Leonard Cohen à Québec en 2012

Les grands disparus en musique

La dernière année n'a pas été tendre envers les membres de la colonie artistique. Plusieurs grands artistes d'ici et d'ailleurs nous ont quittés, laissant heureusement derrière eux une oeuvre bien vivante. Voici quelques-uns de ceux à qui nous avons dit au revoir.
Musique anglophone
David Bowie
David Bowie (10 janvier, 69 ans)
David Bowie est l'un des musiciens les plus influents du rock. Celui qui est né David Robert Jones le 8 janvier 1947 a eu un constant souci de se renouveler, tant sur le plan musical que sur celui de l'image. Sa carrière discographique, amorcée à la fin des années 60, a connu maintes phases: il a incarné Ziggy Stardust, pour ensuite devenir le Thin White Duke, s'établir à Berlin ou franchir avec aisance la décennie 80, collaborant notamment avec les Québécois Edouard Lock et Louise Lecavalier. Il a aussi formé le groupe rock Tin Machine avant de retourner en solo et de s'aventurer dans les terres de l'électronique. Bowie a par ailleurs mené une carrière non négligeable de comédien et s'est passionné d'arts visuels, signant même des tableaux. Blackstar, son ultime album, est paru deux jours avant sa mort.  
Glenn Frey (18 janvier, 67 ans)
On connaît Glenn Frey principalement pour son rôle de co-leader des Eagles, avec Don Henley, groupe qu'il a fondé en 1971. Au sein de la mythique formation, le chanteur et guitariste américain a rapidement eu droit au succès, co-signant la plupart du matériel. Lorsque la troupe s'est séparée une première fois, Frey a amorcé une carrière solo qui a bien fonctionné. Il s'est même découvert des talents d'acteurs qui l'ont mené d'abord à la télé, puis au cinéma, entre autres dans Jerry Maguire (1996). Son talent premier reste la musique et il a remis les Eagles en marche en 1994. L'aventure s'est poursuivie jusqu'à sa mort. 
Keith Emerson (11 mars, 71 ans)
Claviériste d'exception, Keith Emerson est l'un des pères fondateurs du rock progressif. Il a d'abord oeuvré au sein de The Nice, où il brillait en revoyant des oeuvres classiques. Son heure de gloire est venue tandis qu'il était au sein d'Emerson, Lake & Palmer dans les années 70, trio avec lequel il a signé des oeuvres ambitieuses et s'est permis tous les excès techniques et visuels, poignardant son orgue, signant un concerto pour piano, exploitant des claviers analogiques  - en particulier le Moog - ou jouant sur un piano volant. Le Britannique a aussi formé quelques groupes qui ont eu la vie courte, signé des musiques des films et des albums solos, en plus de renouer avec ELP à quelques reprises.  
Sir George Martin (8 mars, 90 ans)
Musicien, compositeur, orchestrateur, réalisateur, George Martin a travaillé sur grand nombre de projets au cours de sa carrière, allant d'enregistrements de comédiens comme Peter Sellers au jazz-rock, avec le Mahavishnu Orchestra. C'est toutefois son rôle auprès des Fab Four qui retient le plus l'attention. Celui qu'on a surnommé le cinquième Beatles a permis aux jeunes Anglais d'amener leur matériel à un autre niveau, grâce à sa fine oreille, ses arrangements orchestraux ou à ses manipulations créatives en studio. D'ailleurs, une fois l'aventure des Beatles terminée, Paul McCartney et Ringo Starr ont continué de faire appel à ses talents, imités en ce sens par Jeff Beck, Cheap Trick ou Céline Dion. Martin, qui a aussi mis sur pied les célèbres AIR studios, a signé des musiques de film, défendu des aventures orchestrales et supervisé les parutions posthumes des Beatles.
Prince en 2011
Prince (21 avril, 57 ans)
Bien des artistes qui se sont éteints cette année ont quitté ce bas monde à un âge vénérable. Prince, lui, avait encore plusieurs années prometteuses devant lui. Seule consolation? L'Américain lègue pas moins de 39 albums studio, 5 bandes sonores, 4 albums live, 5 compilations et 12 maxis. Prince Rogers Nelson connaît le succès dès la fin des années 70. Il étend sa renommée de façon durable avec le film Purple Rain (1984) et l'album qui l'accompagne. Intéressé autant par la pop que le funk, le rock, la soul, le psychédélisme ou par une fusion de tout ça, il cumule les parutions originales tout en se permettant d'écrire pour autrui. Il connaît des années 90 moins évidentes, se brouillant avec son étiquette de disque au point de renoncer à son nom, ce qui ne l'a pas empêché d'innover en utilisant le Web - un médium qu'il désertera par la suite. Il redevient Prince au tournant des années 2000 et publie d'autres solides enregistrements, dont Musicology.  
