Le quai Paquet

Les Lévisiens

La piste cyclable le parcours des Anses
Avec une telle piste en bas de chez soi, difficile, voire impossible de justifier l'inactivité. Marche, vélo, course, patin, raquette ou ski de fond. Printemps, été, automne, hiver, aucune excuse pour ne pas prendre l'air et bouger. Et en plus, c'est magnifique! Vue sur Québec, sur le pont de Québec d'un côté, l'île d'Orléans de l'autre, les montagnes au loin qui nous rappellent Charlevoix, les voiliers, les bateaux de croisière, les bernaches, les canards. Fatigué? Flâner au quai Paquet et regarder les enfants s'amuser dans les jeux d'eau permet de reprendre agréablement son souffle. Brigitte Breton
***
L'Anse-Tibbits
L'Anse-Tibbits
En patins à roues alignées sur la piste cyclable qui borde le fleuve; la journée s'annonce déjà chaude. Je m'arrête sur un banc du parc de l'Anse-Tibbits, en ayant le Château Frontenac comme décor pour reprendre mon souffle. À mes pieds, une plage sablonneuse, mais sauvage, jonchée de bois de grève. Ce matin-là, je ne résiste pas à la tentation. J'enlève mes patins, roule mes pantalons jusqu'aux genoux. Le sable est chaud, l'eau du fleuve est claire. La Ville de Lévis songe à permettre la baignade à cet endroit. Ce serait un succès assuré. Patricia Cloutier
***
L'avenue Bégin
L'avenue Bégin
Je suis une petite fille de la Rive-Sud, j'ai fréquenté le Couvent de Lévis et ses environs. L'avenue Bégin, avec son âge vénérable et ses belles maisons, c'est le summum pour moi. Je peux décrire l'odeur de café, de charcuterie et de boulangerie quand on entre aux Petits Oignons, les étagères pleines de délices, les meilleurs croissants jambon-fromage. Juste en face, un autre temple de la gourmandise, la première succursale des Chocolats Favoris. Un joyeux concentré de plaisir. Alexandra Perron
***
La Rue Déziel, Vieux-Lévis
La Rue Déziel
Oui, Bégin, bien sûr. Mais Déziel, aussi. Car la rue qui longe la falaise dans le Vieux-Lévis me charme chaque fois. Les vieilles maisons avec leur grande galerie, la blanche terrasse de Lévis qui se profile à l'horizon, les morceaux de Château Frontenac qui apparaissent ponctuellement, lorsqu'on tourne la tête. Les ados des deux écoles secondaires voisines se regroupent dans son parc, pour fumer des cigarettes ou se bécoter. Les vieux prennent le temps de s'y jaser. Les mamans y poussent des bébés bien emmitouflés. Les rêveurs s'installent à l'ombre de ses arbres gigantesques. Isabelle Mathieu
***
La bibliothèque Pierre-Georges-Roy
La bibliothèque Pierre-Georges-Roy
Instinctivement, on entre dans la bibliothèque Pierre-Georges-Roy en chuchotant. Installée depuis 20 ans dans l'ancienne chapelle du Collège de Lévis, la bibliothèque en impose. Les plafonds hauts, la blancheur des murs, le vieil orgue Casavant, qui semble endormi. J'aime marcher lentement entre les rayons. Mes enfants eux se cachent dans le petit coin-lecture tout rond, où ils remplissent leur sac de bouquins. L'expédition sera parfaite si c'est le commis Yves Médaille qui m'aide à enregistrer ma trop nombreuse provision de livres comme il le fait, avec le sourire, depuis 29 ans. Isabelle Mathieu
***
Le parc Pointe-De-La-Martinière
Le parc Pointe-De-La-Martinière
La Ville de Lévis a de grandes ambitions pour son parc Pointe-De-La-Martinière, à l'extrémité est de son territoire, juste avant que Lauzon ne cède la place à Beaumont. Moi, je l'aime exactement comme il est. Je l'aime depuis l'époque où mes parents nous y emmenaient, ma soeur, mon frère et moi, essayer nos raquettes les après-midi de Noël. Lorsqu'on entre dans le parc, on se croit d'abord dans une petite forêt tranquille, où les mésanges nous attendent pour grignoter des graines de tournesol, au détour d'un sentier. Puis, comme une promesse, du bleu à l'horizon. C'est le fleuve qui nous accueille. Isabelle Mathieu
***
L'embouchure de la rivière Etchemin
L'embouchure de la rivière Etchemin
Le lieu est bien connu des pêcheurs du coin, qui s'exécutent du haut d'un petit barrage situé près du Juvénat Notre-Dame de Saint-Romuald. La vue sur le fleuve Saint-Laurent y devient magique à la pénombre, moment idéal pour capturer le doré jaune. Par une chaude soirée d'été, difficile de trouver plus agréable que de lancer sa ligne à l'eau, regarder les navires passer et de voir le ciel s'enflammer. Par temps brumeux, le fleuve se transforme en mer ou en grand lac. Je me fais cependant un devoir d'y aller accompagné, pour plus de sécurité. David Rémillard