Le port du niqab s'est invité dans la campagne électorale.

Le niqab, une «arme de distraction massive»

Thomas Mulcair pense que la population canadienne commence à voir clair dans le jeu des conservateurs.
Le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) a dit croire que les électeurs «commencent à comprendre» que le vrai enjeu des élections du 19 octobre prochain n'est pas le port du niqab aux cérémonies de citoyenneté.
Ce n'est «pas un hasard» que cette question polarisante à souhait ait rebondi en pleine campagne électorale - c'est une «arme de distraction massive» pour le chef conservateur Stephen Harper, a-t-il soutenu sur le plateau de l'émission Tout le monde en parle.
«Je trouve ça honteux, mais c'est pas grave, je suis capable de répondre parce que je comprends que les gens sentent ce malaise, je partage ce malaise», a lâché M. Mulcair au cours de l'entrevue diffusée dimanche soir.
Et les quelques candidats du NPD qui ont exprimé publiquement le même malaise au cours des dernières semaines ne sont pas des dissidents, mais bien les porte-parole des citoyens inconfortables qu'ils rencontrent en porte-à-porte, a-t-il plaidé.
Mais ce n'est pas l'enjeu du scrutin - cet enjeu, c'est le bilan de Stephen Harper, a insisté le chef néo-démocrate. «Est-ce que vous voulez augmenter l'âge de la retraite? Est-ce que vous voulez un péage sur le pont Champlain? Est-ce que vous voulez votre service de courrier à domicile? Est-ce que vous voulez sabrer à Radio-Canada?» a-t-il énuméré en faisant la liste de quelques-unes des promesses de son parti.
De grands souliers à chausser
Le chef du NPD avait de grands souliers à chausser en participant à l'émission présentée sur les ondes de Radio-Canada.
Car la prestation de son prédécesseur, le défunt Jack Layton, en avril 2011, est considérée comme l'un des facteurs ayant contribué à la vague orange qui a déferlé sur le Québec quelques semaines après.