Les Monuments Men compte sur une distribution tout étoile, dont Matt Damon et Cate Blanchett - cette dernière apportant une légère touche féminine à l'ensemble.

Les Monuments Men: mal ciselé **1/2

George Clooney avait un grand sujet entre les mains avec Les Monuments Men. Mais le réalisateur a de toute évidence été dépassé par l'ampleur de la fresque à réaliser et il livre une oeuvre singulièrement mal ciselée.
Le film retrace la lutte, lors de la Seconde Guerre mondiale, d'une poignée de chercheurs, de conservateurs et d'historiens pour protéger les oeuvres d'art pillées par les nazis et retrouver celles qui manquent.
Le récit est basé sur une histoire vraie et démontre la tentative des troupes de Hitler d'oblitérer la mémoire des Juifs en les dérobant de leur patrimoine. Le Führer voulait construire un musée qui témoignait de sa mégalomanie. Avant de perdre la guerre, il donna ordre de tout détruire s'il venait à mourir. L'unité américaine des Monuments Men s'est livrée à une véritable course contre la montre pour restituer les oeuvres, d'autant que les Russes étaient aussi intéressés à mettre le grappin dessus...
Clooney a démontré une bonne vision lorsqu'il est passé derrière la caméra, notamment avec Good Night and Good Luck (2005). La plupart de ses longs métrages penchaient plutôt du côté du cinéma d'auteur. Cette fois, le beau brummel a voulu faire un film grand public.
Les Monuments Men oscille donc entre la comédie, le drame et le mélo, sans véritable direction ferme, sans trouver le ton juste et sans être capable de toucher le spectateur.
Il n'est pas interdit de traiter d'un sujet grave sur un mode léger - Roberto Benigni a livré un magistral La vie est belle (1997) sur les camps de concentration. Mais le scénario de Clooney et de Grant Heslov se contente d'allusions quelconques et plaquées sur les horreurs commises par les nazis, en plus de quelques passages didactiques un peu pénibles. L'humour nous fait sourire, sans plus.
En fait, l'ensemble manque singulièrement de tonus et de dramaticité, tout en étant miné par une réalisation conventionnelle et terne. Le réalisateur a nappé le tout de la musique pompeuse et sirupeuse, selon le climat, d'Alexandre Desplat pour rehausser la saveur. Peine perdue.
Tout est convenu : les bons Américains d'un bord, les méchants Allemands et Russes de l'autre; les petits discours moralisateurs de circonstance sur l'importance de la culture; même le petit suspense à la fin, monté en parallèle selon les règles de l'art...
Le long métrage peut évidemment compter sur sa distribution tout étoile : Damon, Murray, Goodman, Dujardin... Le réalisateur a monté des duos sympathiques qui permettent d'éparpiller l'action sur le continent européen sans que ce soit trop fastidieux. Cate Blanchett, très bonne comme d'habitude, ajoute une légère touche féminine à l'ensemble.
Plus j'y pense, avec un tel sujet en or, il est vraiment dommage que Clooney ait gâché la sauce en livrant un film bancal, surtout avec autant de talent pour l'entourer. On comprend mieux que la sortie de Monuments Men, qu'on voyait dans la course aux Oscars, ait été retardée de deux mois - de toute façon, il n'aurait obtenu aucune nomination...
Au générique
Cote : **1/2
Titre : Les Monuments Men
Genre : drame historique
Réalisateur : George Clooney
Acteurs : George Clooney, Cate Blanchett, Matt Damon, Bill Murray
Salles : Beauport, Des Chutes (Saint-Nicolas), Lido (Lévis) et Sainte-Foy.
Classement : général
Durée : 1h58
On aime : le sujet, la distribution
On n'aime pas : le manque de tonus, la légèreté du ton, l'aspect mélo