François Legault dit constater sur le terrain un changement dans l'attitude des électeurs à l'endroit de son parti. Les échos qu'il a de ses candidats sont positifs depuis sa performance lors du dernier débat télévisé de jeudi.

Legault s'attaquerait à la taxe santé dès cette année

Si la Coalition avenir Québec forme le gouvernement 7 avril, toutes les personnes qui gagnent moins 45 000 $ ne payeront plus de taxe santé de 200 $ dès cette année, promet François Legault.
Cette mesure serait écrite noire sur blanc dans un premier budget caquiste «déposé dès la fin mai» si la Coalition est élue la semaine prochaine. «Je prends l'engagement solennel. On va abolir la taxe santé pour tous ceux qui gagnent moins de 45 000$ dès cette année», a certifié M. Legault lors d'une annonce sur l'endettement des ménages à Portneuf dimanche matin.
Dès l'an prochain, le retrait de la taxe santé serait aussi appliqué aux Québecois qui gagnent 45 000 $ et plus, a assuré François Legault. Dimanche, il a fourni un peu plus de détails sur le calendrier de ces réductions de taxes, lui dont l'objectif de baisser les taxes de 1000 $ par famille est au coeur de la campagne électorale.
Ainsi, a expliqué le chef de la CAQ, en plus de la taxe santé éliminée en deux ans, un troisième budget caquiste abolirait la «moitié de la taxe scolaire», autre mesure majeure pour M. Legault. Le chef caquiste, entouré de certains de ses candidats de la grande région de Québec a aussi réitéré qu'il limiterait la hausse des tarifs d'Hydro-Québec à l'inflation, soit 2,3 % au lieu des 4,3 % annoncés ces dernières semaines.
Finie la taxe scolaire
À l'issue d'un mandat, la promesse de la CAQ de réduire le fardeau fiscal des contribuables québécois serait honorée, a certifié François Legault. «Et à un quatrième budget, il n'y aurait plus de taxe santé, ni de taxe scolaire.» Une façon, dit-il, de permettre aux familles de souffler un peu et de se payer «des petits plaisirs».
Dans son cadre financier présenté dès le deuxième jour de la campagne électorale, la CAQ prévoit tout de même atteindre l'équilibre budgétaire. La formation de François Legault mise sur un gel d'embauche dans la fonction publique pour compenser cette baisse de revenus en taxes dans les coffres de l'État.
La taxe santé à elle seule amène 1 milliard $ par an au gouvernement. La taxe santé est aussi dans la mire du Parti libéral du Québec. Le chef Philippe Couillard en a promis l'élimination graduelle entre 2016 et 2020. Ce 200 $ de taxe a été imposé sous le gouvernement de Jean Charest.  Un gouvernement réélu du Parti québécois entendrait plutôt la maintenir.