L'homme prénommé Daniel, est entré dans le bureau de vote situé à la Bibliothèque Chrystine-Brouillet, rue Racine, avec la ferme intention de déposer son bulletin le visage voilé par une cagoule de motoneige.

Le vote masqué se poursuit

Un homme masqué a voté sans difficulté lundi matin dans la circonscription de Louis-Saint-laurent, au même endroit où le candidat conservateur, Gérard Deltell, a exercé son droit de vote.
Le pas décidé, l'homme prénommé Daniel, est entré dans le bureau de vote situé à la Bibliothèque Chrystine-Brouillet, rue Racine, avec la ferme intention de déposer son bulletin le visage voilé par une cagoule de motoneige.
À sa sortie, il était tout sourire (on peut l'imaginer) d'avoir réussi. «Je voulais passer le message d'être capable de dire "non", de s'affirmer. On a  le droit d'exiger certaines choses dans notre pays», a-t-il lancé, en référence à l'affaire de la niqab, qui a accaparé le débat politique pendant la présente campagne.
«Ça s'est super bien déroulé, ajoute l'électeur, qui a accepté de dévoiler son visage et décliner son nom complet au journaliste du Soleil. Je n'ai pas eu besoin d'être assermenté parce qu'on voyait mes yeux. J'ai simplement montré des cartes d'identité», explique-t-il.
Gérard Deltell a voté
<p>Gérard Deltell a voté lundi matin.</p>
Quelques minutes plus tard, et il aurait pu croiser le candidat conservateur, Gérard Deltell, qui votait au même endroit. La circonscription où il se présente a été championne du vote par anticipation au Québec, quatrième au Canada. Avec ce titre, M. Deltell soutient que c'est la démocratie qui sortira gagnante dans Louis-Saint-Laurent. Pendant qu'il votait, son équipe s'échinait à "faire sortir le vote", a-t-il confié.
Il est demeuré discret sur ses chances de l'emporter. «Ça va bien, mais on ne tient rien pour acquis», laisse tomber le candidat. Comme il l'a fait lors des précédentes élections provinciales où il s'était présenté, il a voté accompagné de ses parents âgés de 91 et 92 ans. Il ont choisi de venir ici dans ce pays-là. Ils ont fait de moi un Canadien. C'est très important d'être accompagné par eux.»
Sur la rue Racine, comme au Centre Horizon dans Limoilou plus tôt lundi, Le Soleil a pu constater que le vote se déroulait rondement. Les électeurs se présentent en un flot régulier, sans pour autant provoquer des files d'attente interminables.
Moins de visages couverts qu'au vote par anticipation
Selon Élections Canada, le phénomène des électeurs au visage couvert n'a pas eu autant d'échos lundi que lors des quatre journées de vote par anticipation, il y a une semaine. «Ça n'a pas été très présent. Il y en a eu, effectivement, mais moins qu'au vote par anticipation», a expliqué la porte-parole Francine Bastien.
Forte de l'expérience du scrutin hâtif, la direction d'Élections Canada avait encore une fois préparé son personnel à cette éventualité. Au final, Mme Bastien ne croit pas que le vote ait été ralenti lundi par des électeurs masqués.
Avec la collaboration de David Rémillard