Les promeneurs

La rue Sous-le-Cap
Quelle beauté, surtout l'été! Avec ses bacs à fleurs accrochés aux passerelles de bois, cette rue exigüe, située au pied de la falaise, loin de la frénésie de la rue Saint-Paul, porte bien son nom. Charmante sous tous ses aspects, mais surtout représentative d'une autre époque. J'admire particulièrement le talent des résidents qui parviennent à manoeuvrer dans de si petits espaces. Portez attention aux discrets passages qui croiseront votre chemin... Jean-Frédéric Moreau-Montreuil
***
L'escalier Lavigueur
L'escalier Lavigueur
Je ne suis pas orgueilleuse dans l'absolu, mais je le suis en ce qui concerne les escaliers : même essoufflée, je ne l'admettrai jamais en prenant une pause si quelqu'un me suit dans les marches. À côté de son plus petit voisin Badelard, il peut faire peur, l'escalier Lavigueur. Mais c'est souvent lui que je choisis. Parce cette parenthèse de nature en ville fait presque oublier les montées escarpées... et les segments plats un peu trop courts pour permettre aux orgueilleux de reprendre leur souffle! Geneviève Bouchard
***
La promenade Samuel-De Champlain
La promenade Samuel-De Champlain
La promenade Samuel-De Champlain est un modèle à suivre d'aménagement intelligent dans la capitale. On souhaitait mettre en valeur le littoral, redonner le fleuve aux citoyens... C'est mission accomplie! Le sentier piétonnier et les belles stations des Cageux, des Sports et des Quais sont devenus au fil du temps un de mes lieux favoris pour mes séances de jogging. Mention spéciale pour les nombreux abreuvoirs répartis sur la promenade! On a hâte de voir la phase III, qui prévoit un aménagement de 2,5 kilomètres entre les côtes de Sillery et Gilmour. Camille B. Vincent
***
Le parc des Chutes-de-la-Chaudière
Le parc des Chutes-de-la-Chaudière
Né près de la source de la rivière Chaudière, ce parc est un pont dans mon parcours de vie. Je suis arrivé à Québec en longeant le cours d'eau comme mon grand-père il y a 100 ans. La rivière Chaudière et son parc font partie de mon histoire. Il faut traverser le pont suspendu pour arpenter les sentiers, visiter la centrale électrique. Super à l'automne à cause des couleurs. Impressionnant au printemps avec ses chutes hurlantes. Yves Therrien
***
La rue aux lumières suspendues
La rue Saint-Laurent
On fait un détour quand on passe dans le coin. La rue Saint-Laurent. Un bout de cul-de-sac à l'est de Bourlamaque, juste sous Crémazie. Les enfants l'appelaient la «rue aux lumières suspendues». Au lieu de lampadaires, il y avait deux câbles qui traversaient la rue, avec chacun une lumière au milieu. Ça l'enrobait d'un cachet unique. Il y a eu des travaux et elles ont disparu, récemment. Sur Google Street View, on les voit encore. Elles nous manquent. Mais la rue étroite qui prend Cartier à revers a gardé son caractère intimiste. Jamais croisé une voiture. Parfois, l'odeur des bagels frais de chez Bügel s'invite. Un petit passage secret sous le radar avant de replonger dans l'action des artères commerciales. Simon Boivin
***
Le parc naturel du mont Bélair
Le parc naturel du mont Bélair
C'est, selon nous, l'un des secrets les mieux gardés de Québec. Pas pour rien que la Ville tienne à préserver ce milieu naturel d'environ 711 hectares. Été comme hiver, il est le lieu privilégié des familles actives de l'arrondissement de La Haute-Saint-Charles. En saison estivale, on peut y entendre le rire des enfants qui profitent de la piscine ou qui se «perdent» dans la forêt lors des camps de vacances. L'hiver, avec ses 55 km de sentiers en montagne, c'est l'endroit idéal pour pratiquer le ski de fond. On y trouve même un petit observatoire astronomique! Un endroit dont on aime le charme rustique. Daphné Bédard
