La Fédération internationale de ski a recommandé ce changement afin de s'ajuster avec les horaires de diffusions internationales.

L'élite mondiale du ski de fond à Québec en mars

Les finales de la Coupe du monde de ski de fond se tiendront à Québec, du 17 au 19 mars prochain. Ou comment se retourner sur un 10 sous.
La Fédération internationale de ski (FIS) en a fait l'annonce dimanche, à deux mois de l'événement.
En décembre, devant la menace de boycottage de pays comme la Suède et la Suisse, la ville russe de Tyumen avait abandonné l'organisation des finales de la Coupe du monde de ski de fond et d'une étape de Coupe du monde de biathlon.
À la lumière du succès des épreuves de Coupe du monde tenues à Québec en mars dernier et en décembre 2012, la FIS s'est tournée vers sa valeur sûre nord-américaine afin de boucler son calendrier de ski de fond, bien que trois autres pays avaient proposé leurs services. En biathlon, Kontiolahti, en Finlande, prend le relais.
«C'est grâce au travail d'équipe et à l'implication de nombreux partenaires que nous pouvons annoncer cette bonne nouvelle pour la population de Québec et les athlètes canadiens», a indiqué par communiqué Patrice Drouin, président de Gestev, la filiale de Québecor organisatrice de l'événement.
«En confirmant notre support envers le ski de fond et les athlètes, les liens entre la FIS, la Ville de Québec, la Commission des champs de bataille nationaux et plusieurs partenaires privés et publics se resserrent, ce qui est de bon augure pour l'événement au mois de mars et le futur», a dit Drouin.
Un sprint, deux distances
Bien que l'horaire ne soit pas encore connu, on imagine l'épreuve de sprint le vendredi, un départ de masse le samedi et une poursuite le dimanche. Le tout dans l'environnement des plaines d'Abraham.
«Ici, tout le monde de l'équipe canadienne est très excité de savoir ça», a pour sa part affirmé Alex Harvey. Joint en Italie, le fondeur de Saint-Ferréol-les-Neiges venait de remporter l'or au sprint par équipe de la Coupe du monde de Toblach.
«Très content qu'ils aient trouvé le financement. C'est plaisant d'avoir le monde de Québec derrière nous et on a tellement eu une belle expérience l'an passé.»
En cette saison de Championnats du monde, début mars, en Finlande, un titre mondial s'avère le premier objectif. Mais les finales de la Coupe du monde demeurent aussi primordiales en vue du classement cumulatif.
«Il y a tellement de points en jeu que les meilleurs des meilleurs vont tous être là, Sundby, Northug, Cologna. Et le décalage horaire ne dérange pas tellement parce qu'il n'y aura pas d'autres courses après», indique Harvey.
La Russie est dans la mire internationale sportive depuis plusieurs mois après la mise au jour d'un système étatique de dopage.
«La Russie s'est retirée, mais c'est pour essayer de sauver la face. C'est comme quelqu'un qui démissionne avant d'être mis à la porte, illustre Harvey. Ils ont une image à reconstruire.»
À leur arrivée à Québec, les meilleurs fondeurs de la planète débarqueront de la Norvège, après le sprint de Drammen, le 8 mars, et la longue distance classique en départ de masse d'Oslo, les 12 et 13 mars.