La pièce La fureur de ce que je pense est inspirée de l'oeuvre de l'auteure Nelly Arcan.

Les mots de Nelly Arcan, la vision de Krystian Lupa

Une incursion dans l'univers de l'écrivaine Nelly Arcan, une première rencontre avec le réputé metteur en scène polonais Krystian Lupa. Si le printemps nous semble encore lointain, le Carrefour international de théâtre prépare sa venue en dévoilant un aperçu de ce dont sera faite sa 18e programmation.
Comme nous l'écrivions la semaine dernière, le rendez-vous annuel accueillera en 2017 la pièce La fureur de ce que je pense, inspirée de l'oeuvre de l'auteure Nelly Arcan. Le spectacle imaginé par la comédienne Sophie Cadieux (qui y tient d'ailleurs un rôle) et mis en scène par Marie Brassard convie six actrices et une danseuse sur scène dans un collage de textes de l'écrivaine tourmentée, qui s'est enlevé la vie en 2009 à l'âge de 36 ans.
«Je l'avais vu à sa création à l'Espace GO et j'avais été renversée par la beauté et la sensibilité de cet objet... J'avais vraiment été bouleversée», décrit la directrice artistique du Carrefour, Marie Gignac, à propos du spectacle qu'elle avait d'abord programmé en 2014, mais qui avait dû être annulé.
«La compagnie a éprouvé des problèmes et on a tous dû renoncer, précise-t-elle. Il fallait sortir le décor de la salle et le spectacle n'avait pas été conçu pour tourner. Je pense qu'on avait tous surestimé la faisabilité du projet.»
Trois ans plus tard, une nouvelle mouture de la pièce arrivera finalement au Grand Théâtre le 31 mai. Christine Beaulieu, Sophie Cadieux, Larissa Corriveau, Evelyne de la Chenelière, Johanne Haberlin, Julie Le Breton et Anne Thériault partageront les planches pour cette unique représentation dans la capitale. «C'est une recréation, en fait. Ils refont les décors, ils répètent à nouveau... On va avoir un spectacle tout neuf, tout frais, tout plein de l'énergie des débuts», se réjouit Marie Gignac. 
Un «maître» polonais
<i>Des arbres à abattre</i>, de Krystian Lupa, sera présenté au Grand Théâtre le 28 mai.
Le 18e Carrefour international de théâtre donnera aussi l'occasion aux spectateurs d'ici de se familiariser avec l'univers du metteur en scène polonais Krystian Lupa, alors que sa pièce Des arbres à abattre sera à l'honneur au Grand Théâtre le 28 mai. Il s'agit pour lui d'un premier passage en Amérique du Nord. 
Acclamée au Festival d'Avignon en 2015, cette fresque de plus de quatre heures adaptée du récit de Thomas Bernhard est précédée d'échos médiatiques très positifs. «Je pense que c'est l'un des dossiers de presse les plus dithyrambiques que j'aie vus de toute ma vie. Ça rivalise d'épithètes toutes plus flatteuses les unes que les autres!» lance Marie Gignac, qui décrit Lupa comme un «grand maître». «Il est dans le top 5 en Europe, confirme-t-elle. Son travail est d'une sensibilité, d'une intelligence, d'une ampleur, d'une profondeur. En même temps, c'est fougueux, c'est vraiment extraordinaire.»
Le spectacle, présenté en polonais avec surtitres français, nous amènera dans un souper où se réunit une bourgeoisie intellectuelle et artistique viennoise qui se fera passer à la moulinette par un narrateur. «Il dissèque chacune des personnalités qui sont là, décrit Mme Gignac. C'est terrible! Et c'est drôle à se rouler par terre par moments. C'est une satire vitriolique! Et les acteurs sont extraordinaires.»
Le Carrefour international de théâtre se déroulera du 25 mai au 10 juin prochain. La programmation complète sera dévoilée le 18 avril. Les abonnements et les billets pour les différents spectacles seront mis en vente deux jours plus tard. Quant aux lieux et aux artistes qui prendront part au tout nouveau parcours déambulatoire Où tu vas quand tu dors en marchant...?, désormais coordonné par le metteur en scène Alexandre Fecteau, ils seront précisés le 16 mars.