La préparation du thé devient, chez certains comme Alexis Bernard, dégustateur pour la Maison de thé Camellia Sinensis, partie intégrante du rituel entourant sa consommation.

Le thé chez soi: pour en boire de toutes les couleurs

Qu'il soit vert ou noir, chaud ou glacé, épicé ou naturel, le thé, très en vogue actuellement au Québec, accompagne ses adeptes durant toutes leurs journées, et leur en fait boire de toutes les couleurs. La préparation du thé devient même, chez certains, partie intégrante du rituel entourant sa consommation. Dans ce cas, un coin thé s'impose.
«Le thé est un monde d'habitude», prévient Alexis Bernard, dégustateur pour la Maison de thé Camellia Sinensis. Sa consommation implique donc de se munir, même minimalement, de certains outils de base. «Pour faire du bon thé, on n'a pas besoin d'un attirail hyper sophistiqué. On peut faire du thé avec quelques instruments très simples», assure M. Bernard.
La théière, le récipient d'infusion et la tasse sont les indispensables. Et bien qu'il soit assez simple de s'en procurer, il faut savoir bien les choisir.
<p>Il existe une multitude de formes de théières, mais cela n'influencera pas le goût du breuvage.</p>
Choix personnels
La théière classique, dont le fini intérieur est glacé, reste la plus polyvalente. Il en existe une multitude de formes, mais Alexis Bernard le précise, la forme n'a pas d'impact direct sur le goût. Par contre, l'aspect général de la théière, lui, est important. «C'est plus une question de préférences personnelles, du plaisir de manipuler une théière qu'on aime. Il y a un rapport très personnel avec l'objet dans la pratique du thé. [...] Les gens aiment utiliser l'objet qu'ils ont choisi. Ils l'ont choisi avec soin. Ça les accompagne au quotidien.»
Inévitablement, le choix du matériau de la théière est donc également très personnel. Porcelaine, céramique glacée, verre, fonte émaillée, les choix sont vastes. Et comme l'indique le dégustateur de chez Camellia Sinensis, peu importe le matériau, si le fini intérieur de la théière est glacé, «l'impact sur le goût devrait être minime».
En fait, l'impact est minime dans le cas de thé naturel, non aromatisé, «parce que les arômes ne sont pas trop persistants». C'est une autre histoire pour les arômes des thés aromatisés, qui vont s'imprégner beaucoup plus facilement dans les parois de la théière.
«L'avantage du verre, c'est qu'il ne marque absolument pas le thé au goût, mais en ce qui a trait à la conservation de la chaleur, c'est le moins bon matériau», explique-t-il.
À un consommateur qui sirote son thé pendant des heures, Alexis Bernard conseillerait la fonte émaillée. Mais une précision est de mise : pour y faire infuser son thé, la théière en fonte doit être extrêmement chaude. «Sinon, la fonte va prendre toute la chaleur du thé», précise M. Bernard. Il recommande donc d'ébouillanter la théière deux fois avant d'y faire l'infusion.
La théière à mémoire, dont l'intérieur est brut et sans finition, peut s'avérer un choix judicieux pour les adeptes en quête de nouveaux parfums et de nouvelles saveurs. En effet, à cause de son fini poreux, la théière à mémoire retient le goût du thé. «À chaque infusion, la théière absorbe un peu du goût du thé, et avec le temps, elle va même redonner du caractère à l'infusion. Elle a une vie cette théière-là», affirme Alexis Bernard. Par contre, un seul type de thé doit être infusé dans la théière à mémoire.
<p>Le panier d'infusion, sur ce bateau à thé avec la théière et les tasses, est un essentiel pour tout adepte du thé, selon Alexis Bernard. </p>
De l'espace pour les feuilles
Si le récipient dans lequel sont placées les feuilles de thé durant l'infusion est trop petit, le goût en sera altéré, assure le dégustateur. «L'infusion se fait bien si les feuilles peuvent s'ouvrir pour libérer leurs parfums. Si on enferme les feuilles dans une boule à thé trop petite, les feuilles de thé ne pourront pas donner leurs parfums potentiels.»
Il recommande d'utiliser un panier pouvant s'accrocher sur les rebords de la théière. Et l'idée est de prendre le panier le plus grand possible pour la théière. «Moins le panier est plein, mieux c'est.» La réutilisation des feuilles est également possible, voire recommandée, avec certains types de thé.
La tasse à thé individuelle, qui est à la fois le contenant d'infusion et celui de consommation, est un excellent instrument, selon Alexis Bernard, parce que le volume d'eau n'est pas très grand. «Les Chinois disent que plus le thé est délicat, moins le volume d'eau doit être grand. En fait, quand le volume est petit, on arrive plus facilement à infuser les parfums et à bien donner le caractère du thé. C'est beaucoup plus facile que dans une grande théière.»
Le bateau à thé devient également un incontournable pour les initiés. Il s'agit d'un plateau pouvant contenir une certaine quantité d'eau, et sur lequel peut être faite toute la préparation du thé. «Ce qui est bien avec un bateau, c'est que ce n'est pas un espace permanent. On peut l'amener où on veut dans la maison [...] ou un peut se créer un petit espace. On n'est pas obligé d'être à côté de l'évier», indique M. Bernard.