Claude Dubois a livré un spectacle bonbon vendredi soir à ses admirateurs rassemblés en grand nombre au Cabaret du Capitole.

Les propos de Claude Dubois sur l'alcool jugés «déresponsabilisants»

Le chanteur Claude Dubois a tenu des propos «déresponsabilisants» et indignes d'une personnalité publique à la suite de son arrestation pour conduite avec les capacités affaiblies par l'alcool à Québec samedi soir, tranche l'organisme les Mères contre l'alcool au volant (MADD).
Marie-Claude Morin, porte-parole chez MADD pour le Québec, n'a pas été tendre à l'endroit de Claude Dubois, lundi, 24 heures après que l'artiste soit lui-même passé aux aveux sur les ondes de TVA, dimanche matin. Elle considère qu'il a pris le tout «à la légère». «Au Québec, on ne peut pas alléguer qu'on ne savait pas», a-t-elle pesté en entrevue au Soleil.
Mme Morin a été particulièrement choquée par la présence de deux enfants âgés de trois et sept ans à bord du véhicule conduit par M. Dubois, qui a pris le volant avec deux fois la limite permise d'alcool dans le sang. Il a été arrêté puis menotté par les policiers de Québec vers 18h15. Selon elle, M. Dubois, 67 ans, a été négligent et a placé ses deux enfants en danger. «Quand c'est deux adultes, on partage la responsabilité d'embarquer avec une personne qui a consommé. Mais là, ce sont des enfants...»
Le chanteur a affirmé se soucier davantage de sa progéniture au moment de son arrestation. Or, s'il se souciait réellement de leur sécurité, il n'aurait pas pris le volant, a lancé Mme Morin.
Elle déplore qu'il n'existe rien dans la loi au Québec pour punir ces gestes, à moins qu'il y ait des conséquences directes sur la santé des passagers. Comme il ne s'est rien passé et qu'il n'a rien brisé, M. Dubois devrait s'en sortir «avec la sentence habituelle» pour ce type de cas, soit une amende. Ses antécédents en matière d'alcool au volant pourraient ajouter aux restrictions, précise Mme Morin. Mais encore là, on serait loin de ce qui se fait aux États-Unis, dit-elle, où la mise en danger d'enfants constitue des infractions «qui s'apparentent à la tentative de meurtre».
Elle ajoute que M. Dubois, de par son statut public, doit prendre la responsabilité de ses gestes. «[Quand on est une personnalité publique], on est tenu à un comportement exemplaire sinon raisonnable.»
«Physiologiquement impossible»
M. Dubois a répété à plusieurs reprises dans l'entrevue donnée à l'émission Salut Bonjour! Week-end qu'il n'avait consommé qu'un verre de vin blanc. «Vous savez pertinemment que si vous prenez un verre de vin et que vous prenez votre véhicule, vous êtes illégal», a lancé M. Dubois. Une déclaration «très générale» et fausse qui a aussi fait sursauter Mme Morin. «Si M. Dubois a bu seulement un verre de vin standard - ça dépend de la grosseur du verre -, c'est assez physiologiquement impossible qu'il se retrouve avec le double de la limite permise dans le sang», a-t-elle souligné. «S'il a été repéré sur [une distance] d'un coin de rue, c'est parce qu'il devait conduire très mal.»
«La limite, c'est 0,08 mg par millilitre de sang. On peut facilement consommer quelques consommations en l'espace de deux heures.» Et en général, le buveur dit social n'a pas de difficulté à prendre des dispositions pour éviter de conduire avec les capacités affaiblies, indique-t-elle.
Deux verres à la demi-heure
Le Soleil a utilisé le simulateur disponible sur le site Web d'Éduc'Alcool pour évaluer l'état de M. Dubois. Pour un homme de 170 livres, la consommation d'un verre de vin standard (140 ml à 11 % d'alcool) place le taux d'alcoolémie aux alentours de 0,02 mg, bien en dessous de la limite. Pour atteindre deux fois la limite permise en l'espace de deux heures, un homme du même poids doit consommer au moins deux verres de vin à la demi-heure, ou entre 8 et 10 verres. «Cet instrument de mesure, si rigoureux soit-il, ne remplace pas votre jugement. Il ne sert pas à décider à votre place, mais plutôt à vous aider à prendre votre décision», précise toutefois Éduc'Alcool.
Claude Dubois doit comparaître au palais de justice de Québec le 22 octobre.