Danny Levesque, Sarah Lefevbre-Cloutier, Jules Duguay, Maxime Calixte, Josée Thériault et P.-A. Normand espèrent que le public sera nombreux à encourager les jeunes de la Maison Dauphine et les résidents de l'Armée du Salut lors de la partie amicale qui les opposera à d'anciens joueurs des Nordiques.

Le Vieux-Québec: du hockey avec les Nordiques

Le Vieux-Québec grouillera de monde le 8 février à l'occasion de la deuxième fin de semaine du Carnaval de Québec. Déjeuner western et joute de hockey contre d'anciens joueurs des Nordiques sont au menu, sans oublier l'épluchette du maire et, bien entendu, la beauté de ce site du patrimoine mondial.
Du matin jusqu'au soir, les carnavaleux sont d'abord invités à déjeuner gratuitement aux crêpes et aux saucisses, puis à encourager les jeunes de la Maison Dauphine et les résidents de l'Armée du Salut qui affronteront d'anciens joueurs des Nordiques de Québec, dont Dave Pichette, Pierre Lacroix et Alain Côté, à la place D'Youville. «Les jeunes sont vraiment enchantés de participer à ce match-là», lance Danny Levesque, qui sera aussi arbitre, et Josée Thibault de la Maison Dauphine, un organisme qui vient en aide aux jeunes en difficulté.
L'Armée du Salut s'est aussi associée au projet. Quelques résidents et intervenants de l'organisme qui chapeaute la Maison Charlotte, leur refuge pour femmes, et l'Hôtellerie pour hommes, seront de la partie.
S'associer avec deux organismes communautaires qui «aident notre monde, notre jeunesse» était évident pour Jules Duguay, directeur général de l'Association des gens d'affaires du Vieux-Québec.
Finalement, les participants sont conviés à se réunir pour l'épluchette du maire Labeaume en face de l'hôtel de ville. Une journée haute en émotion est assurée par les organisateurs.
Pas d'inquiétude pour les plus frileux, chocolats chauds, musique et visite de Bonhomme Carnaval et de la duchesse de La Cité-Limoilou sont prévus pour faire oublier les soubresauts de l'hiver.
Renouveau historique
Mais avant tout, Jean-Pierre Du Sault, président du C. A. de l'Association des gens d'affaires du Vieux-Québec, invite la population à redécouvrir le charme hivernal du lieu qui a vu naître le Carnaval. «Depuis un an ou deux, on assiste à un renouveau ici. On voit une nouvelle génération qui s'installe. Le Vieux-Québec, ce n'est plus seulement des boutiques souvenirs», soulève-t-il.
Plus encore, il invite les gens à s'approprier les activités offertes et à apprécier le côté historique. La patinoire de la place D'Youville, les glissades de la terrasse Dufferin, les tours de calèche, les galeries d'arts de la rue Saint-Louis, les pubs Saint-Alexandre et Saint-Patrick et la Maison Simons, installée entre les murs en 1840, ne sont que quelques attraits parmi tant d'autres à découvrir, insiste le président. «Juste déambuler dans les rues, c'est magnifique.»
Une découverte selon lui, le Saint-Laurent Bar & Lounge situé dans le Château Frontenac, «pas plus cher qu'ailleurs et la vue est incroyable», souligne M. Dusseault, visiblement fier des institutions et de la diversité du coeur de Québec.
***
Vous voulez y aller?
- Déjeuner western (gratuit): à la place D'Youville, le samedi 8 février, de 9h à 10h30
- L'épluchette du maire (gratuit): en face de l'hôtel de ville, le samedi 8 février, à 16h30
- Tournoi de hockey «Passez au suivant»: à la place D'Youville, le samedi 8 février, de 13h à 16h
<p>Québec a été le théâtre du film La loi du silence d'Alfred Hitchcock en 1952, tel que le montre cette capture d'écran.</p>
Un secret bien gardé
«Le maître du suspense» à Québec
Le Vieux-Québec a été nommé patrimoine mondial en 1985, mais la beauté de ce lieu a été révélée bien plus tôt. Bien que plusieurs tournages cinématographiques y ont été réalisés, celui d'Alfred Hitchcock, en 1952, La loi du silence, reste un événement marquant. Le réalisateur avait choisi Québec au lieu de l'Irlande, car elle représentait bien la tradition catholique. Cette dernière avait même coupé près de trois minutes de bobine, jugeant que les scènes pouvaient entacher sa réputation. La rue Sainte-Angèle reste immortalisée dans le film à suspense. La première mondiale est présentée au Capitole de Québec et l'avant-première au Cinéma Cartier en février 1953.
***
<p>Jean-François Barré</p>
<p>Dave Pichette</p>
Ce qu'ils en disent...
> Jean-François Barré: propriétaire du Pub St-Alexandre
«Cette année, nous avons été super contents d'apprendre que les commerçants étaient fortement encouragés à participer au Carnaval. Pour notre part, nous avons organisé des soirées blues les jeudi, vendredi et samedi de chaque fin de semaine. Je pense déjà à l'année prochaine et j'ai des idées plein la tête pour faire embarquer encore plus de monde. Le succès du Carnaval passe par l'implication des commerces. L'événement a beaucoup à nous apporter. Je crois qu'il faut développer le concept, être proactif. D'ailleurs j'ai déjà en tête de proposer l'apparition de la "flamme carnavalesque" qui brillerait dans tous les commerces du Vieux-Québec. Ça, ça réunirait les gens! »
> Dave Pichette: ancien joueur des Nordiques de Québec de 1980 à 1984
«Avec les anciens joueurs des Nordiques, nous sommes toujours favorables aux causes qui aident les jeunes. On a été chanceux et privilégiés, si on peut rendre un peu la pareille, c'est l'fun et c'est important pour nous. On voit qu'ils sont contents de jouer contre des anciens et c'est plaisant pour nous de jouer sur la rue Saint-Jean. On espère vraiment faire une différence pour eux.»
<p>Maxime Calixte</p>
> Maxime Calixte: gérant à la boutique Les Délices de l'érable
«Nous sommes très contents de voir que le Carnaval revient dans les rues. Et nous avons tout de suite embarqué dans le jeu. Les visiteurs nous avaient demandé l'an dernier d'inclure les boutiques du Vieux-Québec dans les festivités du Carnaval, alors on répond vraiment à une demande. D'ailleurs, nous serons installés directement à côté de la patinoire lors du tournoi de hockey Passez au suivant avec des breuvages chauds et de la tire.»