Le chef caquiste François Legault sent qu'une «révolte des contribuables» est en marche et il entend mener la parade.

Legault passera par-dessus des projets de Labeaume

N'en déplaise à Régis Labeaume, le chef caquiste François Legault mettrait un X sur les projets du Théâtre Le Diamant, de l'anneau de glace et des Nouvelles Casernes au nom de la «révolte des contribuables».
Après avoir attisé le courroux des syndicats, le chef caquiste a ouvert un nouveau front avec sa plateforme régionale, mercredi. En moins de 30 secondes, il a rayé de la carte l'équivalent de 90 millions $ en projets déjà engagés par le gouvernement à Québec. Sans compter le tramway, aussi balayé du paysage par la CAQ.
Déjà pris à partie par le maire pour sa tiédeur devant l'anneau de glace, le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ) refuse de se lancer dans «une bataille de coqs» avec M. Labeaume. Il le contourne pour s'adresser directement aux citoyens de Québec.
«Mon interlocuteur, ce n'est pas Régis Labeaume», a déclaré M. Legault, mercredi, à la Baie de Beauport. «Ce sont les citoyens de Québec, précise-t-il. Je fais le pari qu'ils préfèrent qu'on réduise leurs taxes de 1000 $ que l'on mette de l'argent dans ces projets qui, à notre avis, ne sont pas prioritaires.»
Même si des sommes ont déjà été dépensées, la CAQ mettrait un frein aux travaux. Un gouvernement caquiste assumerait les risques de poursuite pour un projet comme le Diamant, où des intérêts privés sont impliqués.
«Oui, des gouvernements se sont engagés sur cette voie-là, convient le député de Chauveau, Gérard Deltell. On a une position différente. Si on est porté au pouvoir, on pourra négocier avec les gens pour les sommes qui ont été engagées. [...] Dans un monde idéal, on aurait été fin de dire "oui" à tout. Mais on n'est pas dans ce monde-là.»
Le gouvernement du Québec a annoncé 30 millions $ pour le Théâtre Le Diamant du metteur en scène de renommée internationale Robert Lepage. De ce projet découle le déménagement de la troupe des Gros Becs à la Caserne Dalhousie, pour lequel 15 millions $ sont promis. Les Nouvelles Casernes (20 millions $) et l'anneau de glace (32,5 millions $) ont aussi reçu des confirmations de Québec.
«De la même façon que Régis Labeaume a voulu être le défenseur des contribuables de Québec, moi, je veux être le défenseur des contribuables de l'ensemble du Québec», a lancé M. Legault.
Le chef caquiste martèle qu'avec l'abolition promise des taxes scolaires et de la taxe santé, il allégerait le fardeau fiscal de 1000 $ par année pour une famille. Il en fait un «combat» personnel. «Je vous le garantis personnellement», a-t-il affirmé.
La plateforme régionale appuie néanmoins l'élargissement de l'autoroute Henri-IV, le réaménagement du secteur de la tête des ponts, la phase III de la promenade Samuel-De Champlain, le stade de soccer de Beauport et le complexe aquatique de Lévis. La CAQ souhaite aussi des études sur la possibilité d'un troisième lien entre les rives nord et sud dans le contexte de la construction d'un nouveau pont de l'Île-d'Orléans.
L'un des prix de consolation pour le maire de Québec réside dans les régimes de retraite. La CAQ est le seul parti qui lui permettrait d'imposer les conditions de travail de ses employés après une année de négociation. Le déficit des caisses des travailleurs a été au coeur de la dernière campagne électorale de M. Labeaume.
Le chef de la CAQ estime qu'une «révolte des contribuables» qui provient de la région de Québec est en marche et s'étend dans le reste du Québec. Les gens de la capitale sont mieux placés pour observer le «gaspillage un peu partout» au gouvernement parce qu'ils travaillent dans la fonction publique ou la côtoient, avance-t-il. «Le gaspillage est plus facile à voir de Québec qu'ailleurs parce que ça part d'ici», a affirmé M. Legault.
Il rejette l'idée que le frein aux subventions dans l'industrie du multimédia et à certains projets nuisent au dynamisme économique de la région de Québec. «C'est insultant pour les gens de Québec, a déclaré M. Legault. Je m'excuse, mais 90 % de l'économie de Québec vient du privé. Les gens de Québec sont capables d'être dynamiques économiquement sans recevoir toujours des subventions.»