Earl Jones, en juillet 2009.

Le fraudeur montréalais Earl Jones libéré

Le fraudeur montréalais Earl Jones, condamné à onze ans d'emprisonnement pour avoir floué des dizaines d'investisseurs, sort de prison ce jeudi après avoir purgé le tiers de sa peine.
Joey Davis, dont la mère a été escroquée de 200 000 $, a indiqué qu'un représentant de Service correctionnel Canada l'avait appelé pour l'aviser de la libération de Jones jeudi après-midi.
Jones a plaidé coupable en lien avec l'élaboration d'un système de Ponzi qu'il avait échafaudé en 1982. Il a extorqué plus de 1500 investisseurs, dont de nombreux amis et proches. Un juge l'avait condamné à 11 ans de prison en février 2010.
Pour plusieurs victimes, ce sont les économies de toute une vie qui se sont envolées en fumée dans cette fraude de 50 millions $.
M. Davis a indiqué que selon Service correctionnel Canada, Jones s'était prévalu d'un processus de libération conditionnelle accélérée.
Jones, qui était admissible à une libération conditionnelle après avoir purgé le sixième de sa peine de onze ans, aura finalement passé plus de quatre ans derrière les barreaux.
M. Davis, qui s'est dit surpris de la libération prochaine de Jones, dans la région métropolitaine, a indiqué que l'homme sera tenu de se rapporter à un agent de libération conditionnelle une fois par semaine.