pour que les gens du coin s'approprient la Vallée, en sachant bien que le bouche à oreille allait faire la suite.
Bientôt 10 ans
Presque une décennie après sa naissance - la coopérative fêtera ses 10 ans à l'été 2012 - et environ 5 millions $ en investissements plus tard, la Vallée commence à récolter les fruits de ses efforts. L'éclat du bijou au nord de Saint-Raymond se fait remarquer. Aussi loin qu'en Europe d'ailleurs, où le charismatique directeur donne à l'occasion des conférences pour expliquer le modèle en place.
Au moment où s'amorce la phase deux du développement, la direction de la Vallée Bras-du-Nord espère doubler dans les prochaines années les investissements réalisés jusqu'ici. Une constante recherche d'argent à laquelle Frédéric Asselin a fini par s'habituer. Car s'il y a quelque chose qui le fait moins triper... c'est bien ça! N'empêche, le sérieux et la bonne réputation de la coopérative aident quand vient le temps de frapper aux portes.
On s'en doute, l'argent des différents paliers gouvernementaux joue encore un rôle important dans l'essor de la Vallée. En retour, déterminée à contribuer de manière marquée à la vie de Portneuf, la coopérative accueille chaque année une dizaine de jeunes travailleurs dans un projet de réinsertion et de valorisation à l'emploi. Pour Frédéric Asselin, la centaine de jeunes qui ont «grandi» en pleine nature depuis 10 ans sont sa plus grande fierté.
«Si demain matin, tout ça brûlait, illustre-t-il en balayant l'horizon de son bras, il restera toujours nos jeunes... Et c'est ça qui est vraiment l'important.»
Autre preuve de l'impact de la coopérative dans la région, le récent lancement d'un programme plein air à l'école secondaire Louis-Jobin, à Saint-Raymond, qui permettra aux étudiants inscrits de parfaire leur apprentissage en vivant des expériences en nature.
Raison de rêver
Au fil des détours du long chemin forestier, Frédéric Asselin m'a décrit la vision qu'il avait pour développer la Vallée. Rendu dans la zone «que je devais voir», impossible de ne pas constater que le «fonds de commerce» de la coopérative est loin d'être épuisé et qu'il a raison de rêver.
Devant les surprenantes parois rocheuses du secteur, qui ont de quoi donner des vertiges pour de nombreuses années à venir, l'escalade est évoquée. Découverts à pied, les abords de la spectaculaire rivière Neilson laissent deviner ce qui allumera les adeptes de vélo de montagne. Un peu plus loin, c'est une éventuelle via ferrata ou encore les sorties de canyoning - déjà organisées et offertes en forfaits - qui font dire qu'il ne faudra pas attendre aussi longtemps que la dernière fois avant de revenir s'amuser dans le coin.
Trois sorties pour découvrir la Vallée Bras-du-Nord
1- Apéro pédestre
La Boucle de la hauteur est l'excursion parfaite pour découvrir les charmes de la Vallée aisément peu importe la saison. Distance : 6,5 km. Dénivelé : 160 m.
2-Refuge naturel
Juché au sommet d'un rempart naturel qui domine la vallée, le refuge tout en bois Le Montagne Art impressionnera à coup sûr, autant par son architecture que par sa vue! Un confort qui se mérite après une balade de 4,2 km, pour une ascension totale de 400 m.
3- Le préféré du patron
C'est le plus sauvage, le plus long... et le préféré du patron! Le sentier du Philosore, avec ses 26 km d'un tracé exigeant, reste celui qui plaît le plus à Frédéric Asselin, directeur de la Vallée Bras-du-Nord. Il le redécouvre au moins une fois par année.
Info : brasdunord.ca
Participez à l'aventure
Parce que les joies du plein air sont toujours plus agréables en bonne compagnie, n'hésitez pas à nous contacter pour partager votre passion de l'aventure. Que vous soyez à préparer une expédition
d'envergure, adepte d'une activité qui mérite qu'on s'y attarde, à la recherche de trucs et conseils ou encore si vous connaissez une destination qui sort de l'ordinaire, n'hésitez pas à nous faire signe.