***
La rue Sainte-Angèle
La rue Sainte-Angèle
J'étais installé à Québec depuis peu. Mes parents, eux, résidaient à Montréal et se pointaient à Québec régulièrement. Un jour, ils m'ont fait découvrir la rue Sainte-Angèle. Et le Café d'Europe. Ce restaurant me semblait malfamé. Je croyais me retrouver dans un film de Martin Scorsese. C'était avant que le serveur vienne flamber les pastas au guéridon. Le coup de foudre. Le restaurant a fermé ses portes. Mes parents, eux, ne sont plus de ce monde. Il ne me reste que d'heureux souvenirs quand, en déambulant sur Saint-Jean, je croise la rue Sainte-Angèle. Gilbert Leduc 
***
Le sentier du coteau Sainte-Geneviève
Le sentier du coteau Sainte-Geneviève
Du bas de la côte Salaberry au milieu de la Sherbrooke, un sentier de bois longe le coteau Sainte-Geneviève. Une forêt au coeur de Québec. Mine de rien, on chemine de la basse à la haute ville, franchissant le dénivelé entre le pied de l'escalier Colbert et le sommet du Victoria. On traverse ensuite la côte Sherbrooke en courant dans le tournant, puis on poursuit notre marche vers l'ouest dans le boisé qui borde l'ancien monastère des Franciscains et qui aboutit sur l'avenue de l'Alverne. Le poumon de Québec, il est là. Michèle LaFerrière
***
La base de plein air de Sainte-Foy
La base de plein air de Sainte-Foy
Un havre de paix où il fait bon s'éloigner un peu du tintamarre de la vie urbaine. Avec plus de 244 espèces d'oiseaux qui y ont été observées, dont 78 qui y ont déjà niché, l'endroit est également un site de prédilection pour tous ceux qui s'intéressent à la faune aviaire. Habitués à la présence de l'être humain, plusieurs de ces sympathiques volatiles n'hésitent d'ailleurs pas à se nourrir directement dans la main des marcheurs, au plaisir ou à la surprise de ceux-ci! Ian Bussières
***
La Plage Jacques-Cartier
La Plage Jacques-Cartier
Prisée pour marcher ou pique-niquer par certains, la longue promenade le long du fleuve a toujours été, pour moi, un imbattable parcours de jogging. La première partie du sentier est plane et rafraîchie par la brise marine. Parfaite pour se réchauffer. Puis vient l'ascension d'une série d'escaliers s'enfonçant dans le bois, le défi. 5,2 kilomètres, aller-retour. Une journée commencée du bon pied. Je vous le jure, c'est bien plus facile d'être en forme quand on demeure près de la plage Jacques-Cartier. Guillaume Piedboeuf
***
Le Domaine de Maizerets
Le Domaine de Maizerets
Chaque fois que je vais au Domaine de Maizerets, je découvre un nouveau parc. En poussette ou en raquettes, il m'invite dans son arboretum (et son étonnant labyrinthe!), mais surtout dans sa forêt indisciplinée parsemée de chemins de bois. Que dire d'un concert en plein air, à deux pas d'un étang traversé par un coquet pont de bois? Et de l'éventail de modules de jeu, dont un rare pour les bambins comme celui qui m'accompagne maintenant... Un vrai parc tout-terrain, animé quatre saisons, toujours ravissant! Isabelle Houde
La rue du Cul-de-Sac
La rue du Cul-de-Sac
Cette rue, ou plutôt cette ruelle, offre la plus belle vue qui soit sur le Château Frontenac, surtout pendant la période des Fêtes. En tournant à droite, en arrivant de la place Royale, le célèbre édifice s'offre dans toute sa splendeur, encadré par de magnifiques bâtiments historiques. Chaque fois, le charme opère, en tout cas pour moi. Quelques pas de plus et vous tombez sur le bistrot Le Pape Georges, avec ses murs de pierre. Le point de chute idéal pour passer une soirée d'hiver, avec verre de rouge, fromages et chansonnier. Magique. Normand Provencher