Leonard Cohen (7 novembre, 82 ans)
Le grand public le connaît surtout pour ses chansons, or Leonard Cohen a d'abord fait carrière à titre de poète et de romancier dans les années 50 et 60, publiant notamment Beautiful Losers. À partir de 1967, les talents de chanteur du Montréalais viennent donner des ailes à sa poésie avec des titres comme Suzanne et So long, Marianne. Il traverse les décennies avec aisance, y compris les années 80, où, avec I'm Your Man, il n'hésite pas à s'éloigner de la folk pour flirter avec l'électro pop. Après une longue pause, il est contraint de revenir à l'avant-scène en 2008, ayant été floué par sa gérante. Ceci marque une nouvelle phase créative, avec des tournées mondiales et trois albums studio, dont You Want It Darker, paru trois semaines avant sa mort et réalisé par son fils, Adam.
Bob Walsh (15 novembre, 68 ans)
Chanteur et guitariste aux racines irlandaises, Bob Walsh a longtemps sillonné la scène de Québec, dans des lieux comme le bar Élite ou l'Ostradamus, avant de conquérir la province tout entière. L'artiste à la voix puissante a toujours été associé au blues, mais ne s'est jamais limité au genre. Il a en effet touché autant à la folk qu'à la soul ou au jazz. Interprète, mais parfois aussi auteur et compositeur, il s'est mis à enregistrer de manière soutenue à partir du milieu des années 90. Walsh s'est par ailleurs permis toutes sortes d'aventures sur les planches, oeuvrant tantôt en duo avec son complice Guy Bélanger à l'harmonica, tantôt avec l'Orchestre symphonique de Québec.  
Greg Lake (7 décembre, 69 ans)
Greg Lake est, en premier lieu, la voix de King Crimson, à la fin des années 60. C'est en effet sur le tout premier album de la formation de rock progressif que l'Anglais se fait remarquer, grâce à son chant qui n'est jamais forcé. Il ne restera pas au sein de la bande très longtemps: dès 1970, il forme Emerson, Lake & Palmer, groupe avec lequel il connaîtra les sommets dans les années 70, faisant contrepoids aux prouesses de ses deux complices avec des balades acoustiques comme C'est la vie ou, en solo, I Believe in Father Christmas. À partir des années 80, il ralentira le rythme, démarrant une modeste carrière solo, participant à une brève tournée avec Asia, ainsi qu'à d'épisodiques reformations d'ELP. Il aurait eu le temps d'écrire ses mémoires avant qu'un cancer ne l'emporte.  
George Michael (25 décembre, 53 ans)
Georgios Kyriacos Panayiotou, mieux connu sous le nom de George Michael, forme le duo Wham! avec Andrew Ridgeley en 1981. Les deux hommes atteignent les sommets des palmarès en 1984 avec les simples Wake Me Up Before You Go-Go, Careless Whisper et Last Christmas. Trois ans plus tard, le chanteur anglais démarre sa carrière solo sur des chapeaux de roue avec l'album Faith, qui réunit, outre la pièce-titre, I Want Your Sex et Father Figure. Son rythme de parution ralentit toutefois durant la décennie suivante. Il révèle publiquement son homosexualité en 1998 après avoir été arrêté pour attentat à la pudeur, à Los Angeles, et milite dès lors pour les droits des gais. Il renoue avec le succès, grâce à l'album Patience (2004), mais connaît ensuite des ennuis avec la drogue, en particulier entre 2006 et 2010, ce qui ne l'empêchera pas de poursuivre sa carrière sur la scène internationale.  
***
Sans oublier...
Paul Bley, pianiste de jazz canadien (3 janvier, 83 ans)
Jimmy Bain, bassiste des groupes Rainbow et Dio (23 janvier, 68 ans)
Signe Toly Anderson, chanteuse fondatrice de Jefferson Airplane (28 janvier, 74 ans)
Paul Kantner, guitariste fondateur de Jefferson Airplane (28 janvier, 74 ans)
Maurice White, chanteur du groupe Earth, Wind & Fire (4 février, 74 ans)
Naná Vasconelos, percussionniste brésilien (9 mars, 71 ans)
Phife Dawg, rappeur de A Tribe Called Quest (22 mars, 55 ans)
Papa Wemba, chanteur congolais (24 avril, 66 ans)
John Berry, guitariste, membre fondateur des Beastie Boys (19 mai, 52 ans)
Penny Lang, chanteuse folk canadienne (31 juillet, 74 ans)
Gilli Smith, chanteuse du groupe Gong (22 août, 83 ans)
Toots Thielemans, harmoniciste et guitariste belge (22 août, 94 ans)
Rudy Van Gelder, ingénieur spécialisé en jazz (25 août, 91 ans)
Leon Russell, chanteur et pianiste américain (13 novembre, 74 ans)
Sharon Jones, chanteuse avec The Dap-Kings (18 novembre, 60 ans)
Musique francophone
Michel Delpech (2 janvier, 69 ans)
Connu pour des titres comme Pour un flirtChez Laurette ou Quand j'étais chanteur, l'auteur-compositeur-interprète français Michel Delpech s'est éteint en début d'année, quelques semaines avant son 70e anniversaire. Il souffrait d'un cancer. Le chanteur a fait carrière à partir de 1965, mais a atteint un sommet de popularité quelques années plus tard, alors qu'il s'est associé au gérant de Mireille Mathieu, Johnny Stark. Dans les dernières années, il s'était notamment produit chez nous sur les plaines d'Abraham au Festival d'été 2010 lors du concert Les chansons d'abord et au Colisée en 2012 avec la troupe du Retour de nos idoles.
