Le chef de choeur des Rhapsodes, David Rompré, souhaite présenter l'intégrale de l'Oratorio de Noël au Palais Montcalm depuis que l'orgue Casavant y a été installé. C'est que l'oeuvre sollicite un orchestre à cordes, un grand orgue, cinq solistes et un choeur.

Les Rhapsodes: l'oratorio rêvé de David Rompré

En Grèce antique, un rhapsode était un artiste qui récitait les oeuvres écrites par un autre, principalement des épopées.  En musique classique, une rhapsodie est une composition de style et de forme libres, proche de la fantaisie. Le choeur des Rhapsodes, lui, a le goût de l'aventure, et navigue librement dans le répertoire choral depuis 1962.
Samedi prochain, l'ensemble vocal s'attaquera à l'Oratorio de Noël de Saint-Saëns, une oeuvre grandiose, mais peu jouée, qui sollicite un orchestre à cordes, un grand orgue, cinq solistes et un choeur. Depuis que l'orgue Casavant a été installé au Palais Montcalm, le chef de choeur David Rompré rêve d'y présenter la bête en intégrale.
«C'est une oeuvre particulière à cause de son instrumentation. Lorsqu'on met des cordes avec un grand orgue, on est assez limité normalement.  Dans une église, ça fait un décalage puisque le choeur est placé devant, ou ça prend des jubés immenses pour loger tous les chanteurs», explique M. Rompré. La console qui permet à l'organiste de se trouver sur scène auprès des autres interprètes règle ce problème au Palais Montcalm.
Les solistes et instrumentistes (issus pour la plupart de l'Orchestre symphonique de Québec) ne feront leur apparition qu'en deuxième partie de concert, pour l'Oratorio. En ouverture de programme, toute la place sera laissée aux 47 choristes et à Marc d'Anjou, qui est organiste titulaire à la Basilique de Québec, qui interpréteront des pièces composées entre la Renaissance et aujourd'hui. On y trouve, entre autres, Quatre Motets pour le temps de Noël de Francis Poulenc et une pièce du compositeur Martin Gravel.
Exigence de qualité
David Rompré dirige les Rhapsodes depuis 2000 et le choeur de l'Orchestre symphonique de Québec depuis 2002, en plus de mener le Choeur de l'Annonciation de L'Ancienne-Lorette. À Québec, les choeurs composés de chanteurs professionnels sont greffés aux productions de l'Opéra de Québec ou des Violons du Roy (La Chapelle). «Le choeur de l'OSQ est hybride. On y trouve des chanteurs amateurs d'expérience et 25 professionnels, qui se joignent à nous juste avant le concert», indique M. Rompré, qui s'était faufilé parmi les choristes pour le concert avec Marie-Nicole Lemieux, le 26 novembre.
Les membres des Rhapsodes, quant à eux, sont triés sur le volet lors d'auditions, et doivent faire preuve de rigueur et de justesse. «Je ne laisse rien passer au niveau des timbres et des notes. Les gens savent qu'il y a une exigence de qualité et du travail à faire en dehors des répétitions», note le chef.
Même si le concert de samedi ouvre officiellement sa saison, le choeur a déjà pris part aux fêtes du 350e anniversaire de la paroisse Notre-Dame de Québec et aux Journées de la culture au Palais Montcalm cet automne. Devenu en quelque sorte le «choeur en résidence du Palais», illustre le chef, l'ensemble compte plus de 500 abonnés. On pourra les entendre interpréter le Requiem de Fauré en mars et Off Off Offenbach!, une oeuvre aux percussions surprenantes, à la fin mai.
-----
Vous voulez y aller?
Quoi : Oratorio de Noël et Des Noëls français
Qui : Les Rhapsodes
Avec : Jessica Latouche (soprano), Nathalie Dumont (mezzo-soprano), Élaine Rioux (alto), Guy Lessard (ténor), Pierre Rancourt (baryton), Marc D'Anjou (orgue Casavant), choeur et orchestre sous la direction de David Rompré
Quand : samedi 13 décembre à 20h
: Palais Montcalm
Billet : 31,04 $ (24,14 $ pour les étudiants)
Info : 418 641-4040