Les Nuits FEQ ne seraient pas un ballon d'essai afin de vérifier la rentabilité de la salle de spectacle en vue d'un achat éventuel.

Le FEQ ne projette pas acheter l'Impérial

Même s'il y présentera ses Nuits FEQ, soit un spectacle par mois d'ici l'été, le Festival d'été de Québec (FEQ) dit ne pas avoir l'intention de se porter acquéreur de l'Impérial de Québec, qui est à vendre depuis l'automne.
«Ce n'est pas dans les projets. On ne parle pas d'achat présentement», a déclaré mercredi Rachel Dupuis, relationniste du FEQ, en entrevue téléphonique au Soleil. «Pour l'instant, notre intérêt au niveau de l'Impérial ne concerne que la présentation des Nuits FEQ», a-t-elle ajouté à propos du bâtiment évalué à 840 000 $ appartenant à l'homme d'affaires Michel Cadrin.
Mme Dupuis a toutefois avoué que le Festival avait bien l'intention de poursuivre l'expérience des Nuits FEQ à l'automne si la première vague de spectacles était couronnée de succès. «Ça pourrait revenir à l'automne et l'hiver prochain, l'idée est de garder le festival vivant à l'année et aussi de garder un lien constant avec les agents d'artistes», signale-t-elle.
Les Nuits FEQ amèneront le Sam Roberts Band à l'Impérial le 1er mars, le groupe Down With Webster le 3 avril et Karim Ouellet le 16 mai, des spectacles dont le coût d'entrée sera de seulement 15 $. «Notre association avec Bell pour cette série de spectacles nous permet de garder le prix d'entrée à un niveau raisonnable», indique la relationniste.
Rachel Dupuis assure que les Nuits FEQ ne sont pas un ballon d'essai afin de vérifier la rentabilité de la salle de spectacle en vue d'un achat éventuel. «Ce n'est pas un test par rapport à l'Impérial.»
Par le passé, l'organisation du Festival d'été avait déjà tenté l'expérience d'occuper un établissement existant pour y produire des spectacles, à savoir le d'Auteuil. Le Festival ne s'était pas porté acquéreur de l'établissement, dont il était plutôt locataire.
Le d'Auteuil, qui était en très mauvais état, s'est cependant écroulé en 2001 avant que le FEQ ne puisse mener son expérience jusqu'au bout et plusieurs événements qui y étaient prévus avaient alors dû être déplacés.