René Angélil en 2008
René Angélil (14 janvier, 73 ans)
Après plusieurs années de lutte contre la maladie, le célèbre impresario René Angélil a succombé à un cancer en janvier. Celui qui a orchestré pendant une trentaine d'années la carrière de la chanteuse Céline Dion, d'abord au Québec puis sur la scène internationale, avait lui-même fait ses débuts sous les projecteurs, à titre de membres du groupe Les Baronets. À la séparation de la formation, il a cultivé ses qualités d'homme d'affaires en se tournant vers la gestion de carrière d'artistes. Il a notamment travaillé avec Ginette Reno avant de miser sur le talent de Céline Dion, qu'il a épousée en 1994. Sa mémoire a été saluée lors de funérailles nationales célébrées à la basilique Notre-Dame de Montréal. Un Félix honorifique posthume lui a également été décerné lors du dernier gala de l'ADISQ. 
Yvan Dufresne (13 novembre, 86 ans)
Comme impresario, producteur et à la direction de compagnies de disques, Yvan Dufresne a été associé à la carrière de Michel Louvain (qu'il a découvert en 1957), de Jacques Michel, de Donald Lautrec, de Pierre Lalonde, de Chantal Renaud, de Ginette Reno, de Steve Fiset et de Pauline Julien, notamment. Il a été intronisé en 2011 au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens. Quelques semaines avant son décès, l'Association québécoise de l'industrie du disque, du spectacle et de la vidéo (ADISQ), qu'il a présidée en 1981 et 1982, lui a décerné un Félix hommage soulignant son apport comme «l'un des premiers bâtisseurs de l'industrie musicale». 
Roger Tabra (11 mars, 66 ans)
Au fil d'une prolifique carrière de parolier, l'auteur Roger Tabra a prêté ses mots à bon nombre d'interprètes d'ici, dont Ginette Reno, Isabelle Boulay, France d'Amour, Mario Pelchat et Marie-Chantal Toupin. C'est toutefois sans doute sa longue collaboration avec Éric Lapointe qui aura davantage retenu l'attention du public. Il a été récompensé en 2013 de la Médaille de l'Assemblée nationale. Il est décédé en France des suites d'une longue maladie.
Lucille Dumont en 1999
Lucille Dumont (29 juillet, 97 ans)
Doyenne de la chanson québécoise et pédagogue respectée, Lucille Dumont a fait ses débuts à la radio en 1935 avant de marquer les imaginaires, en 1957, en remportant le Grand Prix de la chanson canadienne avec la chanson Le ciel se marie avec la mer de Jacques Blanchet. Ce titre demeurera associé à la chanteuse, qui a été récompensée de l'Ordre du Canada et l'Ordre national du Québec. Elle a fondé l'Atelier de la chanson en 1967. Diane Juster, Ariane Moffatt et Marie-Denise Pelletier figurent parmi les élèves qui ont bénéficié de ses enseignements avant qu'elle ne prenne sa retraite en 2008, à 89 ans. Elle a été intronisée Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens en 2006. 
Bob Bissonnette (4 septembre, 35 ans)
Ex-hockeyeur devenu chansonnier, Roberto «Bob» Bissonnette est décédé tragiquement dans un écrasement d'hélicoptère au Nouveau-Brunswick le 4 septembre. Avant d'accrocher ses patins, le sportif avait notamment porté les couleurs des Olympiques de Hull et du Titan d'Acadie-Bathurst. Comme musicien, il a fait paraître trois albums: Recrue de l'année (2010), Les barbes des séries (2012) et Rockstar (2014). Bob Bissonnette était coactionnaire de l'équipe de baseball les Capitales de Québec. Des centaines de personnes lui ont rendu un dernier hommage lors d'une chapelle ardente tenue au Stade municipal. 
***
Sans oublier... 
Gianmaria Testa, chanteur italien (30 mars, 57 ans)
Anne Germain, chanteuse française (13 septembre, 81 ans)
Guy Nadon, batteur québécois (9 octobre, 82 ans)
Christian Simard, chanteur et claviériste du groupe Morse Code (10 décembre, 67 ans)
Jen Roger, chanteur québécois (13 décembre, 88 ans)
Musique classique
Nikolaus Harnoncourt en 2006
Nikolaus Harnoncourt (5 mars, 86 ans)
Né Johann Nikolaus Graf von La Fontaine und Harnoncourt-Unverzagt, le Berlinois Nokolaus Harnoncourt a d'abord été violoncelliste avec l'orchestre symphonique de Vienne. Il a aussi a fondé le Concentus Musicus Wien avec sa femme la violoniste Alice Hoffelner, un ensemble jouant sur des instruments d'époque qui est devenu une référence en interprétation de musique baroque dans les années 70 et 80. Il a dirigé de nombreux orchestres, dont l'orchestre du Concertgebouw d'Amsterdam et le Chamber Orchestra of Europe et a été invité deux fois à diriger le concert du Nouvel An à Vienne, en 2001 et en 2003.