Si l'on en croit les courriels reçus, la saga judiciaire entourant le juge à la retraite Jacques Delisle suscite des passions... et beaucoup de doutes.

Le reportage de Radio-Canada sur les jurés du procès Delisle reste bloqué

La station de Québec de Radio-Canada devra encore garder loin des yeux du public son reportage sur les jurés du procès de Jacques Delisle. La Cour supérieure accorde l'injonction interlocutoire réclamée par la Couronne.
La Cour supérieure donne donc raison à la Procureure générale du Québec qui soutenait que les délibérations du jury doivent être gardées secrètes pour toujours et que le reportage annoncé contient une atteinte à ce sujet.
Il est vrai, note le juge Serge Francoeur dans sa décision rendue aujourd'hui, que les journalistes peuvent interroger les membres d'un jury, notamment pour les faire parler de leur expérience.
Dans les publicités du reportage sur les jurés du procès de Jacques Delisle, la SRC va plus loin, en précisant que les intervenants se prononcent sur les aveux récents de l'ex-magistrat, qui dit avoir aidé sa femme à se suicider. «Comment penser ou être certain qu'ils vont le faire sans tenir compte des délibérations auxquelles ils ont pris part», demande le juge Francoeur.
Le juge conclut qu'en interrogeant les jurés sur les aveux et sur l'aide au suicide, thèse évoquée au procès, on les amène «sur un terrain glissant».
Au stade de l'injonction interlocutoire, le Tribunal considère «sans hésitation» qu'il faut favoriser la protection du secret des délibérations et ne permettre aucune brèche. «L'institution se doit d'être protégée, malheureusement au détriment de la liberté de presse», écrit le juge.
Le débat n'est pas terminé. Un juge devra se prononcer sur la demande de rendre permanente cette injonction.