Le joueur de volleyball Sergey Tetyukhin, s'est adressé à d'autres membres de la délégation avant de prendre l'avion.

L'équipe russe, décimée par les sanctions, se dirige vers Rio de Janeiro

La délégation russe, qui est décimée à la suite de l'exclusion de dizaines d'athlètes liés au dopage généralisé qui a gangrené le pays, a quitté pour se rendre aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro, jeudi.
Les membres de l'équipe ont pris un vol nolisé qui a quitté l'aéroport Sheremetevo de Moscou en direction du Brésil, au lendemain d'une cérémonie émotive à laquelle a participé le président russe Vladimir Poutine au Kremlin.
100 absents
Plus de 100 athlètes de la délégation initiale de 387 ont été bannis des Jeux de Rio par diverses fédérations sportives internationales. Cependant, les sanctions qui leur ont été imposées sont considérées par la plupart des athlètes russes comme étant injustes.
«Nous voulons des médailles, c'est tout, a lancé la joueuse de handball Anna Sen. Nous devons nous battre pour tous ces athlètes qui ont été disqualifiés.»
Le joueur de volleyball Sergei Tetyukhin, quadruple médaillé olympique, sera le porte-drapeau de la Russie lors de la cérémonie d'ouverture à Rio, selon ce qu'a indiqué la spécialiste du saut à la perche Yelena Isinbayeva sur son compte Instagram.
Isinbayeva est devenue de facto la porte-parole des athlètes russes sanctionnés, et elle a livré un vibrant discours à la délégation russe au Kremlin mercredi.
«Aujourd'hui, plus qu'à tout autre moment auparavant, nous devons demeurer unis et devenir une famille, a pour sa part confié Tetyukhin, ignorant du même coup les sanctions qu'il a qualifiées de «provocations envers notre équipe et notre pays tout puissant».
Athlétisme banni
Aucun membre de la Fédération russe d'athlétisme ne figure parmi la délégation qui se rendra à Rio, car toute l'équipe a été bannie, sauf une spécialiste du saut en longueur qui est installée aux États-Unis.
L'équipe d'athlétisme a toutefois assisté à la cérémonie présidée par Poutine mercredi, lorsque le président russe a qualifié les sanctions imposées à la Russie de «pure discrimination».
Certaines fédérations sportives russes ont été sévèrement punies, dont celles d'aviron, de canoë et de natation. D'autres disciplines, comme le judo et le tennis, ont été épargnées. Ces règlements doivent encore recevoir l'approbation du Tribunal arbitral du Sport, qui a transféré son quartier général à Rio mercredi.