Ettore Scola en 2013

Le grand réalisateur Ettore Scola s'éteint à l'âge de 84 ans

Ettore Scola, le grand réalisateur qui a souvent peint de manière féroce la société italienne, s'est éteint à l'âge de 84 ans, ont annoncé des médias locaux, dont le Corriere della Serra, mardi.
Selon le quotidien, il serait décédé dans un hôpital de Rome après avoir ressenti un malaise dimanche.
Au cours de sa carrière, Scola a donné un nouveau souffle à la comédie italienne. Il avait raconté, à sa façon, un demi-siècle d'histoire de son pays ou celle de la France. Parmi la quarantaine de films qu'il a réalisés figurent de nombreux chefs d'oeuvre dont Le Bal, un film de danse décrivant l'histoire de l'Hexagone des années 30 aux années 80, lauréat de trois prix César dont ceux du meilleur film et du meilleur réalisateur en 1984. Sa grinçante satire Affreux, sales et méchants lui avait permis d'obtenir le prix de la mise en scène au festival de Cannes, en 1976, tandis que sa remarquable fresque sur l'Italie d'après-guerre, Nous nous sommes tant aimés, avait obtenu le César du meilleur film étranger l'année suivante. Il répétera l'exploit deux ans plus tard avec Une Journée particulière relatant l'improbable rencontre entre une mère de famille nombreuse et un intellectuel homosexuel antifasciste au même moment d'une visite de Hitler à Mussolini.
En 1980, il avait obtenu, avec ses collaborateurs Furio Scarpelli et Agenore Incrocci, le prix du Scénario et des dialogues à Cannes, pour sa comédie douce-amère La Terrasse.
<p>Au cours de sa carrière, Ettore Scola a tourné avec les plus grands comédiens italiens comme Sophia Loren.</p>
Avec les plus grands comédiens italiens
Au cours de sa carrière, il a tourné avec les plus grands comédiens italiens comme Marcello Mastroianni, Sophia Loren, Vittorio Gassman ou Nino Manfredi. Il a aussi dirigé de nombreux comédiens français dont Émmanuelle Béart, Jean-Louis Trintignant, Serge Reggiani, Jean-Claude Brialy et Jean-Louis Barrault.
En 2011, Scola avait annoncé son retrait du cinéma alors qu'il s'apprêtait à tourner un film avec Gérard Depardieu. Dans une entrevue accordée à un journal italien, il avait alors expliqué qu'il ne voulait pas devenir «comme ces vieilles dames qui continuent à mettre du rouge et des talons aiguilles pour rester avec les jeunes».
Les hommages ont fusé sur les réseaux sociaux. Pour un, l'ancien directeur général du Festival de Cannes, Gilles Jacob, a écrit sur son compte Twitter : «La classe/l'élégance morale et vestimentaire/l'intelligence/le charme, l'accent délicieux/l'oeil de velours/l'humour railleur : Ettore SCOLA».