Séminaire Saint-Alphonse

Les Rédemptoristes cherchent un relationniste

La congrégation des Rédemptoristes, dont l'image est mise à mal devant les tribunaux, veut embaucher un conseiller en communication.
Depuis l'arrestation du père Raymond-Marie Lavoie en 2009 pour des agressions sexuelles sur des étudiants du Séminaire Saint-Alphonse, la congrégation des Rédemptoristes de Sainte-Anne-de-Beaupré est dans la tourmente. Encore plus depuis l'audition, au début de l'automne, du recours collectif intenté par environ 70 hommes qui disent avoir été victimes d'abus sexuels par neuf prêtres.
La congrégation souhaite maintenant avoir un membre du personnel dédié aux communications. Selon l'offre d'emploi paru sur le site Web Jobillico, le poste permanent doit être pourvu «dès que possible».
Ce conseiller en communication et marketing travaillera à partir des bureaux administratifs à Sainte-Anne-de-Beaupré et oeuvrera autant pour la congrégation des Rédemptoristes que pour la basilique Sainte-Anne, la Revue et l'Auberge de la basilique.
En plus d'élaborer des plans de communication et de marketing, son rôle consistera à «agir à titre de porte-parole de la direction lors de gestions de crises et assurer une stabilité avec les différents intervenants», précise l'offre d'emploi.
Une des tâches du conseiller en communication touche aussi la gestion de l'image. «Le conseiller devra piloter, avec la direction et des consultants externes, le dossier de gestion de l'image du sanctuaire», peut-on lire dans l'offre d'emploi.
La congrégation dit rechercher un ou une candidate qui fera preuve «d'honnêteté, a un intérêt pour le travail d'équipe et une excellente habileté en communication». On ajoute que le candidat «doit également être discret, avoir une empathie naturelle et être créatif».
La congrégation des Rédemptoristes emploie 150 laïcs.
*****
Reprise du procès en recours collectif
Après une pause de deux mois, le procès en recours collectif des victimes d'abus sexuels reprend demain pour trois derniers jours de preuve.
Les avocats des victimes veulent débattre de la situation patrimoniale, soit des avoirs de la congrégation. Ils veulent aussi obtenir des détails sur les honoraires des experts psychiatres embauchés par les Rédemptoristes.
Du côté de la défense, on avait évoqué la possibilité de convoquer à nouveau une victime d'abus sexuel pour la confronter à des déclarations faites lors du procès criminel du père Jean-Claude Bergeron.
Par la suite, les deux parties feront leurs plaidoiries du 17 au 21 mars. Le jugement du juge Claude Bouchard sera rendu au cours des mois suivants. Ce n'est qu'à ce moment que les victimes sauront si leur recours est accueilli et si elles pourront être indemnisées pour les abus subis.