Tout le monde assume que les hommes sont plus violents que les femmes dans la vie conjugale, mais cela est faux.

Les femmes aussi violentes que les hommes

On connaît l'histoire. Un homme victime de violence amorcée par sa conjointe appelle la police et c'est lui qui se retrouve en prison. Cela n'est pas de l'humour «macho», c'est un cas typique; des clients m'ont confié de telles situations. Tout le monde assume que les hommes sont plus violents que les femmes dans la vie conjugale, mais cela est faux. Et quand il y a violence conjugale, on assume aussi que l'homme est nécessairement l'agresseur ou celui qui a amorcé l'épisode de violence. Cela aussi est faux.
En août, j'ai assisté à un atelier sur ce sujet à l'occasion du congrès des psychologues américains qui se tenait à Honolulu. Quatre femmes psychologues, soit deux américaines, une canadienne et une australienne, ont présenté leurs recherches sur la violence des femmes faite aux hommes dans les relations conjugales. Ces chercheuses ont corroboré le fait que les femmes sont aussi violentes que les hommes dans leur vie de couple. Dans une compilation globale de plusieurs pays, on a même établi en 2010 que 51% des victimes de violence conjugale avaient été des hommes l'année précédente.
Les femmes sont impliquées dans les quatre sortes de violence conjugale, à savoir la violence physique, la violence sexuelle, les menaces de violence et la violence psychologique (émotionnelle). De façon générale, on a tendance à ignorer la violence des femmes envers leur conjoint, à l'amoindrir ou à l'excuser. On assume, par exemple, qu'elles sont violentes seulement par autodéfense. Mais cela n'est pas la vérité. Elles sont violentes et agressives pour d'autres raisons.
Les femmes peuvent proférer des insultes, jurer, crier, pousser le conjoint, le bousculer et le frapper. Elles peuvent le gifler ou lui donner des coups de pied. Elles peuvent détruire des objets appartenant au conjoint. Ou encore utiliser la force pour avoir une relation sexuelle.
Évidemment, les enfants témoins de ces comportements en souffrent. Il a été démontré que les enfants de pères victimes de violence conjugale amorcée par leurs mères pouvaient en être affectés physiquement et psychologiquement. On a observé chez ceux-ci des problèmes somatiques, des déficits de l'attention, des comportements d'opposition et de défiance, de l'hyperactivité, des problèmes affectifs, de l'anxiété et des inconduites.
Bien sûr, toute violence est moralement condamnable, et est d'ailleurs un acte criminel, qu'elle provienne d'un homme ou d'une femme. Et les hommes victimes de violence conjugale sont aussi touchés que les femmes par cette violence et ont autant besoin d'aide. Les agressions physiques, les comportements contrôlants, les blessures et les agressions sexuelles ont des effets négatifs sur la santé physique et mentale des hommes violentés.
Mais des barrières empêchent les hommes de révéler la violence que leur fait subir leur conjointe. Souvent ils ne réalisent pas qu'ils ont été abusés, même s'ils ont été frappés. Ou encore, ils ont honte de cette situation. Aussi, ils peuvent craindre de ne pas être entendus, crus, ou même d'être blâmés. Quand un homme se plaint de violence conjugale, l'entourage se demande spontanément ce qu'il a fait pour la mériter. On ne réagit pas de la sorte quand c'est une femme qui est victime de violence conjugale.
Mais, au fond, c'est une bonne question autant pour les hommes que pour les femmes, car la violence conjugale est habituellement le résultat d'une interaction conjugale défectueuse. S'il est vrai que les personnes violentes, que ce soit des hommes ou des femmes, ont généralement des troubles de personnalité, il est vrai aussi que la violence conjugale est générée par la dyade. Autrement dit, les deux conjoints y jouent chacun leur rôle. Voir l'un comme un monstre et l'autre comme sa victime est un cliché inexact et nuisible. En adoptant un cadre de référence dyadique et non axé sur un seul individu perçu comme troublé, nous sommes plus exacts et plus efficaces dans la correction du problème.
La notion d'escalade est particulièrement éclairante, car elle est une tendance inhérente à tout conflit. L'un des conjoints peut amorcer un conflit, tandis que l'autre mettra de l'huile sur le feu. Des recherches ont déjà révélé que dans la majorité des meurtres conjugaux, une escalade entre les deux conjoints avait précédé le meurtre et que la victime aurait souvent pu être l'un ou l'autre.
Voilà pourquoi le traitement de la violence conjugale est plus efficace si on établit avec les deux conjoints le degré de participation mutuelle dans les attitudes et les gestes reprochés. Objectivement parlant, il n'y a pas un sexe plus «méchant» que l'autre.