Les ossements de Cédrika Provencher retrouvés

Le triste sort de la petite Cédrika Provencher est enfin connu. La Sûreté du Québec (SQ) a confirmé tard en soirée samedi que les restes humains retrouvés en bordure de l'autoroute 40 Est, près de Trois-Rivières, sont bien ceux de la fillette de 9 ans recherchée depuis 2007.
<p>Les restes de Cédrika ont été retrouvés à quelque 500 mètres dans les bois longeant l'autoroute 40 en direction est.</p>
Vendredi, les policiers de la SQ ont installé leur poste de commandement près du kilomètre 210, à Saint-Maurice. C'est un passant qui a contacté les autorités en après-midi après avoir découvert des ossements.
En soirée samedi, des enquêteurs et le service d'identité judiciaire étaient toujours sur place pour analyser la scène. «Il s'agit bien de restes humains», a confirmé Audrey-Ann Bilodeau, porte-parole de la SQ. Ce n'est que par voie de communiqué vers 23h qu'ils ont finalement confirmé l'information.
«La direction des enquêtes sur les crimes majeurs de la SQ a annoncé aujourd'hui avoir fait la découverte de Cédrika Provencher», peut-on lire dans le communiqué. «La jeune fille avait été vue pour la dernière fois à l'intersection du boulevard des Chenaux et de la rue Chapais à Trois-Rivières.»
Les ossements ont été découverts à environ 15 kilomètres d'où la jeune fille a été vue pour la dernière fois. Ils ont été retrouvés dans un petit sentier de marche, à quelque 500 mètres de la route perpendiculaire à la sortie 210. Ils ont été transportés et analysés au Laboratoire de sciences judiciaires et de médecine légale.
La découverte des ossements pourrait éventuellement permettre de conduire à un suspect dans cet assassinat, selon le criminaliste Jean-Pierre Rancourt. Il rappelle qu'une scène de crime «parle toujours». Me Rancourt estime que les enquêteurs seront très minutieux.
Dimanche en fin d'avant-midi, une cinquantaine de policiers se trouvaient sur le terrain pour tenter d'y récolter des indices supplémentaires.
Pour le moment, aucune arrestation n'a été effectuée.
Cédrika Provencher était portée disparue depuis 2007. La jeune fille était alors âgée de 9 ans. Le drame a débuté le 31 juillet, vers 18h, alors que la fillette a quitté le domicile familial pour aller rejoindre une de ses amies. Un adulte l'aurait alors sollicitée pour lui demander de l'aider à retrouver un chien perdu. À 20h30, son vélo a été retrouvé par trois jeunes appuyé contre une borne-fontaine. À 21h, Cédrika Provencher a été portée disparue et les recherches ont débuté.
Depuis, de nombreuses recherches ont été effectuées par les policiers afin de localiser la jeune fille. «Plusieurs informations reçues du public furent traitées et analysées par les enquêteurs», est-il écrit dans le communiqué.
En 2010, le grand-père de la jeune fille, Henri Provencher, a fondé la Fondation Cédrika Provencher. La fondation a notamment comme mission d'aider les familles d'enfants disparus, de faire de la prévention et d'intervenir en cas de disparition.
La mère de la victime n'a pas voulu commenter pour le moment. Le père de Cédrika, Martin Provencher, n'a quant à lui pas rappelé Le Soleil.
Un documentaire sur la disparition de Cédrika Provencher devrait être diffusé en 2016.
Toute information relative à cette enquête peut être communiquée, et ce, de façon confidentielle, à la centrale d'information criminelle de la Sûreté du Québec au 1 800 659-4264. L'enquête se poursuit afin de déterminer la cause du décès.  Avec Le Nouvelliste et La Presse Canadienne
****
<p>En juillet dernier, Henri Provencher avait participé à une activité de la Fondation qui portait le nom de sa petite-fille.</p>
La famille encaisse le choc
Le grand-père de Cédrika, Henri Provencher, a appris la triste nouvelle samedi soir, comme le reste de la famille de la fillette. «Ce n'est pas facile», a-t-il confié.
Joint en toute fin de soirée, le fondateur de la Fondation Cédrika Provencher était quand même en partie soulagé de savoir la vérité sur Cédrika. Sauf que pour lui, beaucoup de questions demeurent. Pour l'homme, la prochaine étape va être de trouver «qui, quand, comment et pourquoi. On va s'arranger pour trouver le coupable», affirme-t-il.
C'est son fils qui lui a annoncé la mauvaise nouvelle durant la soirée. «On espérait la retrouver vivante, mais on est assez allumés pour savoir que ça pouvait être l'inverse aussi. Maintenant on le sait», a-t-il ajouté. Quant à la question de l'avenir de la Fondation Cédrika Provencher, il n'est pas question de cesser le travail. «La fondation va être là plus que jamais pour empêcher que cela arrive à d'autres familles», a-t-il conclu.
Sous le choc
La directrice générale d'Enfants Retour Québec, Pina Arcamone, se dit à la fois soulagée et attristée pour les proches de Cédrika. Elle souligne que c'est toujours bouleversant de réaliser que l'espoir de retrouver son enfant vivant s'éteint. Mme Arcamone espère néanmoins que la famille pourra enfin vivre son deuil.
Le cofondateur de l'Association des familles de personnes assassinées ou disparues, Michel Surprenant, dont la fille Julie est toujours portée disparue, est sous le choc. Il dit que l'annonce l'a littéralement «assommé», d'autant plus qu'il a souvent cotoyé la famille de Cédrika.