Le défilé de la Basse-Ville vécu de l'intérieur

Samedi soir se tenait le premier défilé du 61e Carnaval de Québec, celui de Charlesbourg. Le Soleil l'a vécu de l'intérieur, en assistant aux préparatifs et en marchant la parade aux côtés des performeurs. Portrait d'heure en heure d'un défilé.
8h : La longue journée de travail commence pour les techniciens du Carnaval, qui font les derniers ajustements sur les 12 chars allégoriques transportés dans le stationnement arrière de la polyvalente de Charlesbourg.
15h : Les premiers performeurs arrivent à la polyvalente et se mettent dans l'esprit carnavalesque. Les autres continueront d'arriver jusqu'à 17h et seront ragaillardis par du café, du chocolat chaud, du bouillon de poulet et des collations M. Christie, un commanditaire important.
16h45 : Ghislain Turcotte, le concepteur du défilé, nous confirme que tout se déroule comme prévu. Il fait froid, ajoute-t-il, mais «c'est pas mal ce à quoi on s'attendait».
17h05 : Bonhomme arrive à la polyvalente de Charlesbourg. Il passe brièvement à l'intérieur du bâtiment et se fait arrêter à plusieurs reprises pour des photographies. Pendant ce temps, bon nombre de musiciens, de danseurs, d'acrobates ou de choristes s'adonnent à des répétitions de dernière minute.
17h30 : C'est le calme avant la tempête. Les performeurs mangent avant d'avoir à s'emmitoufler de la tête aux pieds.
18h30 : Les premiers groupes commencent à sortir dehors et à se préparer pour le départ, prévu à 19h. Marième, vêtue d'un costume résolument traditionnel, est déjà sur son char, et effectue les derniers tests de son.
18h40 : Les duchesses de Bonhomme font leur entrée à la polyvalente de Charlesbourg. La duchesse de Charlesbourg, Frédérique Garneau, y est accueillie en reine.
18h50 : Pendant qu'à l'extérieur tous les groupes de performeurs se placent dans l'ordre de défilement, le nez des duchesses passe sous le pinceau de Vaseline.
19h : C'est un départ! Au programme : des acrobaties, un carnaval burlesque, beaucoup de danseurs et de la musique à profusion. Parmi les musiciens prenant part au défilé, les fanfares des Éclairs de Québec et des Titans de Québec interprètent des chansons populaires québécoises telles L'amour, de Karim Ouellet, et On leur a fait croire, d'Alex Nevsky.
19h45 : Le Soleil croise Ghislain Turcotte le long du défilé. Il semble en contrôle, mais admet que le rythme est quelque peu brisé par des arrêts fréquents des chars allégoriques.
20h10 : «Regarde les loups, papa!» Une phrase entendue à plusieurs reprises tout le long du parcours. Les têtes de loup géantes font certainement partie des coups de coeur du défilé 2015.
20h45 : Le cortège fait son entrée dans Limoilou. Ça marque un regain d'énergie pour les troupes du collectif CEA et de Marième, qui a grandi dans ce quartier de Québec. Et ça se sent du côté de la foule limouloise, également, qui semble particulièrement fière qu'une des leurs soit au sommet d'un char.
21h05 : Le mot de la fin revient à Marième qui, attrapée à la toute fin du parcours, réitère son amour pour la ville de Québec. «Québec, t'es ma ville. Québec, je t'aime!»
Au Carnaval dimanche
Glissade géante de 200 pieds
De 10h à 16h, sur l'avenue Cartier
Course en canot à glace du Carnaval
Dès 13h30, au bassin Louise