La ministre Agnès Maltais, la directrice générale des Gros Becs, Louise Allaire, le ministre Maka Kotto, Yves Lacasse, président des Gros Becs, et Julie Lemieux, vice-présidente du conseil exécutif de la Ville de Québec, ont annoncé que la caserne Dalhousie réaménagée accueillera le théâtre jeunesse Les Gros Becs, en 2017.

Les Gros Becs à la Caserne: l'aboutissement d'une longue quête

C'est dans une caserne Dalhousie plus grande et complètement réaménagée que s'installera le théâtre jeunesse Les Gros Becs, en 2017. Comme Le Soleil le révélait jeudi, le gouvernement québécois a annoncé une aide de 10 millions $ pour ce projet estimé à 15,3 millions $. Une longue quête vient de se résoudre pour la directrice générale des Gros Becs, Louise Allaire, pour qui l'annonce de jeudi était émotive.
«Quand on s'est installé sur la rue Saint-Jean, en 2002, c'était temporaire, pour nous. Comme on était en itinérance depuis 1987, on avait besoin d'un lieu pour présenter une programmation régulière», a raconté en entrevue celle qui est aussi directrice artistique de ce regroupement de compagnies de théâtre consacrées au jeune public.
Mais le processus pour trouver le lieu idéal s'est avéré plus complexe que prévu, et 12 ans plus tard, la compagnie est toujours à l'étroit dans des locaux mal adaptés pour des enfants. «Il y a eu plusieurs projets d'implantation, mais ils n'ont pas fonctionné.» C'était jusqu'à ce qu'Ex Machina propose au printemps dernier de céder sa Caserne, sur la rue Dalhousie, qui se retrouvera vacante quand la compagnie de Robert Lepage s'installera dans le Diamant, à la place D'Youville, à la fin de 2016. «Ça a fait l'unanimité», raconte Louise Allaire.
Les plans sont encore très préliminaires, mais en s'installant dans l'établissement du Vieux-Port, Les Gros Becs auront besoin de procéder à un agrandissement vers le Musée de la civilisation, a précisé Louise Allaire en entrevue. Elle souhaiterait d'ailleurs qu'un concours d'architecture soit lancé pour la conception de cet agrandissement qui permettra d'accueillir jusqu'à 340 spectateurs. La salle de répétition à l'intérieur de la Caserne sera quant à elle conservée, notamment pour présenter des spectacles plus intimes touchant le jeune public.
Ce nouvel espace permettra enfin aux Gros Becs de pouvoir accueillir des productions de plus grande envergure, notamment en partenariat avec la Maison Théâtre à Montréal. «On deviendra vraiment la référence en théâtre jeunesse pour tout l'Est-du-Québec», a ajouté Louise Allaire.
Les ministres Maka Kotto et Agnès Maltais étaient de la partie jeudi, tout comme Julie Lemieux, vice-présidente du conseil exécutif de la Ville de Québec, pour annoncer cet important investissement. La Ville avait déjà promis un montant de 850 000 $.
«La culture n'est jamais une dépense, c'est toujours un investissement», a martelé Maka Kotto, avec statistiques à l'appui sur les retombées économiques de la culture dans la province. Lui et Agnès Maltais se sont défendus en point de presse de faire des annonces électoralistes, assurant que l'argent est sécurisé, même advenant un changement de gouvernement.
Louise Allaire et Yves Lacasse, président des Gros Becs, ont d'ailleurs lancé un appel aux gens d'affaires, dont ils auront besoin pour ficeler le montage financier du projet.
30 millions $ pour le Diamant
Les élus péquistes ont aussi confirmé jeudi le montant de 30 millions $ réservé au projet du Diamant, piloté par Robert Lepage. C'est d'ailleurs en déménageant dans le futur Diamant qu'Ex Machina pourra laisser la place aux Gros Becs, une solution qui a été unanimement soulignée comme étant la meilleure pour la vitalité du milieu théâtral à Québec.
Robert Lepage, qui était présent par téléphone en direct de Berlin, est revenu sur les débuts du projet du Diamant, qui incluait les Gros Becs quand il était situé dans la falaise sous les bretelles de l'autoroute Dufferin-Montmorency. «Un grand projet citoyen pour lequel le coût ne l'était pas, citoyen», a noté Lepage.
«Dans tout ça, j'ai toujours eu un regret, ça a été d'être obligé de se départir de la participation du théâtre des Gros Becs. [...] Je me suis toujours demandé de quelle manière le projet du Diamant pourrait avoir des répercussions positives pour les Gros Becs. Et cette décision de leur céder la Caserne et de nous installer entièrement au Diamant nous est venue. Chez Ex Machina, on se réjouit que la vocation soit conservée», a raconté l'homme de théâtre.
Jean-Pierre Vézina, vice-président aux finances chez Ex Machina, a précisé que la Caserne serait cédée à un montant qui représentera les investissements de la compagnie, en excluant l'aide financière des gouvernements à l'époque de la réfection de cette ancienne caserne de pompiers. «C'est probablement la meilleure transaction gagnant-gagnant que j'ai vue de ma carrière», a-t-il commenté, en spécifiant que pour les Gros Becs, il aurait coûté beaucoup plus cher d'avoir à bâtir de nouveaux locaux. Ex Machina pourra de son côté faire des économies d'échelle en logeant dans le Diamant.