De plus en plus de femmes sont attirées par la comptabilité, au point où elles sont maintenant aussi nombreuses que les hommes à choisir cette voie à l'université.

Le nouveau visage de la formation

Au même titre que la société dans laquelle elle évolue, la profession comptable au Québec a beaucoup changé ces dernières années. Et c'est aussi le cas pour la formation, qui s'est adaptée à cette évolution.
Si, historiquement, la profession comptable attirait davantage d'hommes, cette tendance est en train de s'inverser. De plus en plus de femmes sont attirées par la comptabilité, au point où elles sont maintenant aussi nombreuses que les hommes à choisir cette voie à l'université.
«Sur un horizon de 20 ans, la tendance s'est complètement inversée», indique Jean-François Henri, professeur titulaire et directeur de l'école de comptabilité à la Faculté des sciences de l'administration à l'Université Laval. «Nos cohortes sont maintenant composées à 50 % de femmes».
Toujours populaire
Si la profession comptable a pu être malmenée dans les médias, il n'empêche qu'elle est toujours aussi populaire auprès des étudiants. L'option comptabilité «est la plus populaire» de la Faculté des sciences de l'administration de l'Université Laval, qui produit, bon an mal an, 120 diplômés prêts à passer l'examen qui mène au titre de Comptable agréé. Ils sont même davantage en milieu de parcours, pouvant atteindre les 200 étudiants inscrits.
De plus, ces nouveaux diplômés n'ont aucune difficulté à se placer. «Depuis la fusion en 2012 des trois ordres comptables, il y a maintenant moins de comptables professionnels agréés (CPA) que de comptables agréés, de comptables généraux accrédités et de comptables en management accrédités, ce qui a causé une certaine rareté sur le marché», ajoute M. Henri.
Car les débouchés, il y en a plusieurs. «Les nouveaux comptables ont deux portes de sortie après l'université. Ils peuvent choisir la voie des firmes de comptables professionnels, ou ils peuvent choisir de devenir comptable au sein d'une organisation». Et elles sont nombreuses à embaucher. «Presque toutes les organisations possèdent des besoins en matière de comptabilité», explique M. Henri.